Saint-Jean : grêle et bonne humeur

La pluie et la grêle n’ont pas empêché la communauté francophone de Red Deer de célébrer la Saint-Jean Baptiste, le 24 juin dernier. Plus de 150 personnes ont répondu à l’appel, et profité des activités qui ont été proposées.

Selon la directrice de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) régionale de Red Deer, Nancy Desbiens, l’événement a été un succès, même si la température n’était pas au rendez-vous. « La température était froide et décevante. On attendait beaucoup plus que 150 personnes, mais on remarquait aussi que les gens arrivaient dès que le ciel se dégageait un peu », affirme-t-elle.


L’événement proposait aux participants, entre autres, de visiter des kiosques, ou encore d’assister à des ateliers de peinture du visage et de bricolage. Mais toutes ces activités ont été installées à l’intérieur pour éviter le mauvais temps. Il a aussi fallu annuler les jeux gonflables.

« Beaucoup de parents sont rentrés plus tôt, parce que les enfants aimaient jouer dans les jeux gonflables et étaient mouillés. Mais on a quand même eu une belle Saint-Jean. On a vendu tous nos hamburgers », poursuit Nancy Desbiens, tout en ajoutant que l’an dernier, le climat n’était pas très clément non plus, ce qui a aussi joué sur le déroulement de l’événement.

Mais selon elle, la communauté a été solidaire, car les gens sont restés plus tard pour aider à démonter les installations. « Aussi, nous avons remarqué qu’il y a beaucoup de nouvelles familles qui sont venues des écoles d’immersion. Nous avions fait la publicité dans ces écoles et ça a plutôt bien fonctionné », souligne Mme Desbiens.

D’ailleurs, « trois gagnants de notre concours d’écriture dans les écoles d’immersion sont aussi venus avec leurs familles. Beaucoup de nouveaux visages se sont montrés à l’événement », a-t-elle observé.

Nancy Desbiens estime que la fête de la Saint-Jean Batiste continuera d’être une tradition dans la région. « Je ne crois pas qu’on doit nécessairement changer la formule de l’événement, parce qu’on a le gymnase, et les activités comme la peinture du visage, le bricolage ou les tables de pique-nique ont pu être réaménagées. Toute l’après-midi, il y a toujours eu des gens, et nous avons pu attirer de nouvelles personnes », lance-t-elle.

En ce qui concerne le climat, « on n’y pouvait rien, donc je dirais que nous sommes satisfaits de cet événement, qui a aussi été une belle fête de fin d’année pour les jeunes », conclut Mme Desbiens.
- Aline Essombe

 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut