Imprimer cette page

Les parents francophones célèbrent la transmission du français

La Fédération des parents francophones de l’Alberta (FPFA) ouvrait vendredi 21 novembre son 27e colloque annuel et pour la deuxième année en retransmission simultanée à Calgary et Edmonton. Le thème de cette édition était « Le français, un cadeau pour la vie », ou comment s’impliquer pour transmettre notre langue à nos enfants.

Des parents francophones étaient réunis le 21 novembre au soir à la Cité des Rocheuses de Calgary et au Campus Saint-Jean d’Edmonton pour assister à l’ouverture de ce colloque. Glen Taylor, père anglophone de deux enfants bilingues et auteur des tout premiers ouvrages canadiens sur l’éducation en français pour les couples exogames, a ouvert le bal en donnant une conférence sur le thème phare de cette édition 2014, « Le français, un cadeau pour la vie ».


Non sans humour, ce consultant éducatif a fait part de sa propre expérience d’anglophone marié à une francophone, tous deux ayant choisi d’envoyer leurs filles à l’école de la Rose Sauvage, à Calgary. Il est revenu longuement sur ce que cela demande aux parents de faire ce choix, mais aussi aux enfants et aux éducateurs. Offrir le français à ses enfants requiert du temps, de l’énergie, de l’amour, de la patience, mais aussi d’avoir la force de ses convictions même devant des proches réticents. C’est un engagement sur l’avenir. Selon Glen Taylor, inscrire son enfant à l’école francophone plutôt qu’en immersion est la seule garantie de le rendre parfaitement bilingue, même si un des parents ne parle pas français.

Quatre panélistes, deux pères, deux mères, certains anglophones, d’autres francophones, mais tous en couples mixtes, ont ensuite fait part de leur propre expérience. Ils ont pu expliquer comment ils ont fait du français un cadeau pour la vie à leurs enfants, notamment en les faisant étudier dans le système scolaire francophone. La soirée s’est terminée par un vins et fromage pour les parents participants.

Le colloque continuait samedi avec treize ateliers dans les deux grandes villes albertaines. Au programme, des sujets variés ont été discutés, comme la sécurité sur internet, la réussite à l’université, l’aide aux devoirs quand on ne parle pas ou peu français et la santé des enfants.


Lire également : Sécurité sur internet : « Nos élèves en savent plus que nous »

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)