À Canmore : la famille de l’ACFA s’agrandit

Les Franco de la Bow ont atteint l’objectif de leur campagne de recrutement et l’organisme est devenu une régionale de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA), le 6 septembre dernier.
 

Près d’une vingtaine de personnes se sont réunies pour participer à une Assemblée générale extraordinaire qui a permis aux Franco de la Bow de devenir l’ACFA régionale de Canmore/Banff.


« Cette décision nous permet de continuer sur une belle lancée amorcée l’an dernier lorsque le comité a décidé de faire une campagne de recrutement pour devenir une ACFA régionale », a mentionné la présidente des Franco de la Bow, Audrey Duval.

« On se doit de féliciter les gens de Canmore qui se sont mobilisés et ont trouvé le moyen de faire passer le nombre de membres d’une vingtaine à plus de 130 », a pour sa part témoigné la présidente de l’ACFA, Dolorèse Nolette.

Celle-ci se réjouit de l’engouement des francophones de Canmore. « Ils ont trouvé une formule gagnante au niveau du recrutement et il faudra s’assoir avec eux pour voir s’il n’est pas possible d’appliquer cette formule ailleurs en province », estime Mme Nolette.

Rappelons qu’un minimum de 100 membres est nécessaire pour qu’un cercle local ou un comité fasse une demande à l’ACFA pour devenir une régionale.

« Cet objectif était important pour nous. Oui, il y a une belle énergie, mais Canmore et Banff sont des régions où les personnes arrivent et partent. Lorsque c’est seulement des bénévoles qui gèrent un organisme, il y a un risque que cela tombe à l’eau si plusieurs quittent. Avec le statut de régionale, nous pouvons anticiper d’aller chercher des fonds pour embaucher un employé et assurer une certaine permanence », soutient Audrey Duval.

Dolorèse Nolette abonde dans le même sens. « Le fait qu’ils appartiennent formellement à l’ACFA apporte une certaine notoriété à la nouvelle régionale. Cela leur donne plus de poids lorsque viendra le temps de présenter des demandes de financement, que ce soit pour l’Accord de collaboration ou à d’autres bailleurs de fonds », indique la présidente de l’ACFA.

Changement de nom?
En acceptant de devenir une ACFA régionale, l’organisme devrait normalement s’appeler l’ACFA régionale de Canmo-re/Banff. « Idéalement, nous aimerions garder le nom les Franco de la Bow. C’est comme cela que nous avons commencé et que nous sommes connus dans la région », avance Audrey Duval.

Du côté de l’ACFA, on ne voit pas de problèmes avec cette possibilité. « Le Conseil d’administration a entériné le nouveau nom de cette régionale, mais nous allons continuer les discussions avec eux afin de déterminer ce qu’il est possible de faire en terme d’incorporation. C’est une question de procédure et nous allons trouver une solution », estime Dolorèse Nolette.

Accroitre la famille
L’assemblée extraordinaire à peine terminée, les Franco de la Bow retournent en mode recrutement. « Nous aimerions atteindre les 200 membres. Nous en avons 130 présentement, mais avec la possibilité d’en ajouter quelque 50 de plus prochainement avec la SPEF (Société des parents pour l’éducation francophone) de Canmore », indique Audrey Duval.

L’organisme entend aussi élargir ses horizons. « La grande majorité de nos membres se trouvent présentement à Canmore. Faire du recrutement à Banff est l’une de nos priorités, car on y trouve beaucoup de francophones », note Mme Duval.

Les Franco de la Bow doivent aussi préparer leur assemblée générale annuelle, prévue pour le 20 septembre. « Cette rencontre sera l’occasion de dresser le bilan très positif de la dernière année, mais aussi de penser à l’avenir. Je sais déjà que deux membres du comité quitteront Canmore à la fin de 2012 et il faudra trouver des gens pour les remplacer », signale Audrey Duval.

La présidente de cette nouvelle régionale entend, quant à elle, renouveler son mandat pour au moins une année. « Il faut assurer une certaine continuité. Nous venons tout juste d’embaucher une personne contractuelle pour nous appuyer et déjà, nous remarquons que cela enlève un certain fardeau sur les épaules des bénévoles », lance-t-elle.
 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut