Imprimer cette page

La francophonie : un nouvel attrait touristique?

« Le but du forum touristique, c’est de nourrir la passion et la fierté des gens d’être francophone », a soutenu la directrice du développement rural et entreprenariat au Conseil de développement économique de l’Alberta (CDÉA), Suzanne Prévost.Organisé par le CDÉA, le forum touristique, présenté le 23 mai dernier au centre festival à Plamondon, a accueilli une vingtaine de personnes.

Les participants représentaient divers organismes qui travaillent de près ou de loin au développement touristique du nord-est de l’Alberta.


Des organismes partenaires du CDÉA tels que Alberta Tourism, Parks and Recreation, Travel Alberta et Lakeland DMO étaient aussi invités à l’évènement. Ces derniers ont à tour de rôle donné une conférence expliquant leurs services d’aide-conseil. En après-midi, les participants se sont regroupés en équipe afin de développer un projet-pilote pour favoriser le tourisme dans la région.

C’est dans une ambiance chaleureuse et amicale que s’est déroulée la journée. L’optimisme des participants et leur désir de mener à terme leurs projets étaient palpables.

Une francophonie en expansion
Comme le souligne le CDÉA, en Alberta, « plus de 225 000 personnes parlent le français dont bon nombre sont des entrepreneurs et des gens d’affaires ». Mme Prévost ajoute que « l’analyse de déficience » pour les produits touristiques de la région nord-est de l’Alberta créée en 2011 établit qu’« il y a le double de francophones en pourcentage dans le nord-est de l’Alberta comparé au reste de la province. »

Cette même analyse a aussi confirmé le potentiel touristique de la région. Le caractère francophone de la place s’avère unique dans la province et ajoute sans contredit une plus-value pour les touristes, selon Sheila Campbell, coordonnatrice à Alberta Tourism, Parks and Recreation.

Un travail d’équipe
Don Wilson, consultant pour Travel Alberta, a expliqué qu’il est crucial que chaque communauté ne soit pas en compétition l’une avec l’autre, mais qu’elles travaillent plutôt ensemble. « Les touristes seront intéressés à venir en région pour quelques jours s’il y a plusieurs activités offertes dans les différentes communautés. »

Renouer avec le passé
Mme Prévost souhaite développer, dans les prochaines années et en collaboration avec la communauté francophone, un tourisme spécialisé. Elle est convaincue que les touristes souhaiteront visiter la région pour y découvrir la culture francophone. « Soyons fiers de ce que nous sommes », a-t-elle lancé.

Par ailleurs, Suzanne Prévost a rappelé que par le passé, il y avait une crainte pour certains de s’afficher comme étant francophone : « Les gens sont de plus en plus fiers de leur langue, ils reprennent tranquillement confiance, mais la crainte est toujours proche. C’est ce sur quoi il faut travailler le plus fort. »

« Nous avons chacun nos entreprises, puis ça se rejoint, alors pourquoi ne pas travailler ensemble, puis tous en profiter? », s’est questionnée Michèle Dallaire, directrice de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) régionale pour la région de Plamondon/Lac La Biche. « Chaque communauté a ses richesses, il faut maintenant les exploiter et travailler ensemble pour promouvoir ces acquis », a-t-elle poursuivi.

Noëlla Somerville, participante au forum, est d’avis que cette activité est nécessaire : « Nous sommes tous loin [physiquement] l’un de l’autre, donc ce forum est essentiel parce qu’il favorise la communication entre nous. »

Cette journée aura permis, à travers les diverses interventions de tout un chacun, d’élucider le potentiel en ce qui a trait au tourisme de la région. 

Évaluer cet élément
(0 Votes)