Imprimer cette page

Déjeuner pour bien commencer la journée

Le 30 mai dernier s’est tenue, à l’école francophone La Mosaïque de Calgary, l’inauguration officielle du Club des petits déjeuners. Cette initiative, mise en place depuis trois semaines, permet aux enfants de l’école de bénéficier gratuitement, avant le début des classes, d’un petit-déjeuner complet et équilibré qui leur permet de commencer au mieux une journée d’éveil et d’apprentissage.

Comme l’a précisé le conseiller municipal Jim Stephenson, qui représentait le maire Naheed Nenshi lors de la cérémonie, « au Canada, un enfant sur 10 vit dans la pauvreté et risque de commencer sa journée l’estomac vide. »

 

« Ces enfants n’ont pas l’énergie nécessaire pour apprendre, créer ou se concentrer, et leur comportement en est affecté négativement. Ce programme a un impact bénéfique sur tous les enfants et est fondamental pour leur bien-être », ajoute-t-il.


M. Stephenson a adressé ses plus vives félicitations à tous les acteurs de cette action portée par le Club des petits-déjeuners du Canada, à l’initiative de l’école La Mozaïque, avec le soutien du Conseil scolaire du Sud de l’Alberta (CSSA), le support dynamique du Projet Appartenance et de nombreux commanditaires, tels que Cora déjeuners et Costco.

Guy Perreault, directeur de l’école, souligne toute l’importance de cette action : « Le Club des petits déjeuners est un organisme qui travaille partout au Canada et l’école La Mosaïque est la première école francophone de l’Alberta à en avoir un (NDLR - l’école publique Gabrielle-Roy d’Edmonton offre un programme de petits déjeuners depuis quelques années, mais celui-ci a vu le jour grâce aux contributions financières de la Fondation Canadian Living et de Wild Rose Foundation). »

Comme le fait remarquer Guy Perreault, ce club est un bel outil pour faire de l’apprentissage, et ce, à deux niveaux. « Tout d’abord, démontrer aux enfants que c’est important de bien déjeuner, ainsi que de faire découvrir de la nouvelle nourriture, s’habituer à de nouvelles textures et saveurs, découvrir de nouvelles choses et apprendre à les aimer, comme le kiwi ou le fromage cottage », explique-t-il.

« La première fois, on n’en a presque pas servi parce que les enfants n’étaient pas très alléchés, mais maintenant, ils en mangent beaucoup plus », ajoute le directeur de l’école La Mosaïque.

Tous les petits-déjeuners servis répondent à des exigences précises de nutrition, avec des produits laitiers, des fruits et du pain ou des céréales non sucrées. Le Projet Appartenance s’est investi depuis le départ dans la réalisation de cette initiative.

La coordonnatrice du projet, Pierrette Messier-Peet, explique : « Quand on nourrit les enfants, ils se sentent en sécurité. Ils savent que l’école est un endroit où l’on prend soin d’eux. C’est pour cela que le Projet Appartenance s’est vraiment impliqué là-dedans parce que ça rentre dans le cadre de notre projet qui est d’aider les enfants et leur famille dans le cadre de la santé mentale. La santé mentale, c’est d’abord la santé tout court », énonce-t-elle.

La coordonnatrice précise que de savoir qu’il y a toujours de la nourriture à l’école enlève beaucoup d’anxiété et d’insécurité aux enfants. « Les enseignants disent déjà que les enfants sont plus calmes. À 9 h 30, ils ne demandent plus quand sera la prochaine collation. Ils ont le ventre plein. Ils se sentent mieux, se comportent mieux et ils apprennent mieux », souligne Mme Messier-Peet.

L’équipe du projet Appartenance a participé à la création de l’action sous l’impulsion de l’école La Mozaïque : « Dès l’année dernière, on a commencé à travailler avec le CSSA. Alors cette année, on a simplement continué. On a eu une validation au mois de décembre. Par la suite, l’entente avec le conseil scolaire a été signée et nous avons servi le premier petit-déjeuner le 25 avril dernier », indique Pierrette Messier-Peet.

Pour les trois prochaines années, le Club des petits déjeuners du Canada assure une partie du financement de la nourriture. De plus, l’organisme a donné près de 20 000 $ d’équipement (réfrigérateur, congélateur, grille-pain et vaisselle). « Ils nous appuient énormément et ils font même de la formation. C’est un beau réseautage et c’est très important pour le bien-être des enfants », affirme la coordonnatrice.

Fait à noter, cette initiative se réalise avec consentement des parents, pour éviter tout risque d’allergie. De plus, depuis le lancement des petits déjeuners à la fin avril, quasiment la totalité des élèves de l’école en bénéficie. 

Cette cérémonie a aussi permis de lancer officiellement une collecte de fonds de céréales. « Nous demandons aux familles et aux amis de nous aider à amasser des céréales non sucrées. De cette façon, cela nous permettra d’avoir de la nourriture pour les petits-déjeuners qui ne nous coûtera pas d’argent », signale Guy Perreault.

« Pour que le Club puisse durer, nous aurons besoin d’aide, des mamans qui pourraient venir servir, des gens pour cuisiner, parce que l’année prochaine, nous allons préparer la nourriture à l’école. Des mamans nous aident déjà, les enseignants aussi, ainsi que le Projet Appartenance, et nous les en remercions », conclut le directeur.
 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)