La neuvième édition du Festival international de films d’Edmonton se tiendra du 23 septembre au 1er octobre 2011. Au total, quatre films francophones sont à l’affiche.

Cette année, les organisateurs cherchent à s’implanter davantage dans la ville. Autrefois diffusés uniquement à l’Empire City Center, les 56 longs métrages et la centaine de courts métrages sélectionnés seront accessibles dans quatre autres salles, soit Metro Cinema at the Garneau, Haven Social Club, Zeidler Hall at Citadel et Capital Theatre.

Guy Lavallée, qui est responsable de la programmation, espère aller chercher de nouveaux spectateurs en élargissant le territoire du festival. « Nous aimons le centre-ville, et notre public aussi, dit-il, mais peut-être que cela ne nous permet de rejoindre qu’une partie de l’auditoire potentiel. »

Grâce aux cours crédités offerts par le Centre de développement musical (CDM) durant l’année scolaire 2010-2011, IMPACT! a réalisé un rêve en lançant un album, le 2 septembre dernier, au Centre culturel de Bonnyville.

IMPACT!, c’est cinq jeunes de l’école des Beaux-Lacs : Jeremy Dallaire, Catherine Laquerre, Ian Kurek, ainsi que les sœurs Hannah et Julia Tremblay.

« Nous avons décidé en tant que groupe, au cours de la dernière année scolaire, d’aller une étape plus loin, de mettre sur disque-compact, notre travail des dernières années », a mentionné Julia Tremblay.

Pour une troisième année consécutive, le Centre d’accueil et d’établissement (CAÉ) du Nord de l’Alberta a tenu du 22 au 24 aout derniers, en partenariat avec le Conseil scolaire Centre-Nord, la Semaine d’orientation des nouveaux arrivants.

Pendant trois jours, 62 participants (18 jeunes du primaire, 17 du secondaire, 18 parents et neuf pairs-guides) ont pu en apprendre davantage sur la vie francophone en Alberta. Au menu de ces journées : présentations diverses (système scolaire albertain, la santé, le bien-être, le transport urbain, etc.) et visites des écoles, du Campus Saint-Jean, du Centre de santé Saint-Thomas, de la Législature albertaine, de la Bibliothèque publique d’Edmonton et de La Cité francophone.

Après la région de Rocky Moutain House en 2010, voilà que Medicine Hat pourrait perdre son cercle local lié à l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA).

Le processus de dissolution a été enclenché par le Conseil d’administration (CA) provincial de l’ACFA, qui s’est réuni à La Cité francophone d’Edmonton le 26 aout dernier.

Plus d’une soixantaine de personnes ont pu fêter à l’acadienne le 13 aout dernier, alors que se tenait dans la salle Suzanne Lamy-Thibodeau de La Cité francophone l’Acad’ici, célébration edmontonnienne de la fête nationale des Acadiens. Lors de la soirée, organisée par la Société acadienne de l’Alberta (SAA), les invités ont ri, dansé et fait disparaître 150 livres de moules.

La date de la première édition de l’Acad’ici est incertaine, « mais c’était au début des années 1990, assure le cofondateur et président du comité organisateur de la fête, Rodrigue Boudreau. Avec Ronald Tremblay et André Boudreau, nous avons fait un remue-méninge pour savoir comment on pouvait fêter l’Acadie, mais ici, à Edmonton. »

« Ce n’est certainement pas pour mal faire, la seule raison pour déménager, c’est pour améliorer les choses », a assuré l’archevêque Gérard Pettipas, qui assume la charge pastorale de la circonscription ecclésiastique de Grouard-McLennan depuis 2007.

Il parlait de l’importante décision de déménager d’ici deux ans à Grande Prairie les bureaux de l’archidiocèse, qui dessert plus du tiers du territoire albertain sur lequel vivent plus de 44 000 catholiques. Mgr Pettipas considère cependant que le déménagement ne bouleversera pas l’organisation de l’Église dans la région.

À la satisfaction des organisateurs, le Grand Salon du Campus Saint-Jean a accueilli, le 14 juillet dernier, un groupe des plus diversifié et un nombre record de familles venus célébrer ensemble la fête nationale française.

Alors qu’elles avaient l’habitude de présenter chacune leur soirée respective, la Société France-Edmonton et l’Alliance française (AF) d’Edmonton ont décidé cette année de s’unir afin de rassembler, en une même fête, les Français, les francophones et les francophiles.

Les habitants de Plamondon et de Lac-la-Biche auront bientôt le loisir de recevoir de l’information sur leur région, tous les jours de la semaine.

 

Le conseil d’administration (CA) du Club de la Radio communautaire (CRC) de Plamondon attendait cette nouvelle depuis plus de 10 ans. Elle est finalement tombée le 29 juin dernier, lorsque le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a accordé une licence qui permet à la station de diffuser des émissions locales, sans interruption.

 

Le président du Club, André Contant, explique que cette autorisation changera beaucoup de choses dans la région. « Avant, on était en onde sur de courtes durées. On diffusait une journée par mois et on avait des sessions d’une ou deux émissions par an. Nous avons donc postulé pour avoir une licence en novembre 2010, afin de pouvoir diffuser 24 heures par jour, tous les jours de la semaine », affirme-t-il à ce propos.

Le 9 juin dernier, des membres de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) régionale de Grande Prairi eont eu la chance de rencontrer le premier ministre de l’Alberta, Ed Stelmach, de passage dans la région.

Une trentaine d’invités spéciaux avaient étés conviés par le député de Grande Prairie-Wapiti, Wayne Drysdale à cette rencontre intime pendant laquelle les représentants de la régionale ont pu discuter amicalement avec le premier ministre et partager avec lui leurs succès et leurs espoirs. Ils ont en plus profité de l’occasion pour rencontrer plusieurs maires et mairesses de la région, et ont pu constater avec eux l’impact de l’ACFA régionale dans sa communauté.

Le 17 mai dernier, six élèves et un enseignant de l’école Beauséjour de Plamondon sont allés à Cold Lake Middle School pour une compétition d’athlétisme au niveau du district.

Des élèves de 10e et 11e année de plusieurs écoles de la région se sont rejoints pour l’occasion. Notons que pour cette compétition, l’équipe de Beauséjour était réduite à 50 %. En effet, certains athlètes ont préféré participer à une activité de canot organisée la même journée par le Conseil scolaire Centre-Est.

Malgré tout, cinq athlètes de l’école sont passés à l’étape zone qui a eu lieu à Saint-Paul, la semaine suivante, soit le 25 mai. Il s’agit de Joanie Ulliac et Kirstin Girard au triple saut, Ashley Ménard au lancer du poids et au 400 m, Samuel Tardif au 400 m et Matayla St-Jean aux 400 m et 800 m. 

Page 39 sur 41
Aller au haut