Imprimer cette page

Une période de restructuration

L’assemblée générale annuelle de l’ACFA de Canmore-Banff s’est tenue vendredi 29 juin dans le centre artsPlace à Canmore. La soirée a permis de présenter les accomplissements de l’année, d’élire le conseil d’administration et de faire part des défis de restructuration de l’organisme.

ACFA Canmore Banff logo

Suivie par la présentation du film Hochelaga – Terre des âmes, l’AGA de l’organisme communautaire s’est déroulée dans une ambiance conviviale. Le conseil d’administration (CA) compte présentement six membres : Hélène L’Heureux, Marie-Hélène Dagenais, François Rolland, Philippe Dumont, Julie Raymond et Geneviève Poulin.

Si la soirée a été l’occasion de célébrer les réalisations de l’année écoulée, il a aussi été question de faire le point sur les défis à venir. « Nous avons travaillé très fort pour renforcer notre programmation », informe Geneviève Poulin, membre du CA. Sans employé depuis mars dernier, l’ACFA de Canmore-Banff continue malgré tout de développer de nouveaux partenariats avec les forces vives de la communauté, « afin de proposer des programmes en français et de les intégrer dans notre programmation ».

Le défi structurel

L’ACFA de Canmore-Banff couvre la région de Bragg Creek jusqu’au Lac Louise. « C’est un immense territoire, relève l’administratrice. On estime à 4 200 le nombre de francophones dans la région en haute saison. Il y a une forte communauté en transit, en plus d’une bonne population permanente ». Avec une programmation variée et importante compte tenu du territoire à couvrir, la visibilité des activités de l’organisme est remarquée.

Si la demande est bien présente, l’organisme peine à joindre les deux bouts depuis deux ans. Déjà en déficit l’an dernier de quelque 7 000 dollars, l’ACFA enregistre à nouveau une perte de 8 268 $ cette année, due notamment aux ressources humaines. « L’ACFA de Canmore est un organisme assez jeune encore, nous voulons structurer un peu plus notre gestion financière, ainsi qu’au niveau du conseil d’administration et du personnel administratif », assure Geneviève Poulin.

L’association est pour le moment financée sur le volet Projet de Patrimoine canadien, ce qui crée des défis : « On voudrait embarquer dans le financement de programmation. On ne se plaint pas mais on a du mal au niveau du financement et de la planification à moyen terme. On n’est jamais certains de ce qui s’en vient ».

Les mois qui arrivent vont être l’occasion de se pencher sur la planification stratégique de l’ACFA, qui cherche actuellement un employé à temps partiel pour la coordination de projets. En outre, un sondage sera proposé pendant l’été afin de recueillir les intérêts et besoins de la communauté. En janvier, la programmation sera adaptée en fonction des résultats.

Le sondage sera disponible dès juillet via l’infolettre mensuelle de l’organisme. Pour s’abonner: www.acfa.ab.ca/canmore

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)