Imprimer cette page

Sud de l’Alberta : les infrastructures scolaires en pleine expansion

Source: Alberta Education

 

Le FrancoSud faisait partie des heureux hier, à l’annonce du premier ministre Jim Prentice pour la construction de 55 nouvelles écoles et de 20 modernisations.

 

Une nouvelle école à Okotoks, la construction d’une aile francophone à Brooks et une reconfiguration à Canmore… Le Conseil scolaire FrancoSud est le seul conseil francophone à profiter de la Phase 3 des investissements en infrastructures scolaires que le gouvernement albertain a promis de compléter d’ici 2020.

 

« C’était les trois priorités qui figuraient sur notre plan capital », se réjouit la présidente du FrancoSud, Anne-Marie Boucher, qui s’attendait à une annonce, mais pas de si tôt. « Les annonces précédentes ont été faites jusqu’au mois de février, donc ça a été une surprise pour nous hier. »

 

Ces annonces viennent d’ailleurs à point, puisque le Conseil a vécu cette année une hausse d’environ 10 % de ses inscriptions, soit le double de ce qui avait été anticipé et plus que les trois autres conseils scolaires francophones de la province.

 

 

Okotoks

 

Les 74 élèves de l’école Beausoleil se rendent en classe tous les jours dans des modulaires situées derrière l’école d’immersion du conseil scolaire Foothills, à Okotoks. Ils n’ont pas de lieu de rassemblement puisque la bibliothèque est dans un couloir. Par ailleurs, ils utilisent un centre sportif à proximité de l’école à titre de gymnase. « S’il y a une école qui a été limitée par un manque d’infrastructure et de visibilité, c’est bien Beausoleil », affirme Anne-Marie Boucher.

 

En effet, le FrancoSud prévoit remplir très vite la nouvelle école promise pour 350 élèves par le ministère de l’Éducation. Si celui-ci a accordé la construction d’une école pour près de cinq fois le nombre d’élèves actuellement inscrits à Beausoleil, c’est que les fonctionnaires comprennent le besoin du conseil scolaire pour des écoles équivalentes à celle de langue anglaise, pense la présidente. « On voit par exemple qu’à Airdrie, nous avons eu une augmentation des effectifs de 21 % depuis que nous avons la nouvelle école, soutient Anne-Marie Boucher. Pour la première fois cette année, nous offrons la 11e année, et l’année prochaine, nous pourrons offrir la 12e. »

 

Bien que l’annonce spécifie une école de la maternelle à la 9e année pour Okotoks, le conseil compte bien pouvoir offrir de la maternelle à la 12e éventuellement, comme son plan capital le prévoyait.

 

 

Brooks

À Brooks, l’entente est bonne avec le conseil scolaire Grassland, mais les élèves de l’école Le Ruisseau pâtissent du partage de l’espace avec l’école primaire Griffin Park. L’école de départ (modulaires) est d’ailleurs à pleine capacité. « Là on va construire une vrai extension à une autre école de Grassland, l'école Eastbrook », explique Anne-Marie Boucher, qui compte bien créer un espace proprement francophone à travers cette nouvelle entente, et s’assurer que les espaces partagés profiteront aux deux écoles. Les jeunes auront également accès à un gymnase plus grand. De plus, comme les 12 élèves du secondaire assistaient déjà à certains cours à l’école Brooks Composite High School, située à distance marchable de l'école Eastbrook.

 

« On ne s’attend pas à avoir de très grandes augmentations à Brooks, donc c’est la solution qu’on souhaitait », affirme Mme Boucher.

 

 

Canmore

L’école Notre-Dame des Monts à Canmore a vu ses effectifs augmenter de 4% par rapport à l’année, ce qui est peu comparé à d’autres écoles du FrancoSud. Par contre, ses cohortes grandissent. « On a besoin de plus d’espace pour répondre aux besoins de chaque niveau », note Anne-Marie Boucher.

 

Notre-Dame-des-Monts sera donc « reconfigurée » ; c’est le terme employé sur le site du ministère de l’Éducation. La présidente croit qu’il s’agira de rajouter un étage à l’école, ce qui impliquera sûrement des installations temporaires durant la construction.

 

Le FrancoSud est confiant de recevoir le financement nécessaire à la réalisation de ces trois projets. 

 

Le directeur-général du Conseil scolaire Centre-Nord, quant-à lui se dit « surpris » et « déçu » de ne pas avoir été inclus dans la Phase 3 d'infrastructure en éducation. « Nous louons quatre écoles, trois sont en grand besoin de modernisation et d’autres encore profiteraient de rénovations majeures. Nous anticipions une annonce favorable pour au moins une de nos trois priorités en immobilisations, soit une nouvelle école pour Joseph-Moreau, une école distincte pour la Découverte et une école de remplacement pour Citadelle à Legal. Le Centre-Nord croyait que les augmentations de nos effectifs scolaires de 9% l’année dernière et 8% cette année aurait pu démontrer à la province que nos besoins sont pressants. Nous avons quand même espoir que le gouvernement répondra à nos besoins en immobilisations en 2017, la prochaine fois que de nouveaux projets de construction et modernisation seront annoncés ». a-t-il communiqué par courriel, d'Europe. 

 
Évaluer cet élément
(0 Votes)