Imprimer cette page

Une année chargée, un centre couteux et des finances à redresser!

Une trentaine de personnes se sont présentées au Centre communautaire Centralta, le 16 juin dernier, pour participer à l’assemblée annuelle de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) régionale de Centralta.

Ces derniers ont été à même de réaliser que leur régionale avait été très active au cours de la dernière année : 150e anniversaire de Saint-Albert et ses nombreuses activités, Fête du village de Legal, Tour cycliste de l’Alberta, camp de jour, festival d’automne, l’ACFA hantée (Halloween), cours de perfectionnement culinaire, curling, cabane à sucre dans les écoles d’immersion, Jazz’Art, Génies en herbe, etc.


Comme l’a fait remarquer le président sortant de l’organisme, Denis Caron, l’ACFA régionale de Centralta a maximisé sa visibilité. « Outre les nombreuses activités francophones, nous avons tenu à être présents dans la communauté majoritaire afin de leur apporter notre support et notre appui. C’est pourquoi nous avons appuyé la ville de Legal lors du Small Town Saturday Night offert par Big Valley Jamboree. À Morinville, c’est lors de la Saint-Jean Baptiste et le Trade Show que nous avons rencontré la communauté », a-t-il mentionné.

« Cela permet la valorisation du fait français et de la dualité linguistique, en plus d’assoir notre crédibilité comme partenaire de choix », a ajouté M. Caron.

Cette présence active de l’organisme n’est pas passée inaperçue. « La visibilité, on la voyait partout dans la communauté. Cela faisait longtemps que l’association n’avait pas été aussi visible dans la région », a soutenu Chantal Fréchette, sous un regard approbateur des membres présents.

« Nous avons eu la chance d’avoir, au cours de la dernière année, un président visionnaire », d’enchainer Carole Fréchette. Notons qu’à cette liste d’activité, l’ACFA régionale de Centralta peut aussi ajouter le camp de hockey francophone, qui aura lieu en juillet, une idée de Denis Caron.

« Quand on a des échos à Saint-Albert de ce qui se fait à Legal, en terme de développement de notre régionale, c’est positif », ajoute Carole Fréchette.

Budget déficitaire
Outre les nombreuses activités de la régionale, la situation financière de l’ACFA régionale de Centralta a retenu l’attention. L’organisme a en effet enregistré des pertes d’environ 51 000 $ pour la période du 1er janvier 2011 au 31 mars 2012 (l’organisme a procédé à un changement de date de son année financière). Ce déficit s’ajoute à un manque à gagner de 35 000 $ enregistré en 2010.

« Aucune entreprise qui dépense plus qu’elle n’en fait va continuer à faires des affaires très longtemps. Si on continue de dépenser plus d’argent qu’il en rentre, cela ne va pas aller à long terme », a partagé Lucien Houle.

Élu président lors de l’assemblée annuelle, David Fréchette a tenu à rassurer les membres. « Un plan de redressement sera présenté à la rencontre du conseil d’administration afin d’aborder le dossier de la situation financière », a-t-il annoncé.

Ce dernier souligne « qu’à l’intérieur du déficit, on retrouve le cout de l’amortissement lié au Centre communautaire. Si on soustrait les sommes liées à l’amortissement, le déficit de 51 000 $ au cours des 15 derniers mois est plutôt un déficit d’environ 15 000 $ », explique-t-il.

Par ailleurs, la situation financière de l’organisme n’est pas aussi catastrophique que le démontrent les déficits, puisque l’organisme a pigé dans ses surplus accumulés, qui se chiffrent maintenant à 167 000 $. « Il est évident qu’on ne peut pas continuer comme cela chaque année. On va frapper un mur à un moment donné. On veut aussi éviter de se retrouver dans une situation financière précaire, comme cela est le cas pour d’autres régionales de l’ACFA », avance David Fréchette.

Fait à noter, l’ACFA régionale de Centralta entend créer un fonds de dotation avec la Fondation franco-albertaine. « Un premier geste que nous avons posé pour redresser le tir, c’est d’injecter 40 000 $ dans un fonds de dotation. Cela va nous permettre de générer des revenus à perpétuité. Nous allons regarder nos budgets et déterminer s’il est possible d’ajouter un autre montant à cette somme », avance le nouveau président de l’ACFA régionale de Centralta.

Le lancement officiel de ce fonds est prévu pour l’automne 2012.

Centre communautaire
Afin de stabiliser les finances, l’organisme espère en venir à une entente avec le Conseil scolaire Centre-Nord (CSCN) et la ville de Legal pour la gestion de l’édifice. « Le CA est en pourparlers avec le CSCN et la ville pour la création d’un partenariat qui établira de nouvelles ententes pour assurer la rentabilité financière du Centre communautaire de Centralta », a présenté Denis Caron dans son rapport annuel.

«  Le besoin d’espace se fait de plus en plus insistant de la part de l’école pour offrir des locaux appropriés à nos jeunes ainsi qu’au niveau administratif », a précisé le président sortant de l’association régionale.

« La possibilité de voir, d’un côté, le conseil scolaire louer plus d’espaces pour ses besoins, et de l’autre, la ville de Legal revoir les termes du contrat de location, amène beaucoup d’espoir que cela va contribuer à combler le manque à gagner », a lancé Rémi Thibeault, membre du CA depuis quelques années.

Un enthousiasme que partage le nouveau président de la régionale. « On envisage la création d’un sous-comité de l’ACFA qui inclurait des représentants de chacun des membres de cette éventuelle entente tripartite. Ce comité verrait à la gestion du centre », affirme David Fréchette.

Du côté du CSCN, on espère conclure une entente dans un avenir rapproché. Le directeur général, Henri Lemire, confirme que les pourparlers progressent et que les conseillers sont à l’étude des documents qui ont été fournis par l’ACFA régionale de Centralta.

Nouveau CA
L’assemblée annuelle a été le moment d’élire un nouveau conseil d’administration. Le président David Fréchette sera entouré de Cécile Brandon, Yvon Leblanc et Ronald St-Jean, qui poursuivent leur mandat de deux ans, ainsi que Mélanie Lambert, Thérèse Turcotte et Chantal Fréchette qui ont été élues pour deux ans. Trois postes sont demeurés sans candidature.

David Fréchette est heureux de constater dans le CA que quatre membres proviennent de Saint-Albert, deux élus sont de Morinville et une personne vit à Legal. « Les célébrations du 150e anniversaire de Saint-Albert, en 2011, a permis d’élargir les horizons de l’ACFA et de décentraliser la provenance des élus. Aujourd’hui, on peut dire que notre association est vraiment régionale. Sans cette ouverture, à mon avis, le développement de l’ACFA était voué à l’échec », estime-t-il.
 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)