Imprimer cette page

Gilles Bouchard : un très grand coopérateur!

Profitant de son Gala des prix d’excellence 2012, le Conseil de développement économique de l’Alberta (CDÉA) a procédé à une remise de l’Ordre du mérite coopératif et mutualiste canadien.

« Je suis très touché de remettre ce soir l’insigne de Premier Degré de l’Ordre du mérite coopératif et mutualiste canadien à un homme  qui a donné de son temps, de son énergie et de son courage pour le vivre ensemble. C’est un travailleur acharné et lucide, doté d’une éthique élevée, gage de désintéressement », a lancé le président-directeur général du CDÉA, Marc Tremblay, en parlant de Gilles Bouchard.


Cet honneur a été décerné en cette Année internationale des coopératives. « Gilles Bouchard aura mené une carrière fructueuse d’une cinquantaine d’années comme coopérateur. Son implication et sa gestion à travers les multiples associations dont il a fait partie ainsi que sa vision auront positivement contribué à sa région, et par conséquent à sa communauté qui s’est développée grâce à la formule coopérative », souligne Marc Tremblay.

Ce dernier rappelle que Gilles Bouchard est le fils de pionniers de Saint-Isidore (Antoine et Georgette Bouchard). Son père a d’ailleurs été le premier président de la Société des Compagnons Ltée en 1953.

Pour Marc Tremblay, le récipiendaire est un « modèle de leadership et un exemple pour la communauté francophone et plus particulièrement celle de Saint-Isidore en Alberta. Sa nomination dans l’Ordre du mérite coopératif et mutualiste canadien 2012 récompense ses hauts faits d’armes dans le monde de la coopération », affirme-t-il.

Le principal intéressé était touché de recevoir cet insigne. « Je ne savais pas que j’avais fait tant de choses dans ma vie », s’est-il exclamé, ému d’être ainsi reconnu.

Selon lui, la coopération a toujours été une valeur importante qui lui a été transmise et qu’il transmet à son tour. « Lorsque mes parents sont venus dans l’Ouest canadien, il fallait, avec les autres francophones, qu’ils s’entraident pour survivre dans la région de Peace River », affirme l’homme, aujourd’hui âgé de 74 ans.

Parmi les projets mis de l’avant, Gilles Bouchard en retient un. « La création de la coopérative de gaz naturel est quelque chose dont je suis fier. Nous sommes partis de zéro pour la bâtir. À l’époque, les fermiers voulaient sécher leurs grains et il n’y avait que le propane, qui coutait de plus en plus cher. La création de cette coopérative est donc venue à un moment important », avance-t-il.

C’est en compagnie de sa famille, dont son fils qui a fait le voyage de Moncton, que M. Bouchard a accepté cette distinction. « Ce que j’ai fait, en matière de coopération, même si cela n’a pas toujours été facile, je le recommencerais de
la même façon si cela était à refaire », conclut Gilles Bouchard.
- Le Franco

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)