Imprimer cette page

La cabane à sucre du Nord-Est : une histoire de famille

 

Forte du succès que connaît la cabane à sucre à Bonnyville, la famille Tellier a accueilli cette année sur son épinettière le lever du drapeau franco-albertain et le lancement du guide touristique de l’Alberta en français lors de son événement annuel des sucres.

Au rythme des cuillères du groupe Les Bûcherons, et suivant la bonne odeur de jambon et de fèves au lard, les 500 invités de la cabane à sucre se sont amassés dans la clairière sur la propriété de la famille Tellier. Le temps de se mettre à leur aise, ils ont ensuite été encouragés à se joindre à l’hymne national chanté par Rachelle, une jeune fille de la région, alors que la mascotte franco-albertaine, Gribbit, levait le drapeau.

Cette clairière entre les conifères, recouverte de copeaux de bois pour le confort des participants, appartient à la famille Tellier depuis 1928. Elle fait partie du terrain de la ferme avoisinante, que possède la troisième génération de Tellier, « et bientôt la quatrième », rappelle le patriarche, Louis Tellier.

« À l’origine, dans les débuts 1900, c’était les Marcelet. C’était tous des francophones qui étaient ici dès le début. Ensuite ça s’est vendu à un M. Côté, M. Cayouette, M. Vallaire-Roy, puis ensuite M. Vallaire-Roy nous l’a vendu. Nous, on est voisin au sud ici, donc ça nous a accommodé beaucoup pour agrandir pour l’agriculture », dit-il.

Depuis 9 ans, Gaby et Louis Tellier accueillent la cabane à sucre régionale. Mais rien n’aurait été possible sans la communauté. « Chacun fait sa petite part et à la fin de la journée, ce n’est pas si mal que ça parce que tout se passe bien, affirme Louis Tellier. Tu vois les femmes à la cuisine, moi je claire le site, un autre monsieur transporte la rip. Tout est fait comme une coopérative. Moi j’aime beaucoup ça. »


Le bénévole Robert Tomm, qui tourne les saucisses et les petits pains sur le BBQ depuis les débuts de la cabane à sucre, a d’ailleurs été honoré pour son travail assidu lors des cérémonies.

Guide touristique

Pour Suzanne Prévost, du Conseil de développement économique de l’Alberta (CDÉA), l’événement était une occasion en or pour lancer le guide touristique de l’Alberta en français et souligner le travail de l’organisme dans la région. « Avec le CDÉA, ça fait plusieurs années qu’on travaille à améliorer les activités francophones qu’on a en région. La cabane à sucre est une de ces activités. »

Le guide touristique compte cette année 18 nouveaux annonceurs, dont Parcs Canada qui a réinvesti dans la publicité en français en Alberta, avec deux pleines pages dans le guide.

« Les sections coups de cœur sont revisitées chaque année. Ce sont les coups de cœur de l’équipe, d’après ce qu’on vit, puisqu’on vit dans ces villes, et ce qu’on entend de nos collègues », rapporte le directrice, développement touristique et entreprenariat au CDÉA, Julie Fafard. Elle note par ailleurs la page « Petit guide pratique du voyageur » qui contient plusieurs nouveautés, dont les sections sur le cyclotourisme, les routes panoramiques et les dates de rodéos dans toutes les régions rurales de l’Alberta.

La cabane à sucre de Bonnyville a d’ailleurs sa mention sous forme de photo dans le guide touristique, section Nord-Est. Pour les gens de la région, l’épinettière des Tellier est en quelque sorte leur site naturel protégé. « Depuis toujours, c’est aussi naturel que tu peux le voir parce que les gens que j’ai mentionné tantôt, ils ont toujours fait de la coupe sélective. Au début, ils prenaient ce qu’ils avaient besoin pour construire leurs bâtiments. Moi je ne peux pas couper un arbre en santé donc je fais juste regarder pour un arbre qui est mort, un arbre qui est sec et on se fait du bois de chauffage », confie Louis Tellier. Et il fera promettre à ses petits enfants de faire de même et surtout « que jamais dans l’histoire des Tellier [le terrain ne] change de main. »

 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)