Cabanes à sucre: Un moment de partage et d’ouverture

Le 19 février, l’ACFA de Lethbridge a organisé une cabane à sucre. Les 23 et 24 février, c’était au tour de l’ACFA de Red Deer de faire son carnaval. Les deux événements ont réuni les membres de la communauté francophone pour un moment chaleureux dans le froid hivernal, tout en ouvrant leurs portes aux anglophones.

Cabane a sucre a Lethbridge

Vendredi 23 février, lors de son 9e Carnaval, l’ACFA de Red Deer a accueilli environ 80 personnes autour d’un repas traditionnel canadien-français. Au menu : de la soupe aux pois, du jambon, des tourtières, et du pouding à l’érable. Les convives ont pu apprécier la musique de Brianna Lizotte, violoniste de la région de Red Deer, qui a joué pendant près de deux heures. Elle était accompagnée de son père à la guitare et d’une amie au piano. « C’est une jeune fille très talentueuse », commente Serge Gingras, directeur de l’ACFA de Red Deer.

À Lethbridge, c’est le 19 février dans l’après-midi qu’une cabane à sucre a fait le bonheur des visiteurs. Au Helen Schuler Nature Centre de la ville, on s’est pressé malgré le froid extérieur. Kate Gilbert, directrice de l’ACFA de Lethbridge, se réjouit de la fréquentation. « Ça s’est très bien passé même s’il faisait très froid. On a eu beaucoup de participants à l’occasion de cette Journée de la famille », indique-t-elle. Plus de 400 bâtons de tire sur la neige ont ainsi été vendus.

Carnaval de Red DeerAccueillir la communauté élargie à bras ouverts

Samedi 24, c’était jour de carnaval à Red Deer. La journée a commencé avec une cérémonie d’ouverture en présence de Michael Dawe et de quelques autres conseillers municipaux. « On a aussi eu la présence de Kim Schreiner, députée provinciale pour Red Deer North », se réjouit Serge Gingras.

La fameuse cabane à sucre était présente, ainsi qu’un kiosque du Kerry Wood Nature Centre et des ateliers de maquillage artistique, de bricolage et de coloriage, qui ont ravi les plus petits. Tous les artistes et exposants participants étaient de la région. Parmi eux : Claude Godin, saxophoniste, et Audrey Graham, pianiste, le groupe Country Pride Dance Club et sa douzaine de danseurs, et la chanteuse Randi Boulton.

Au total, entre 250 et 300 personnes sont passées au Festival Hall pour un après-midi en musique. Un public mixte a fait le déplacement: « Il y avait beaucoup de francophones naturellement, mais aussi des anglophones, souvent des parents d’enfants en écoles d’immersion, commente le directeur de l’ACFA de Red Deer. C’est important d’offrir une activité en français et bilingue à nos membres ainsi qu’à la communauté francophone et de Red Deer pour faire le lien », observe-t-il.

Carnaval de Red Deer 3Le public était tout autant diversifié à Lethbridge avec « des familles, beaucoup d’enfants, des parents, des francophones que nous ne connaissions pas, et des anglophones », précise Kate Gilbert. La directrice de l’ACFA régionale fait le même constat que son homologue: « Cette activité nous fait vraiment connaître auprès des anglophones, elle fait découvrir un aspect de la culture francophone. La plupart n’y ont jamais goûté, ils sont vraiment curieux, ils posent des questions, ils demandent à combien il faut bouillir le sirop d’érable par exemple », explique-t-elle. À Red Deer, Serge Gingras donne un témoignage comparable : « On profite de l’occasion pour montrer aux gens comment rouler la tire sur la neige, pour leur expliquer d’où vient le sirop d’érable. C’est une façon informelle de donner un enseignement ».

Ainsi, les cabanes à sucre n’ont pas fini de rassembler au cœur de l’hiver. « C’est une belle façon de se faire connaître », conclut Kate Gilbert.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut