Lundi 28 août, l'ACFA Régionale de Red Deer a accueilli son nouveau directeur : M. Serge Gingras. Originaire de la ville de Québec, ce récipiendaire du prix de reconnaissance de la mairesse de Red Deer en 2017 comme Bâtisseur de communauté, vit en Alberta depuis 1981. Très impliqué, il est actuellement le président du Conseil de la Central Alberta Pride Chair Society et le vice-président du Conseil d’administration de la Central Alberta Refugee Effort. Serge Gingras a toujours suivi de près ce qui se passait dans la communauté, tant aux niveaux régional que provincial. Aujourd’hui, il conçoit son rôle à l’ACFA comme une expansion du rôle qu’il a déjà dans la communauté.

Lancement du Fonds Anna-Mary Brideau Nov 2015Anna-Mary Brideau est l’un des six parents qui a permis la création de l’école La Prairie à Red Deer. C’est Claude Duret, lui aussi parent clé pour la mise en place de l’école et ancien président du Conseil scolaire Centre Nord, qui lui a rendu hommage le 18 novembre.

C’est devant sa fille Janelle et une quinzaine de parents, amis et leadeurs de la francophonie de Red Deer que le lancement officiel pour le Fonds Anna-Mary-Brideau de La Fondation franco-albertaine a été désignée pour appuyer l’école La Prairie de Red Deer.

L’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) régionale de Red Deer revit depuis le déménagement de ses bureaux en 2012. 

 

L’Assemblée générale annuelle (AGA) du 18 juin dernier a été une occasion de célébrer ce déménagement et de projeter de nouvelles activités pour 2013. « Depuis que nous avons fait notre plan stratégique, l’action que nous avions identifiée comme primordiale cette année c’était le déménagement », relate la présidente de l’ACFA régionale, Marie-Lyne Raba. 

L’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) régionale de Red Deer a présenté un bilan annuel positif à la vingtaine de personnes présentes lors de son assemblée générale annuelle (AGA) tenue au Hub, situé près des bureaux de l’organisme, le 18 septembre dernier.

Malgré un déficit avoisinant les 2000 $, la présidente, Marie-Lyne Raba, assure que l’organisme a consolidé ses acquis. « Nous avons connu beaucoup de succès avec les relations que nous bâtissons depuis plusieurs années. L’année dernière, nous en avons vu les bénéfices », se réjouit cette dernière.

Après deux semaines d’activités, le Carnaval de Red Deer a vu sa troisième édition prendre fin, le 24 mars dernier, lors d’un concert de fermeture tenu au Crossroads Church de Red Deer.

« Cette soirée était l’occasion de célébrer la diversité et la vitalité de la francophonie du centre de l’Alberta », a lancé la présidente de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) régionale de Red Deer, Marie-Lyne Vienneau.

La Ville de Red Deer a refusé la demande de changement de zonage du terrain Aspen Ridge qui aurait permis au Conseil scolaire Centre-Nord (CSCN) d’y construire la nouvelle école La Prairie, regroupant la maternelle à la 12e année, lors d’une rencontre du conseil municipal tenue le 19 mars dernier.

Selon la ville, le site Aspen Ridge est zoné pour accueillir une école de la maternelle à la 8e année. C’est donc les niveaux secondaires qui posent problème.

Une franchise des cafés Second Cup, au sud de la ville de Red Deer, a récemment décidé d’afficher l’autocollant offert par le Conseil de développement économique de l’Alberta (CDÉA), où l’on peut y lire : services en français disponibles.

« Ici, ça a vraiment été un changement positif. Pratiquement à tous les jours, depuis que j’ai posé l’autocollant, quelqu’un me parle en français ou me fait la remarque », affirme la gérante de l’établissement, Julie Jolicoeur, une Québécoise des environs de Drummondville établie en Alberta depuis maintenant quatre ans.

C’est tout à fait par hasard qu’elle s’est retrouvée avec ces autocollants. Le directeur général du CDÉA, Marc Tremblay y passait à l’occasion et il s’est rendu compte du potentiel francophone du café. Il lui a simplement remis les autocollants. « J’en ai un pour le service à l’auto, un à la porte et un autre à la caisse », précise la jeune femme. Le résultat était surprenant après seulement deux ou trois mois.

La pluie et la grêle n’ont pas empêché la communauté francophone de Red Deer de célébrer la Saint-Jean Baptiste, le 24 juin dernier. Plus de 150 personnes ont répondu à l’appel, et profité des activités qui ont été proposées.

Selon la directrice de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) régionale de Red Deer, Nancy Desbiens, l’événement a été un succès, même si la température n’était pas au rendez-vous. « La température était froide et décevante. On attendait beaucoup plus que 150 personnes, mais on remarquait aussi que les gens arrivaient dès que le ciel se dégageait un peu », affirme-t-elle.

Aller au haut