Imprimer cette page

Bonnyville : un nouveau parc, un travail d’équipe

L’école des Beaux-Lacs de Bonnyville a procédé, le 8 novembre dernier, à l’inauguration officielle du parc récréatif rattaché à l’école.

Bien que les enfants du coin s’y amusent depuis le mois d’août 2010, la représentante de l’Alberta à la Commission nationale des parents francophones (CNPF), Lucie Lavoie, affirme que l’école des Beaux-Lacs tenait à faire valoir le travail d’équipe entre les parents des élèves, l’école et la communauté, ce qui a permis au projet d’aboutir.


« On voulait faire une petite cérémonie pour reconnaitre les gens qui ont participé au projet, on voulait souligner ça d’une façon spéciale », affirme Mme Lavoie, présente à la cérémonie.

Un parc attendu
La planification d’un parc pour enfants à Bonnyville a débuté il y a trois ans de cela. « Il y a quelques années, le gouvernement avait enlevé beaucoup de structures de jeux dans les villages et en région parce qu’elles n’étaient plus réglementaires au niveau de la sécurité », fait remarquer Mme Lavoie.

Certaines structures ont été remplacées selon les nouveaux standards canadiens, mais quelques municipalités, comme Bonnyville, restaient sans aires de jeux pour les enfants.

Une collecte de fonds ciblée a donc été organisée dans la communauté, afin que l’école se dote d’un parc récréatif. Le conseil de l’école a recensé les entreprises et les gens de la communauté, et leur a adressé les demandes de financement par lettres individuelles. « C’était très personnalisé, la stratégie a bien fonctionné, précise Lucie Lavoie, les gens ont été très généreux ». Elle ajoute qu’il est souvent plus facile pour les gens d’encourager une cause lorsque celle-ci est supportée par des connaissances proches.

Le gouvernement de l’Alberta aurait également contribué de façon considérable, avec une subvention de 75 000 $. Le Secrétariat francophone a aussi versé 10 500 $ à l’école des Beaux-Lacs pour la construction du parc. Mme Lavoie admet avoir eu de la chance d’avoir droit à des montants considérables de la part du gouvernement pour ce projet, mais souligne la grande générosité de la communauté.

Le parc est rattaché à l’école des Beaux-Lacs, mais se trouve à proximité d’un nouveau quartier résidentiel qui est appelé à se développer, selon Mme Lavoie. Plusieurs jeunes de Bonny-ville peuvent donc en tirer profit.

Il s’agit d’un parc intermédiaire, c’est-à-dire conçu pour les enfants de la 4e, 5e et 6e année. « En consultant les parents, ces derniers nous ont laissé savoir qu’ils aimeraient avoir des structures où ils pourraient s’amuser avec leurs enfants, et les jeunes du secondaire y viennent aussi », laisse savoir la représentante de l’Alberta à la CNPF.

La cérémonie
Malgré le temps nuageux et la température fraiche, une vingtaine de familles s’étaient déplacées pour assister à la petite cérémonie en compagnie de quelques représentants du Conseil scolaire Centre-Est et de Cindie LeBlanc, représentante du Secrétariat francophone et du gouvernement. « Compte tenu que c’était au milieu de la journée, c’est beaucoup », fait observer Lucie Lavoie. Un gâteau avait été préparé pour l’occasion.

L’artiste de Saint-Paul, Herman Poulin, avait été mandaté pour construire une œuvre d’art qui soulignerait la générosité des donateurs. Une sculpture de trois métaux superposés qui représente un arbre y est exposée en permanence.

Bonnyville sur la carte
Lucie Lavoie avoue en riant que la construction du parc aurait donné une bonne visibilité à la municipalité, et ce, à travers le Canada. L’école a fait affaire avec la compagnie Jambette, basée au Québec, pour la fabrication des structures de jeux.

Mme Lavoie affirme qu’il s’agit d’un des gros projets pour cette entreprise qui l’utilise comme exemple pour vendre d’autres contrats.

Notons que le Conseil scolaire a l’intention de bâtir un terrain de base-ball pour les jeunes du secondaire.

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)