PY1C’est à Bonnyville, le 8 février dernier, qu’a débuté le nouveau projet de la Fédération des aînés franco-albertains (FAFA) : le Café-philo. Pour l’occasion, le doyen du Campus Saint-Jean, Pierre-Yves Mocquais, avait accepté d’animer une conférence-débat intitulée Comment la mémoire des pionniers se construit : le cas de Louis Bandet.

Devant la vingtaine de personnes réunies, M. Mocquais a commencé par expliquer, comment son intérêt pour les francophones en milieux minoritaires s’était développé. Originaire des Pays de la Loire (France), le doyen a souligné qu’avant son arrivée au Canada en 1978, il n’avait pas réalisé, d’une part, que les francophones étaient aussi nombreux dans l’ouest du pays et, d’autre part, qu’ils étaient confrontés à des défis d’autant plus grands que le Canada n’était pas, contrairement à ce qui était souvent pensé à tort, un pays bilingue.

 

Forte du succès que connaît la cabane à sucre à Bonnyville, la famille Tellier a accueilli cette année sur son épinettière le lever du drapeau franco-albertain et le lancement du guide touristique de l’Alberta en français lors de son événement annuel des sucres.

Au rythme des cuillères du groupe Les Bûcherons, et suivant la bonne odeur de jambon et de fèves au lard, les 500 invités de la cabane à sucre se sont amassés dans la clairière sur la propriété de la famille Tellier. Le temps de se mettre à leur aise, ils ont ensuite été encouragés à se joindre à l’hymne national chanté par Rachelle, une jeune fille de la région, alors que la mascotte franco-albertaine, Gribbit, levait le drapeau.

Cette clairière entre les conifères, recouverte de copeaux de bois pour le confort des participants, appartient à la famille Tellier depuis 1928. Elle fait partie du terrain de la ferme avoisinante, que possède la troisième génération de Tellier, « et bientôt la quatrième », rappelle le patriarche, Louis Tellier.

« À l’origine, dans les débuts 1900, c’était les Marcelet. C’était tous des francophones qui étaient ici dès le début. Ensuite ça s’est vendu à un M. Côté, M. Cayouette, M. Vallaire-Roy, puis ensuite M. Vallaire-Roy nous l’a vendu. Nous, on est voisin au sud ici, donc ça nous a accommodé beaucoup pour agrandir pour l’agriculture », dit-il.

Depuis 9 ans, Gaby et Louis Tellier accueillent la cabane à sucre régionale. Mais rien n’aurait été possible sans la communauté. « Chacun fait sa petite part et à la fin de la journée, ce n’est pas si mal que ça parce que tout se passe bien, affirme Louis Tellier. Tu vois les femmes à la cuisine, moi je claire le site, un autre monsieur transporte la rip. Tout est fait comme une coopérative. Moi j’aime beaucoup ça. »

L’organiste Jeanne Robinson a réussi une impressionnante collecte de fonds pour réparer le vieil orgue de l’église de Bonnyville. La somme amassée permettra à un spécialiste de la société Casavant de venir à début décembre pour donner une nouvelle jeunesse à l’instrument.

« Chaque fois qu’un réparateur venait, j’allais à l’église le rencontrer et il disait toujours : ce que je fais ici, c’est comme un petit pansement, votre orgue a vraiment besoin d’une bonne réparation », raconte l’organiste Jeanne Robinson, qui est aussi représentante du Nord-Est au sein du conseil d’administration de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA).

La musicienne fait alors estimer le coût d’une réparation complète de l’orgue, dont le cuir commence à se fendre. Le devis est salé : environ 70 000 $. « J’en avais parlé à la paroisse qui trouvait ça pas mal dispendieux. J’ai dit : moi je vais m’en occuper. » Elle décide donc d’aller frapper à la porte des commerces et des paroissiens pour tenter de réunir la somme requise. « N’importe quelle donation était très appréciée : 5, 10, 15, 20 $… », précise-t-elle.

Près d’une quarantaine de personnes se sont réunies au Centre culturel de Bonnyville, le 25 janvier dernier, pour participer à une soirée bénévole; une occasion pour l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) régionale de Bonnyville/Cold Lake de remercier les gens qui ont donné de leur temps en 2012.

« Dans le feu de l’action, le stress et l’ampleur des tâches, il nous est parfois arrivé de ne pas vous remercier adéquatement. Vous dire que nous apprécions votre travail, votre générosité, vos efforts, votre dévouement n’est vraiment pas suffisant. Nous voulons vous dire merci, merci et merci pour chacun de vos gestes, pour vos dons en argent, en temps, en énergie, en amour. Aucun organisme ne survit sans ses bénévoles », a affirmé la directrice de la régionale, Thérèse Dallaire.

Seize ans après son passage à Bonnyville, l’expert en vins, Marc Vigneron, aujourd’hui directeur général de la compagnie Nobilis, était de retour pour rencontrer la communauté.

Plus de 70 personnes se sont présentées au Centre culturel de Bonnyville, le 26 octobre dernier, pour participer à une soirée de dégustation de vins qui visait à souligner le 35e anniversaire d’incorporation de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) régionale de Bonnyville/Cold Lake.

Le français a résonné sur les ondes du 88,1 FM dans la région de Bonnyville, le 29 septembre dernier, dans le cadre du Forum de la radio communautaire organisé par l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) régionale de Bonnyville/Cold Lake.

Durant la fin de semaine, les élèves du secondaire des écoles Beaux-Lacs de Bonnyville et Voyageur de Cold Lake ont été conviés à suivre des formations radio et à diffuser le contenu qu’ils ont créé durant ces ateliers. Au total, neuf jeunes ont participé à l’activité et tous ont eu la chance de parler sur les ondes qui diffusaient sur un rayon de 10 kilomètres.

Il y avait de la grande visite, le 16 mars dernier au Centennial Centre alors que l’entraineur Guy Lafleur et 10 anciens joueurs des Canadiens de Montréal ont joué une partie amicale contre l’équipe des Eastlink Selects.

Près de 1200 personnes s’étaient réunies dans le complexe sportif pour assister à cette rencontre opposant 21 joueurs locaux à l’équipe des Anciens formée pour l’occasion de Mathieu Dandenault, Normand Dupont, Gilbert Delorme, Karl Dykhuis, Yves Racine, Richard Sévigny, Sergio Momesso, Stéphane Richer, Jocelyn Lemieux et Patrice Brisebois.

L’école des Beaux-Lacs de Bonnyville a procédé, le 8 novembre dernier, à l’inauguration officielle du parc récréatif rattaché à l’école.

Bien que les enfants du coin s’y amusent depuis le mois d’août 2010, la représentante de l’Alberta à la Commission nationale des parents francophones (CNPF), Lucie Lavoie, affirme que l’école des Beaux-Lacs tenait à faire valoir le travail d’équipe entre les parents des élèves, l’école et la communauté, ce qui a permis au projet d’aboutir.

Grâce aux cours crédités offerts par le Centre de développement musical (CDM) durant l’année scolaire 2010-2011, IMPACT! a réalisé un rêve en lançant un album, le 2 septembre dernier, au Centre culturel de Bonnyville.

IMPACT!, c’est cinq jeunes de l’école des Beaux-Lacs : Jeremy Dallaire, Catherine Laquerre, Ian Kurek, ainsi que les sœurs Hannah et Julia Tremblay.

« Nous avons décidé en tant que groupe, au cours de la dernière année scolaire, d’aller une étape plus loin, de mettre sur disque-compact, notre travail des dernières années », a mentionné Julia Tremblay.

Malgré la pluie, la 34e édition du Tournoi de golf Lionel Rémillard, organisée annuellement par l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) régionale de Bonnyville/Cold Lake, a eu lieu le 19 juin dernier au Bonnyville Golf and Country club. Quelle belle façon de célébrer la fête des Pères en jouant au golf entouré de sa famille et de ses amis!

Cette année, 40 personnes se sont déplacées pour prendre part à la journée. À l’horaire, outre le tournoi, les golfeurs comme les non-golfeurs ont pu assister à la remise des prix en savourant un repas chinois qui leur a été servi.

Aller au haut