Imprimer cette page

Le Galala télé de passage en Alberta le 18 février!

11781821 491944644296882 7487888596249783837 nRappelez-vous du Galala, c’est ce concours télévisé qui parcourt le pays à la recherche de jeunes talents francophones et francophiles. L’équipe de l’émission réembauche pour la seconde édition et sera à Airdrie le 18 février au Airdrie Koinia Christian School. Alors en piste !

Un projet d’émission ou le studio bouge et voyage à travers le pays. C’est le concept clé que Danièle Caloz de Médiatique et Sylvie Peltier de Red letter film ont imaginé ensemble. Au fil des émissions et des déplacements, force est de constater que le talent canadien francophone est multiple. Ce concours de jeunes talents permet de découvrir des graines d’artistes doués, mais aussi de découvrir les particularités culturelles de la scène artistique de chaque province.

Les talents sont-ils les mêmes ? Bien sûr que non ! « Ce que j’ai remarqué dans l’Ouest, ça danse… surtout des danses traditionnelles que ce soit, Ukrainienne, Irlandaise, Écossaise » remarque Nathalie Nadon, présentatrice de l’émission et artiste de formation, contrairement à l’Ontario où l’énergie artistique met l’accent sur la musique.  Cette émission est diffusée à l’échelle nationale : « les gens de l’Ouest en apprennent un peu plus sur les autres provinces et vice versa » souligne t-elle.

Ce concours s’adresse aux enfants âgés de 5 à 15 ans. La génération actuelle  possède déjà cette culture des concours comme Star Academy, et montre une certaine aisance sur la manière de se placer et de répondre à la caméra. Tous les modes d’expression artistiques sont représentés et l’éclectisme est de rigueur, en passant du chant, à la musique, la danse, le slam, le théâtre, l’humour, l’art oratoire, le chant choral, les arts martiaux, la magie, le cirque et bien d’autres encore. La prestation peut se faire en groupe ou bien encore en solo.

Tous les talents sont réunis et il est parfois très difficile de faire un choix : « la chose la plus importante… il faut vraiment voir la qualité de la performance… c’est l‘élément le plus important » précise l’animatrice. La manière de parler et le costume forment un tout et sont des atouts certains pour se distinguer.

Le Galala est avant tout une expérience : « un cheminement, un rayonnement » précise Nathalie Nadon. « Cela vient solidifier ta fierté et ta confiance en tant que francophone ou francophile, élève en immersion française » explique t-elle.  Cette émission selon elle, est un tremplin pour alimenter le rêve de créer en français. Le gagnant de l'an dernier s’appelait William Coallier, chanteur de Coaticook. Le nom du prochain gagnant ne tardera pas à se faire connaître. Faire de son mieux c’est important et comme le souligne Nathalie Nadon : « seul le feu sacré importe ».

Toutes les informations et directives sont inscrites sur www.galala.ca.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)