Beaumont : première rentrée francophone prévue pour septembre

Il n’y a plus de doute : il y aura bel et bien une nouvelle école primaire à Beaumont, et ce, dès la rentrée 2014. Alors qu’un comité de sélection est à la recherche d’un directeur ou d’une directrice, il y aurait déjà une centaine d’inscriptions.

Les conseillers scolaires du Conseil scolaire Centre-Nord (CSCN) ont, en effet, voté de façon unanime, le 18 mars dernier, pour lancer officiellement le processus. « Là, c’est vraiment démarré », s’est d’ailleurs exprimé le président de la Société des parents pour l’éducation française à Beaumont (SPEFB), qui a été formé en janvier dernier, Pierre-Alexandre Dion. Ce dernier était accompagné d’une quinzaine de parents de la région de Beaumont venus assister à la rencontre mensuelle du CSCN.
  

 
La nouvelle école, dont le nom n’est pas encore déterminé, en sera une dite de démarrage, c’est-à-dire qu’elle occupera temporairement les locaux laissés vacants de l’Académie Saint-André, qui déménagera en septembre, en attendant la construction d’un nouveau bâtiment. « C’est une possibilité. Cet endroit va se libérer, mais officiellement, bien que les choses progressent, il n’y a rien qui a été signé encore », a soutenu la présidente du CSCN, Karen Doucet.

Fait à noter, il s’agit d’installations récentes, bâties en 2009, dont le propriétaire est lui-même un francophone de Beaumont. La nouvelle école ne conservera cependant pas les locaux temporaires qui y avaient été greffés, permettant à l’Académie d’accueillir plus de 280 élèves l’an dernier.

Le directeur général CSCN, Henri Lemire, indique que la recherche pour déterminer le nombre d’ayants droit qui seront admissibles à cette nouvelle école n’a pas encore été faite. « Notre politique veut que nous allions chercher les enfants qui vivent dans un rayon de 50 kilomètres de l’école, explique-t-il, mais selon la loi scolaire, une famille peut choisir de transporter son enfant, et donc de l’inscrire à l’école de son choix. »

Pour ce qui est des familles du sud d’Edmonton, dont les enfants vont à Sainte-Jeanne-d’Arc ou Gabrielle-Roy, M. Lemire dit vouloir d’abord sonder les parents, puisque le temps de transport de chez eux vers ces écoles ou vers la nouvelle école de Beaumont sera essentiellement le même. « On parle surtout des parents qui vivent dans le secteur Ellerslie. Il y a une différence de même pas cinq minutes, mais il est important de les consulter avant de prendre une décision », informe-t-il.

Comme le fait remarquer Pierre-Alexandre Dion, les parents tenaient à avoir une école francophone à Beaumont.  « Elle sera la seule école dans la région, et 100 enfants sont déjà inscrits, avance-t-il. Comme on s’attend à ce que les installations de l’Académie nous offrent 200 places, les démarches pour la construction d’une nouvelle école pourraient débuter bientôt. »

Notons cependant que, même si ces démarches sont lancées dès l’an prochain, cela pourrait prendre quelques années avant que le projet voit le jour. « La ville va travailler avec le CSCN pour obtenir une école permanente », assure le maire de la ville de Beaumont, Camille Bérubé, en soulignant qu’il y a des sites disponibles au cœur de la ville, assignés pour la construction d’écoles.

Une école à bâtir
Outre le nom de l’école, qui devrait être déterminé par un concours en début d’année, plusieurs décisions restent à prendre concernant le grand projet du CSCN, à commencer par sa clientèle. « En ne sachant pas combien d’élèves vont s’inscrire, on ne sait pas à quel niveau on s’arrêtera », explique Henri Lemire.

Elle pourrait accueillir des élèves de la maternelle jusqu’à la 6e année. « Il y a bien des choses à tricoter dans les mois à venir, mais ça s’annonce bien. Des enseignants m’ont même déjà approché pour manifester leur intérêt », affirme M. Lemire.

Il en est de même pour la désignation de l’école qui, selon la loi scolaire et la politique du CSCN, sera décidée dans les six mois qui suivront l’ouverture. Pour Henri Lemire, le délai permet d’avoir une école publique ou catholique selon les besoins de la communauté, et d’éviter que la décision soit influencée par des parents qui
n’ont pas inscrit leur enfant à l’école.

Du côté du comité de parent, la désignation de l’école n’est cependant pas une question. « Nous voulons une école inclusive, où il n’y a pas de discrimination sur la base de la religion », affirme simplement Pierre-Alexandre Dion. Il espère donc une école sans vocation religieuse, qui pourrait par contre offrir la religion parmi d’autres cours à options.

Cela figurait d’ailleurs dans la liste de recommandations que la SPEFB a formulées à l’attention du CSCN, des recommandations qui, selon M. Dion, reflètent bien les besoins des familles et des résidents de la région de Beaumont.

Dans la liste figure aussi une entente entre l’école et la ville de Beaumont pour permettre l’utilisation par les élèves des installations sportives et de plein air, tels l’aréna, la piscine et les parcs. Ces installations apporteraient beaucoup à l’école de démarrage, qui ne comptera pas de gymnase.

« Nous avons une entente du genre avec les deux autres Conseils scolaires de Beaumont, pour l’utilisation des installations et des services municipaux, et nous apporterons notre pleine collaboration au CSCN », promet Camille Bérubé.

En plus de mettre de la vie dans les cours d’éducation physique, l’accès aux installations facilitera l’implantation d’un programme de Jeu, plein air et environnement, qui offrirait aux élèves un cheminement scolaire alternatif, à la manière d’un programme de « Sport-études ».

Du reste, le CSCN compte racheter les équipements de l’Académie Saint-André, tels les ordinateurs, les chaises et les bureaux, qui seront inutiles à l’institution alors qu’elle s’installe dans des locaux flambant neufs. « C’est presque un mariage parfait entre nous de ce côté-là », note Henri Lemire.

Même si la première rentrée n’est prévue que dans cinq mois, le directeur général du CSCN est persuadé que ce sera un succès. « Il y a tellement un appui solide des parents, on le sent. Ailleurs, lorsqu’est venu le temps d’ouvrir une école, cet appui n’a pas toujours été aussi fort », mentionne-t-il.

L’école abritera aussi, temporairement, une prématernelle et une garderie, en attendant l’ouverture du nouveau centre communautaire de Beaumont.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut