Imprimer cette page

Radio francophone permanente à Plamondon : le projet est maintenant réalité

C’est en grande pompe que s’est déroulée l’ouverture officielle de CHPL 92.1 FM, la radio communautaire francophone de Plamondon et ses environs, le 16 juin dernier au Centre culturel Philip-Ménard, en présence de plusieurs dignitaires.

« Pour avoir contribué à l’ouverture de la radio communautaire de Rivière-la-Paix, pour avoir été une de ses voies, de ses auditrices et de ses défenderesses, je sais quelle fierté vous habite aujourd’hui », a affirmé la présidente de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA), Dolorèse Nolette, en s’adressant à la soixantaine de personnes rassemblées pour l’occasion.


Après 12 ans de travail et persévérance, la cérémonie d’ouverture a été transmise en direct sur les ondes de la radio afin d’inaugurer l’évènement. La programmation estivale, qui compte une dizaine d’émissions locales et quelques-unes du Réseau francophone d’Amérique de l’Alliance des radios communautaires du Canada (ARC), a débuté le 18 juin dernier.

Le président du Club de la radio de Plamondon, André Contant, partageait sa joie d’avoir mis à terme le projet et d’être maintenant reconnu parmi les radios officielles auprès de l’ARC. « Lors de ma dernière rencontre à l’ARC, bien que la radio n'était pas officiellement en onde, on m’a permis de m’assoir à la table des radios permanentes. Cela m’a beaucoup touché et démontre l’importance de notre radio », a confié l’homme derrière le projet.

« CHPL 92.1 FM fait maintenant partie des 30 membres de l’ARC, dont seulement deux sont en Alberta. Nous savons à quel point la présence d’une radio communautaire est indispensable à l’épanouissement des francophones en situation minoritaire. Surtout lorsqu’on sait que la population francophone en Alberta est en augmentation », a pour sa part affirmé la sénatrice Claudette Tardif.
Le maire de Lac La Biche, Peter Kirylchuk, la ministre de la Culture et responsable du Secrétariat francophone, Heather Klimchuk et le colonel à la retraite et Lieutenant-gouverneur de l'Alberta, Donald S. Ethell sont venus rendre hommage au travail des bénévoles et du président du Club de la radio de Plamondon, qui ont mené ce projet à terme au fil des années.

L’antenne de diffusion, d’une puissance supérieure à 1000 watts, diffuse sur un territoire beaucoup plus large que prévu. « Il faut réajuster le tir au niveau des campagnes de promotion et refaire des études techniques sur le spectre de diffusion. On se rend compte que c’est beaucoup plus puissant qu’on le pensait », souligne le directeur de la radio, Jérémie McClure. CHPL 92.1 FM diffuse jusqu’au comté d’Athabasca.

Toujours des défis
Maintenant que la radio diffuse en permanence, reste à assurer la pérennité de CHPL 92.1 FM.  Jérémie McClure espère que le tapage autour de l’ouverture de la station aura catalysé les gens de la communauté. « Notre nouveau défi, c’est de bien s’intégrer dans la communauté. On cherche à avoir une programmation plus remplie et assurer un renouvèlement. Nous avons déjà une bonne base de bénévole, il faut maintenant se bâtir une réputation et une clientèle », avance le jeune homme.

La radio compte se lancer dans de nouvelles expériences et s’impliquer plus amplement dans la communauté en diffusant, par exemple, les matchs de hockey des tournois locaux ou des spectacles en direct. M. McClure envisage également de diffuser les évènements d’envergure dans la région.

« La radio est un des organisateurs des journées Héritage, qui soulignent la Saint-Jean Baptiste et nous serons aussi présent à l’évènement Mud Bug, qui est une course de véhicules motorisés dans la boue. Ce sera l’occasion pour la radio de se forger une nouvelle identité », avance Jérémie McClure.

Pour la présidente de l’ACFA régionale de Plamondon/Lac La biche, Thérèse Lanteigne, l’ouverture permanente de CHPL est un grand pas en avant pour les francophones de la région. Elle compte, d’ailleurs, continuer la collaboration entre l’école Beauséjour et la radio. « Les bons projets ont démontré que les jeunes restent actifs dans la francophonie et la garde dynamique. À la radio, on veut éviter les anglicismes et améliorer la communication orale et le vocabulaire », affirme Mme Lanteigne. 

« On sait à quel point l’assimilation peut être sournoise, mais le comité de la radio fait en sorte que le français reste vivant dans la région », témoignait cette dernière qui enseigne également à l’école Beauséjour.

Une série musicale mettant en vedette les talents locaux de la région, toujours diffusé en direct sur les ondes de CHPL 92.1 FM, a clôturé la soirée.
 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)