Falher était en fête du 31 mai au 2 juin dernier, pour célébrer les efforts de ceux qui ont aidé à mettre sur pied la première école francophone en milieu rural, il y a 25 ans.

 

Le 25e de l’école Héritage avait même été lancé plus tôt dans la semaine à l’école. Il y a de cela un quart de siècle, les élèves de la nouvelle école avaient voulu rendre le moment pérenne en  écrivant des mots de fierté et d’encouragement destinés à la génération future. Ces mots avaient été encapsulés et glissés dans le mat du drapeau franco-albertain de l’école. La capsule devait être ouverte par les premiers bébés nés après l’inauguration. C’était le cas de Sophie Nolette, qui a eu le plaisir de dévoiler les vœux de ses ainés. 

La caravane communautaire de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) s’est stationnée à Grande Prairie le 23 mai dernier.

 

À bord de la caravane, Cynthia Daviault, coordonnatrice de projet Accent et du Centre d’information bilingue de l’ACFA, Guyaume Boulianne, assistant à la coordination de la Fête franco-albertaine, et Stéphanie Trottier, agente de développement et des communications à la Fédération du sport francophone de l’Alberta (FSFA). 

 

 

Le conseil d’école et la société des parents font part des problèmes au Conseil scolaire du Centre-Nord. 

 

Les problèmes d’infrastructures de l’école Saint-Christophe à Wainwright, qui accueille une soixantaine d’élèves de la maternelle à la 12e année, en font sourciller plus d’un. L’un des pavillons, l’édifice d’un ancien collège, ne pose pas problème. 

 

Les membres ont approuvé certains changements aux statuts et règlements pour faire face à sa population vieillissante.
 
À l’Assemblée générale de l’Association canadienne-française de l’Alberta régionale de Saint-Paul le quorum de 20 personnes a été atteint de justesse, mettant en lumière la raison d’être de ces changements aux statuts et règlements présentés par le directeur des affaires communautaires du Secrétariat provincial de l’ACFA, Alain Bertrand. Ainsi, le quorum a été descendu à 15 pour les années à venir.
 

En raison des effectifs croissants au niveau primaire à Grande Prairie, le Conseil scolaire du Nord-Ouest (CSNO) a entamé les démarches pour l’achat de deux unités modulaires pour combler les besoins d’espace à l’école Nouvelle Frontière pour la rentrée scolaire 2013-2014.
 
Les classes de maternelle et 1re année comptent chacune une trentaine d’élèves, ce qui est « beaucoup pour des classes de primaire puisque nous avons la langue et la culture comme priorité », pense le directeur général du CSNO, Marcel Lizotte. La moyenne provinciale pour les classes de maternelle et 1re année est un enseignant pour 13 élèves. À la rentrée, ces classes de Nouvelle Frontière pourront être divisées en deux, pour le mieux-être des élèves.

Étienne VaillancourtLa 10e édition du tournoi de hockey francophone se déroulera du 5 au 7 avril 2013.

« Dès que nous avons su que Plamondon n’organisait pas Hockey en fête cette année, nous les avons contactés pour voir s’il nous était possible de prendre en charge ce tournoi », a lancé le président de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) régionale de Centralta, David Fréchette.

« C’est un trop beau projet pour le laisser tomber », ajoute-t-il pour justifier les raisons qui ont incité la régionale à tenter le coup en 2013.

 

C’est à la fin de 2012 qu’Étienne Vaillancourt, la personne derrière l’organisation de ce rassemblement annuel de hockey francophone depuis de nombreuses années, a pris la décision de ne pas tenir Hockey en fête à Plamondon. « Plusieurs facteurs ont contribué à rendre cette décision. Il y a notamment le Conseil scolaire Centre-Est qui m’a fait parvenir une lettre indiquant que nous ne pouvions plus utiliser les profits générés par Hockey en fête pour financer le programme sportif à l’école Beauséjour », explique-t-il.

 

Tous les morceaux du Carnaval Lego sont tombés en place afin de créer un véritable chef-d’œuvre pour le plus grand plaisir des festivaliers qui se sont rendus à Saint-Isidore du 15 au 17 février dernier.

« C’est un grand, grand succès, se réjouit la présidente du comité organisateur du Carnaval, Chantal Monfette, qui souligne qu’un nouveau record a été atteint pour le nombre de laissez-passer vendus pour la journée du samedi. On n’a jamais vu ça, c’est incroyable. Personnellement, je pense que c’est un de nos meilleurs carnavals, pour le nombre de personnes que l’on a accueillies, la température parfaite, les bénévoles extraordinaires et les participants contents d’être là. Dans l’ensemble, il n’y a pas eu d’accrochages et ça s’est vraiment bien déroulé », affirme la présidente.

Dans le Nord-ouest albertain, l’arrivée du mois de février ne peut dire qu’une chose, et ce, depuis 31 ans maintenant : on fête bientôt le Carnaval de Saint-Isidore.

Plus d’une centaine de bénévoles sont fort occupés à mettre au point les préparatifs pour l’édition 2013 du Carnaval, qui se déroulera du 15 au 17 février, au Centre Culturel de Saint-Isidore et sur le terrain adjacent.

Le dernier mois a été assez occupé à Jasper avec la tenue du festival « Jasper in January » organisé par Tourism Jasper, du 11 au 27 janvier dernier.

Cette année, l’ACFA régionale a pris part à plusieurs activités dans le cadre du festival, en plus d’organiser le Pentathlon hivernal de Jasper ayant eu lieu pendant la fin de semaine de clôture du festival le 26 janvier.

D’abord, l’ACFA a participé au concours amateur de sculpture sur neige, la première activité du festival ayant pour objectif de souhaiter la bienvenue aux visiteurs de Jasper près de l’entrée de la ville. L’équipe de l’ACFA régionale de Jasper a sculpté la fleur de l’ACFA afin de représenter la francophonie à l’évènement.

 

 

Près d’une quarantaine de personnes se sont réunies au Centre culturel de Bonnyville, le 25 janvier dernier, pour participer à une soirée bénévole; une occasion pour l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) régionale de Bonnyville/Cold Lake de remercier les gens qui ont donné de leur temps en 2012.

« Dans le feu de l’action, le stress et l’ampleur des tâches, il nous est parfois arrivé de ne pas vous remercier adéquatement. Vous dire que nous apprécions votre travail, votre générosité, vos efforts, votre dévouement n’est vraiment pas suffisant. Nous voulons vous dire merci, merci et merci pour chacun de vos gestes, pour vos dons en argent, en temps, en énergie, en amour. Aucun organisme ne survit sans ses bénévoles », a affirmé la directrice de la régionale, Thérèse Dallaire.

Page 8 sur 14
Aller au haut