Imprimer cette page

Nouvelle stratégie pour la zone Nord

Le Réseau santé albertain (RSA) et Alberta Health Services (AHS) collaborent à un nouveau projet qui permettra d’identifier les professionnels de la santé capables de s’exprimer en français et permettre à la population de les reconnaitre.

Ce projet vise le Nord-ouest albertain, spécifiquement Grande Prairie et ses environs.


AHS fera parvenir sous peu un questionnaire en ligne aux professionnels de la santé et aux représentants communautaires

« Ce sondage se veut un outil par lequel nous pourrons diffuser un répertoire de professionnels de la santé capable et désireux d’offrir des services en français. Nous nous plaçons en intermédiaires », explique le coordonnateur de services en français d’AHS dans la région de Grande Prairie, Nabil Maarouf.

Le bassin de population francophone que l’on retrouve au nord justifie l’implantation du projet dans cette région. AHS prévoit rejoindre environ 1000 professionnels par l’entremise de ce questionnaire.

Des consultations communautaires avec différents organismes seront également tenues au cours des prochaines semaines afin d’identifier les ressources en français déjà existantes dans la région.

Le directeur du Réseau santé albertain, Luc Therrien, précise que ce projet vise quatre objectifs.

Le premier étant d’identifier les professionnels de la santé qui parlent français.

Le second est que ceux-ci s’affichent auprès des personnes dans le besoin.

Le troisième est que tous les professionnels de la santé, francophones et anglophones confondus connaissent les ressources d’éducation en français.

Le dernier, et non le moindre, est d’offrir, le cas échéant, un stage pratique en médecine à un étudiant francophone.

« Nous voulons bâtir un réseau de gens qui peuvent prodiguer des services en français pour nous assurer de bien servir les francophones », avance M. Therrien.

Projet en deux phases
Cette première campagne prendra son envol au début décembre et se terminera à la mi-janvier.

Parallèlement à ce sondage, AHS prépare des outils d’apprentissage en français sous forme de lexiques afin de démythifier les termes techniques et nomenclatures adaptées aux soins de santé en français.

« Nous avons une opportunité unique en Alberta qu’AHS offre la possibilité de prodiguer des soins en français. Ce qui correspond aux désirs de la communauté francophone. Ce n’est pas le cas dans d’autres provinces », fait remarquer M. Maarouf.


Luc Therrien précise que ce projet fait suite à une première collaboration avec la province pour certifier les professionnels de la santé qui parlent le français. « Ce projet n’a pas abouti. Nous avons donc proposé à AHS d’embaucher le coordonnateur de services en français dans la région de Grande Prairie à temps plein », explique M. Therrien. Ce dernier travaillait auparavant à mi-temps.

Le sondage s’adresse également aux professionnels qui offrent des services qui assurent le bienêtre, tels les massothérapeutes. « Nous ne pouvons séparer le bienêtre des soins de santé pour assurer une santé adéquate », met de l’avant le coordonnateur.

Le projet viendra à échéance en mars 2013, mais aura des impacts sur plusieurs années à venir. « C’est la première fois que l’on coordonne les informations sur les besoins et les ressources en français dans cette région », se réjouit Nabil Maarouf.

Notons que ce projet est financé par Santé Canada à travers RSA.

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)