Vers le succès à l’école avec l’aide aux devoirs

L’ACFA régionale de Saint-Paul offre gratuitement un programme d’aide aux devoirs aux élèves en immersion et en école francophone. L’initiative répond ainsi à un réel besoin de nombreux parents unilingues anglophones qui cherchent de l’aide pour accompagner leurs enfants dans les études en français.

Les eleves pourront profiter des locaux de lACFA de Saint Paul pour laide aux devoirs 2

Le programme d’aide aux devoirs de l’ACFA de Saint-Paul aura lieu le lundi et le jeudi de 16 h à 17 h à l’ACFA. « On a constaté qu’il y avait des problèmes d’apprentissage, on voulait faciliter l’instruction du français et aider les familles et les parents », explique Ahmed Hassan, le directeur de la régionale. Le service se concentrera sur le français, les sciences sociales et les mathématiques.

Les eleves pourront aussi profiter du gymnaseÀ compter du 8 octobre, plusieurs écoliers des trois écoles d’immersion de la région et de l’école francophone du Sommet pourront bénéficier gratuitement de ce programme, le temps que les enseignants identifient les élèves en difficulté. Ils seront accueillis dans les locaux de l’ACFA de Saint-Paul et auront aussi à leur disposition le gymnase. Ahmed Hassan lui-même sera en charge d’aider les enfants en sa qualité d’ancien enseignant en immersion. Si la demande est trop forte, un assistant d’éducation viendra en renfort.

Un soutien à la dualité linguistique

Ce genre de service permet d’entretenir un lien avec les familles et les apprenants pour le directeur. « On établit une connexion et on se rapproche des familles et des parents qui sont invités à venir avec leurs enfants. Ça facilite un apprentissage solide chez la nouvelle génération », commente-t-il. En outre, le service est complètement gratuit. « L’objectif est de valoriser l’apprentissage du français et non pas de faire de l’argent ». En parallèle, l’ACFA de Saint-Paul propose des cours de français aux adultes, à condition cette fois d’être membre de l’association.

Michael Tryon, directeur général de Canadian Parents for French Alberta, considère l’initiative comme un très bon moyen d’offrir de nouvelles ressources aux étudiants en français pour qui le besoin est criant. « C’est très difficile car la plupart des parents des étudiants en immersion ne parlent aucun mot de français. Il y a un gros besoin de ressources », estime-t-il.

Des ressources trop rares

Dans les années passées, plusieurs ACFA régionales ont offert des services similaires, dans le cadre de club de devoirs ou parfois même en ligne le soir après les cours. Malgré tout, « certains endroits n’ont rien », déplore Michael Tryon qui réclame une plus grande disponibilité. Voilà Learning offre aussi des services d’aide aux devoirs en ligne via un campus virtuel et a commencé à travailler main dans la main avec quelques conseils scolaires, mais l’offre est cette fois payante.

Si l’ACFA répond à un réel besoin, Mireille Péloquin, directrice générale de la Fédération des parents francophones de l’Alberta, met en garde contre la démission des parents. « Je comprends que les parents soient occupés et que les enfants aient d’autres occupations comme le sport, mais ça n’aide pas les parents à savoir comment va l’enfant à l’école si c’est une tierce partie qui s’occupe des devoirs ». D’autant plus que, selon elle, il n’est pas nécessaire de savoir parler français pour aider dans les devoirs. « C’est surtout jouer le rôle de coach qui importe. Ce n’est pas un problème de compréhension mais d’accompagnement ».

Pour la responsable, les devoirs sont aussi un moyen de maintenir un lien entre l’école, les parents et l’élève. « J’applaudis l’initiative mais les parents ont quand même une responsabilité de suivre les progrès de l’enfant », considère-t-elle. Aussi, Mireille Péloquin encourage les systèmes de parrainage informels entre parents. « Les parents sont débrouillards. Je connais des parents anglophones qui demandent de l’aide à des parents francophones. Je les encourage à réseauter », illustre-t-elle. Elle souligne ici l’importance du dialogue entre parents d’élèves qui se rassurent mutuellement.

Quoi qu’il en soit, l’ACFA de Saint-Paul a d’ores et déjà reçu des demandes de parents pour profiter de l’aide aux devoirs qui sera disponible à partir du 8 octobre le lundi et le jeudi de 16 h à 17 h.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut