Imprimer cette page

À vos marque-pages, prêts, lisez !

Vendredi 19 mai, la 6e édition du marathon de lecture a captivé les élèves de l’école Beausoleil à Okotoks, qui ne se sont pas détachés de leur ouvrage pendant, parfois, plus d’une heure ! Événement annuel, il s’inscrit aussi dans le cadre du programme de pédagogie culturelle de l’établissement qui vise à encourager les enfants à pratiquer le français en dehors des périodes traditionnelles.

« Le marathon se veut une expérience de lecture ludique au cours de laquelle tous les élèves et le personnel de l’école sont invités à lire continuellement, un peu comme un marathonien », résume Frédéric Rioux, enseignant de 4e année à l’école Beausoleil.

Un défi tant physique que cérébral

Vendredi, à une heure bien précise, tous les élèves de l’école Beausoleil sont sortis de leur classe pour se rassembler dans les couloirs de l’école. Installés confortablement sur des tapis, oreillers et autres chaises en mousse, ils se sont adonnés à une lecture de longue haleine, « bien emmitouflés dans leur pyjama ou recroquevillés sur eux-mêmes », comme en atteste l’enseignant.

Trois règles régissent le défi : l’élève doit rester à sa place en silence pendant tout le marathon ; il ne peut pas boire ni manger ; et il doit démontrer qu’il lit constamment. L’objectif de ces marathoniens du livre est d’atteindre la durée-cible fixée pour leur catégorie. Pour les maternelles, il s’agissait de 20 minutes, 30 pour les 1ère année, 40 pour les 2e année, 50 pour les 3e année, une heure pour les 4e année, et enfin une heure et quart pour les 5e, 6e, 7e et 8e années !

Une compétition érudite

Malgré la compétition, les enfants étaient plutôt libres. « Les élèves lisaient les livres de leur choix, à leur rythme, et étaient gentiment invités à retourner en classe par l’arbitre lorsqu’ils faiblissaient », précise M. Rioux.

Les élèves qui ont relevé leur défi ont reçu un certificat de lecteur émérite. Les grands gagnants, ceux qui ont lu pendant 75 minutes, se sont vus attribués un certificat de ‘super lecteur’. Le professeur se réjouit de l’engouement suscité : « Il est étonnant de constater jusqu’à quel point les élèves se dépassent. C’est de toute beauté à vrai dire ! L’école devient complètement silencieuse durant une bonne partie de l’après-midi. Tout un chacun rentre dans sa bulle et pour certains, il est difficile de les en faire sortir », témoigne Frédéric Rioux.

Une initiative qui s’inscrit dans la démarche pédagogique

L’instituteur en 4e année explique que « le développement des compétences en littératie est une approche excessivement prisée au sein du conseil scolaire (FrancoSud) ». Il ajoute que l’idée est de « rendre l’élève efficient en lecture dans une variété de contextes signifiants et différents ».

Selon M. Rioux, la plupart des élèves veulent réussir et se donnent à fond lors du marathon de lecture. « Bien entendu, l’une des visées fondamentales de cette activité est de développer l’amour de la lecture par l’entremise d’un défi à la fois corsé et valorisant ! », conclut-il.

 

« L’école devient complètement silencieuse. Tout un chacun rentre dans sa bulle et pour certains, il est difficile de les en faire sortir », Frédéric Rioux.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)