Imprimer cette page

L’ACFA de Saint-Paul vieillit, mais ne se tarit pas

Les membres ont approuvé certains changements aux statuts et règlements pour faire face à sa population vieillissante.
 
À l’Assemblée générale de l’Association canadienne-française de l’Alberta régionale de Saint-Paul le quorum de 20 personnes a été atteint de justesse, mettant en lumière la raison d’être de ces changements aux statuts et règlements présentés par le directeur des affaires communautaires du Secrétariat provincial de l’ACFA, Alain Bertrand. Ainsi, le quorum a été descendu à 15 pour les années à venir.
 

« On est en train de réviser tous les statuts et règlements des régionales pour les alléger et les uniformiser », explique M. Bertrand. Par ailleurs, les membres auront maintenant jusqu’à une semaine avant le Rond Point pour tenir leur AGA.
 

Déficit justifiable
Claude R. Dion, de la firme comptable Joly, McCarthy et Dion,  a fait part du déficit opérationnel 23 045 $, totalisant un manque à gagner de 46 292 $ pour l’année sur un budget d’environ 135 000 $. Le budget de l’ACFA régionale de Saint Paul a beaucoup diminué du fait de l’acquisition de l’ancien bâtiment du centre culturel par le Conseil scolaire du Centre-Est (CSCE) en janvier 2012, ce qui a privé l’association de près de 35 000 $ en revenus des loyers qu’elle percevait.
 
La présidente de la régionale, Julie Piquette ne semble pas s’inquiéter de ce déficit, tout comme du côté du vérificateur. « Il y a encore un fonds de roulement, mais il ne faudrait pas l’amincir pour les prochains exercices financiers sans avoir de plan stratégique », a précisé le M. Dion.
 
Julie Piquette maintient que le « but cette année est de dépenser les revenus casino accumulés, pour couvrir des couts et réduire le déficit ». Pour ce faire, l’employée de l’ACFA régionale, Nathalie Hébert devra faire une demande spéciale à l’ Alberta Liquor and Gaming Commission, puisque la contribution de casino doit être normalement dédiée à des catégories de projets préalablement établies.
 
Par ailleurs, Nathalie Hébert a confirmé avoir reçu des fonds de 30 000 $ par année de Patrimoine Canadien pour les deux prochaines années.
 
Affaires courantes
L’ACFA régionale de Saint Paul attend de voir si les rénovations du bâtiment ajointé au centre culturel toucheront ses bureaux. Les rénovations sont prévues pour juillet. Il semblerait également, d’après Nathalie Hébert, que le Conseil scolaire et la Ville aient décidé de la démolition du centre culturel. Les membres devront donc attendre pour voir le projet de garderie francophone voir le jour à Saint-Paul. « Ce ne sera pas pour cette année », concède Julie Piquette.
 
Les nombreuses activités culturelles ont attiré les foules et les nouveaux concepts pour les jeunes, la soirée de fille par exemple, ont également été un succès. Julie Piquette a notamment remercié chaleureusement Nathalie Hébert pour son travail, et Pierre et Joanne Lamoureux, pour avoir accueilli les artistes de Chemin chez nous, et ce, à trois reprises. « On veut vraiment continuer à offrir toutes ces activités et en créer de nouvelles orientées pour les ados de façon à faire connaitre l’ACFA », affirme Mme Piquette.
 
Et la relève?
Même si les deux jeunes femmes, présidente et directrice de l’ACFA, montrent l’exemple d’une communauté francophone jeune et active à Saint-Paul, les besoins de relève se font ressentir dans plusieurs domaines. « On ne rajeunit pas. On aurait besoin de bénévoles qui aimeraient garder l’histoire de la place parce que nous ne sommes plus trop fiables », plaisante Lorraine Hétu du Musée d’histoire de Saint-Paul.
 
L’ACFA fêtait d’ailleurs son 40e anniversaire, pour lequel Jeanne Robinson, membre du Conseil d’administration (CA) de l’ACFA, a remis un certificat. Celle-ci a réitéré le désir de l’ACFA d’impliquer les régionales dans la prise de décision, notamment sur le CA. Précisons que deux postes de représentants du Nord-Est seront en élection à l’automne.

Évaluer cet élément
(0 Votes)