Près de 25 personnes, dont 15 représentants des organismes, ont assisté le mercredi 22 août à une séance d’explication auprès de la communauté d’Edmonton sur la nouvelle approche du Réseau en immigration francophone de l'Alberta (RIFA), au Campus Saint-Jean. Retour sur cette rencontre.

Rifa logo CMYK

Depuis le 14 août, le CE a désigné Hélène Guillemette comme directrice générale par intérim de l’ACFA. Mme Guillemette a accordé une entrevue au Franco, afin de parler essentiellement des dossiers prioritaires et comment elle aborde ses nouvelles fonctions par intérim.

Les travaux de réorganisation ont officiellement démarré pour le Réseau en immigration francophone de l’Alberta (RIFA). Jeudi 28 juin à la Cité francophone, lors d’une conférence, le président du comité transitoire, Alphonse Ahola, en a présenté les grandes lignes devant une trentaine de personnes.

Logo RIFA

L’édition 2018 du Forum communautaire, proposée par l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA), a eu lieu samedi 26 mai à la Cité francophone d’Edmonton. Le thème de cette année, « Ouvrons plus grand…équité, diversité, communauté », a incité les responsables d’une quarantaine d’organismes francophones à s’impliquer pour un objectif clairement affiché : redéfinir le cadre stratégique de la francophonie albertaine.

forum

Le 28 mars, le Plan d’action pour les langues officielles a été annoncé à Ottawa. Il annonce entre autres une stratégie nationale en immigration francophone qui vise à augmenter le nombre de nouveaux arrivants de langue française au pays. Deux spécialistes franco-albertains réagissent.

Alphonse Ahola 2

Lundi 4 décembre, le président de la Francophonie Albertaine Plurielle (FRAP), Alphonse Ahola, a reçu du Parlement et de Rachel Notley une reconnaissance afin de témoigner de sa participation dans l’avancement des droits de l’homme en Alberta et de la dignité humaine. Pas moins d’une vingtaine de personnes ont aussi été honorées par l’entremise du Canadian for a Civil Society ce jour-là.

Alphonse

La Francophonie Albertaine Plurielle (FRAP) a tenu une conférence de presse, le 15 mai, à la Cité francophone à Edmonton. Environ une trentaine de personnes ont assisté à cette présentation. Alphonse Ahola, président de l’organisme a annoncé la mise sur pied d’une coalition d’organismes afin d’aborder l’avenir du Réseau en immigration francophone de l’Alberta (RIFA).

L’organisme Francophonie Albertaine Plurielle (FRAP) a organisé son assemblée générale annuelle (AGA), le 25 mars, dans le Grand Salon du Campus Saint-Jean. Cette réunion avait pour principaux thèmes l’inclusion et la diversité. L’avenir et le mandat de la FRAP ont été abordés lors de la rencontre, ainsi que le traitement de certains dossiers touchant de près à la communauté. Des dossiers qui n’ont pas manqué d’éveiller l’intérêt de ses membres, mais aussi du public.

IMG 4688

La FRAP s’inquiète ! C’est à la suite de la conférence Immigration francophone dans les territoires et l’Ouest canadien : réalités et perspectives après 10 ans d’accueil et de service tenue le 26 janvier au Campus Saint-Jean (CSJ), que l’organisme a décidé de sortir de sa réserve. Son président Alphonse Ndem Ahola a souhaité réagir sur le bilan de cette conférence.

FRAP

D’un côté, le conseil scolaire Centre-Nord (CSCN); de l’autre, la Francophonie albertaine plurielle (FRAP). Le débat sur l’épineuse question de la diversité ethnoculturelle au sein du personnel enseignant du CSCN se poursuit alors que plusieurs participants au comité ad hoc ont claqué la porte, taxant le conseil scolaire de mauvaise foi.

 

Une pétition lancée à l’automne dernier par diverses personnes issues des milieux communautaires a poussé le CSCN à créer le comité ad hoc Intégration professionnelle pour répondre spécifiquement à un problème considéré criant : la sous-représentativité de la communauté franco-albertaine d’origine africaine auprès du corps professoral des écoles du Centre-Nord. Plusieurs écoles n’avaient ou n’ont encore aucun employé de ce groupe ethnoculturel, selon Jeanne Lehman de la FRAP, invitée autour de la table pour défendre cette communauté qui serait encore la plus vulnérable en Alberta.

Page 1 sur 2
Aller au haut