Imprimer cette page

Cuisine chaleureuse

Originaire du Québec, le chef François vous reçoit dans son restaurant de Canmore depuis 28 ans.

Quelle est la recette de son succès? « La persévérance et l’amour de nos employés », répond le chef. Il assure avoir géré son restaurant comme une famille. « C’est ce qui m’a fait persister. Ce n’est pas l’argent, car on ne fait pas des millions, le profit est minime », admet-il.JFrancois-passe-le-plat

Selon lui, il y a aussi la satisfaction personnelle d’être son propre patron et de créer des emplois qui le motive à perdurer. « Pour moi, c’est un grand accomplissement », dit le chef. « Notre clientèle est importante, mais ce qui compte le plus, ce sont nos employés », insiste le principal intéressé.

francois1À Canmore, Chez François a été nommé à cinq reprises comme le meilleur endroit où déjeuner. « On est fiers de cette récompense, se réjouit-il. Car au début, je ne faisais presque pas de déjeuner. Je faisais de la cuisine française et j’avais une très bonne clientèle. Mais celle-ci a vieilli, et les jeunes n’ont pas suivi. » Pour étayer ses propos, il cite plusieurs restaurants de cuisine française qui ont fermé dans la région de Canmore, dont Le Beaujolais. « J’ai pu survivre, car je me suis reviré de bord et je me suis lancé dans les déjeuners, et ce, depuis une dizaine d’années », explique le chef. Cela dit, il cuisine encore des soupers à raison de trois soirs par semaine. « Nous faisons des coqs au vin, du bœuf Stroganov et d’autres plats typiques de la France », communique-t-il.francois2

Chef François connaît bien la communauté francophone, lui qui a participé à plusieurs soirées d’improvisation à Edmonton. « J’étais engagé au théâtre, dans la ligue d’improvisation. Il y avait beaucoup de Québécois, c’était une belle époque. Le Franco s’est intéressé à notre restaurant cinq ou six fois, et ma femme Sylvie Grégoire a même déjà travaillé pour votre journal, en 1984 », termine-t-il.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)