COLINLa rentrée au Campus Saint-Jean avait une saveur particulière en ce début du mois de septembre. Le gouvernement albertain avait fait la promesse, en juin, qu’il gèlerait les frais de scolarité des étudiants des 26 collèges et universités de la province, incluant l’Université de l’Alberta et sa Faculté Saint-Jean, pour une période de deux ans, à compter de cet automne. Chose promise, chose due.

 

« C’est sûr que c’est une bonne nouvelle. Ça permet aux étudiants de mieux planifier leurs dépenses et leur budget de cette année et de l’an prochain. Ça évitera à certains de devoir travailler au cours de l’année, et de se consacrer entièrement à leurs études », explique Colin Champagne, le président de l’Association des universitaires de la Faculté Saint-Jean.

Vert et or. Ce sont les couleurs officielles de l’Université de l’Alberta, mais on ne peut pas dire que ce soient les couleurs que l’on trouve dans ses coffres-forts. Après des coupures importantes de 147 millions de dollars en 2013, les institutions postsecondaires en Alberta ont souffert et ont dû être créatives pour maintenir leur niveau de service. Certes, elles ont survécu, mais encore une fois, on dirait que ce sont les étudiants qui vont devoir fouiller dans leurs poches vides pour payer l’addition.

En avril 2013, la première ministre Alison Redford avait promis que le budget du gouvernement de l’Alberta ne serait pas équilibré sur le dos des étudiants. Néanmoins, ces derniers jours, c’est un tout autre refrain que nous entendons de la part de M. Prentice.À cause de la situation économique précaire, Jim Prentice a annoncé aux Albertains une des options qu’il considère pour ménager le portefeuille albertain: l’augmentation des frais de scolarité.

Aller au haut