Imprimer cette page

Le folklore à Bonnyville

La fin de l’année scolaire approche rapidement, mais c’est aussi le temps des concerts de « fin d’année » pour plusieurs activités culturelles. C’est comme ça que je me suis retrouvé au gymnase de l’École des Beaux-Lacs, à la fin avril, où plus d’une centaine de parents et enfants étaient réunis pour voir le spectacle annuel de la troupe folklorique les Vol-au-Vent.

Cela m’a rappelé de bons souvenirs de la fin des années ’80, quand les spectacles folkloriques étaient devenus des événements culturels franco-albertains « majeurs » qui rassemblaient d’autres troupes folkloriques comme Saint-Paul (les Blés d’or), Saint-Isidore (les Pleins Soleils), Plamondon, la troupe Métis d’Élizabeth et d’autres écoles qui offraient l’activité de danses folkloriques.


Les Vol-au-Vent avaient même participé au rassemblement folklorique international de Beaupré en 1987. Je me souviendrai toujours du dernier spectacle auquel j’ai participé, sous le thème Re-Création, présenté à l’aréna Lalonde. Marcel Hétu avait peint le décor; Dallaire Entreprises nous avait prêté un autobus scolaire pour une entrée grandiose avec klaxon, lumières clignotantes et le débarquement d’une troupe de « Mignons » danseurs derrière un « clown à claquette ». Les danseurs plus âgés n’avaient pas manqué d’imagination en incorporant à leurs danses, bicyclettes, costumes non traditionnels et autres éléments nouveaux.

J’avais donc très hâte de voir comment s’était développé le folklore depuis toutes ces années. Le spectacle s’intitulait Sous le Chapiteau, qui nous suggérait qu’on allait au cirque. J’ai d’abord été frappé par la simplicité et la « luminosité » du décor, puis par l’imagination et la créativité de chaque troupe, des plus petits aux plus grands, pour présenter leurs danses comme un numéro de cirque.

Intéressant aussi du côté musical par l’utilisation de musique traditionnelle et actuelle. Le spectacle a été chorégraphié et monté par des enseignantes et des élèves des Beaux-Lacs : Lyne et Julie Jodoin, Jacqueline Vallée et Julia Tremblay. La journaliste du Bonnyville Nouvelle, Melissa Barr, a écrit que c’était le spectacle « le plus mignon » qu’elle avait vu à Bonnyville. Et que dire de la poésie des noms de chaque groupe : les Mignons, les Papillons, les Arcs-en-ciel, les Étincelles et les Girouettes.

Présidente de la troupe depuis cinq ans, Danielle Lavoie-Dumont s’est dite très satisfaite du résultat, considérant que la trouve n’est active que trois mois par année. Les autres membres du comité sont : Nicole Jodoin, Colette Deschenes, avec la collaboration de la directrice de l’École des Beaux Lacs, Lise Gratton.

Il y a plusieurs années, les danses folkloriques étaient la responsabilité d’un comité de l’ACFA. Aujourd’hui, c’est une initiative privée d’une équipe de bénévoles, en partenariat avec l’école. Pour Mme Lavoie-Dumont, initiée au folklore très jeune avec les Pleins Soleils de Saint-Isidore, « le folklore est une activité intéressante pour les jeunes. Les inscriptions pour cette activité sont en augmentation chaque année. Les jeunes des écoles d’immersion peuvent aussi participer ».

Enfin, j’ai été agréablement surpris de voir que le folklore était toujours vivant à Bonnyville, et qu’aujourd’hui encore, FOLKLORE n’est pas seulement synonyme de passé, mais aussi une activité qui contribue au développement de l’imagination et de la créativité, tout en étant un excellent exercice physique pour mieux vivre le présent.

 


Réal Girard
Bonnyville
 

Évaluer cet élément
(0 Votes)