Imprimer cette page

Chez Madame Picolo: Un nouveau service de garde à Fort McMurray

Chez Madame Picolo, la première pouponnière francophone de Fort McMurray, a été inaugurée au centre scolaire communautaire Boréal le 20 juin dernier, en présence d’environ 35 personnes.

« C’est un service que nous avons créé par rapport aux besoins de la communauté et cela stimule beaucoup les francophones à garder leur langue », affirme l’agente de développement à l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) régionale de Wood Buffalo, Angelina Gionet.


Fonctionnelle depuis avril 2012, la pouponnière francophone est la 4e phase d’un projet entamé en 2007. L’ACFA régionale de Wood Buffalo, en partenariat avec l’école Boréal, offre 
maintenant toute la gamme de services de la petite enfance.

Des 19 places en garderie ouvertes en 2009, en passant par le programme de prématernelle et la Halte scolaire après l’école, le service de garde francophone à Fort McMurray peut maintenant accueillir jusqu’à 76 enfants.

La pouponnière, qui peut recevoir jusqu’à huit bébés, affiche presque complet avec sept places déjà réservées.

Bien que le projet soit mis à terme, la régionale de Wood Buffalo n’entend pas s’assoir sur ses lauriers. « Le travail n’est pas terminé, déclare l’agente de développement. Maintenant que nous sommes accrédités, il ne faut pas négliger la qualité des services. »

Pour que tout soit disposé à accueillir les jeunes, il reste à aménager le terrain de jeux extérieur, qui n’est pas adapté aux enfants de cinq ans et moins. « Il faut trouver environ 
4000 $. Nous ne savons pas exactement comment, mais nous avons commencé avec une collecte de fonds. Pour l’instant, nous avons une permission temporaire pour le terrain de jeux », laisse savoir Angelina Gionet.

Partenariats communautaires
Gérés par l’ACFA régionale de Wood Buffalo, les centres de la petite enfance se situent dans l’école Boréal. « Un parent va siéger à un comité de la garderie pour qu’il garde son mot à dire sur le fonctionnement 
des services », assure Mme Gionet.

Le directeur général du Conseil scolaire centre-nord (CSCN), Henri Lemire, précise que si le conseil n’a pas les fonds pour se lancer dans le développement des services à la petite enfance, il s’agit néanmoins d’un domaine soutenu par le CSCN.

« Nous avons une entente avec la Fédération des parents francophones qui gère les prématernelles. Selon notre politique, nous offrons les loyers gratuitement pour ce service », déclare-t-il.

La garderie se finance d’elle-même, puisque les parents payent pour le service, mais Mme Gionet ne cache pas que la collaboration avec le CSCN contribue à la réussite du projet. « Il faut considérer qu’à Fort McMurray il est difficile de trouver du logement et les couts de location sont souvent énormes », explique cette dernière.

M. Lemire ajoute que les pouponnières en français n’abondent pas en Alberta et se dit heureux de voir que l’école Boréal entame cette prochaine étape. 

Services pertinents
Pour Sonia Coulombe, directrice de l’école Boréale et nouvelle maman qui bénéficie du service de pouponnière, cette proximité donne envie d’avoir d’autres enfants. « Nous aurions pu avoir un service en anglais à la maison, mais dans un milieu minoritaire, nous voulions absolument que tout se déroule en français », souligne la jeune maman.

En tant que directrice de l’école, Mme Coulombe observe déjà les retombées de ce service. « Nous affichons déjà complet pour la pouponnière l’an prochain et notre prématernelle aussi. Nous avons beaucoup de classes à niveaux multiples, mais l’an prochain les 1er et 2e années auront des classes respectives », rassure Sonia Coulombe.

« C’est certain que cela a un impact lorsqu’on offre des services en français dès la naissance à la 12e année », conclut Sonia Coulombe.
 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)