S’informer pour s’affirmer

Dimanche 28 octobre à Bonnyville, une trentaine d'aînés du Club de l’Aurore ont pris la parole lors de saynètes mettent en avant des situations d’abus ou de maltraitance. Une façon innovante de sensibiliser aux droits des personnes âgées que la Fédération des aînés franco-albertains (FAFA) en partenariat avec l’Association des juristes d’expression française de l’Alberta (AJEFA) renouvelleront à travers la province.

Sinformer pour saffirmer

C’est la première fois que le projet S’informer pour s’affirmer s’invite chez les aînés francophones de la province, et ce sont les 33 membres du Club de l’Aurore de Bonnyville qui l’inaugurent. L’initiative est une idée de l’AJEFA et s’inscrit dans un esprit d’éducation juridique. « On voulait trouver une façon d’informer et de sensibiliser les aînés à leurs droits et au défi de la maltraitance », explique Denise Lavallée, directrice générale.

Les aines du Club de lAurore de Bonnyville se sont adonnes au jeu theatral pour mettre en scene des situations dabus de la vie quotidienneUne approche ludique…

Concrètement, il s’agit d’un jeu théâtral où cinq ou six saynètes sont jouées par les aînés pour mettre en scène des situations de la vie courante. On y retrouve par exemple l'hameçonnage sur internet, un phénomène nouveau qui frappe surtout les seniors, la question du testament et de la succession, ou encore la décision familiale de placer les grands-parents en maison de retraite. « L’objectif est de reconnaître et d’éviter les situations d’abus envers les personnes âgées », résume Amélie Delmon, gestionnaire de projet pour la FAFA.

Les petites scènes ont été écrites par France Levasseur-Ouimet, auteure, dramaturge et professeure franco-albertaine, et permettent d’aborder des thèmes divers et variés. S’ensuit une discussion avec un avocat pour parler plus sérieusement de la question juridique soulevée par chacune des scènes. À Bonnyville, c’était Pierre Lamoureux, avocat exerçant à Saint-Paul, qui avait fait le déplacement, l’occasion aussi de démontrer aux apprentis comédiens que des ressources en français existent près de chez eux.

Puis, un atelier de théâtre a été offert par Gisèle Lemire, qui travaille pour la Société du Gala albertain de la chanson, autour de la communication non violente et de l’affirmation de soi. « L’atelier donne suite aux saynètes et permet aux participants de discuter entre eux en petits groupes, car ce n’est pas toujours évident de prendre la parole devant tout le monde », indique Amélie Delmon. Enfin, la rencontre a été ponctuée par la présence du chanteur et musicien local Erik Ringuette.

…pour parler de sujets sérieux

« Les aînés sont une population vulnérable, relève Denise Lavallée. L’AJEFA cherche à organiser des activités pour mieux les joindre et les informer ». Pour la directrice, le projet est d’autant plus bénéfique qu’il instaure un contexte favorable à l’échange. « On a été ravis de la participation à Bonnyville », évalue-t-elle.

Le constat est aussi positif du côté de la FAFA qui voit en ce projet une façon d’apporter des outils et des ressources aux aînés de façon novatrice et collaborative.  « On essaie de faire en sorte que ce soit leur événement : ils choisissent l’horaire, l’organisation, les thèmes abordés… C’est libre et on essaie de s’adapter ».

De nouveaux ateliers S’informer pour s’affirmer seront organisés à travers la province par la FAFA : Edmonton le 8 novembre, Grande Prairie le 16 novembre, Saint-Isidore le 17 novembre, Medicine Hat le 24 novembre et Calgary le 30 novembre. Retrouvez le calendrier sur la page Facebook de la FAFA ou bien sur leur site Web.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut