Maintenir ses acquis en période de changements

Hector Goudreau et Nicole BuretLe 20 novembre dernier, en après-midi, près d’une quarantaine d’individus – conseillers scolaires, directions générales et représentants d’organismes de la communauté – ont participé à l’assemblée générale annuelle de la Fédération des conseils scolaires francophones de l’Alberta (FCSFA).

L’année 2010-2011 s’est avérée être une année de croissance et de ressourcement pour les cinq conseils scolaires francophones de la province. Le nombre d’élèves inscrits à l’école francophone en Alberta a augmenté de 5483 en septembre 2010 à 5692 en septembre 2011, soit un taux de croissance de 3,8 %.


Au cours de l’année, on a également vu l’inauguration de la Cité des Prairies à Lethbridge et de l’école du Sommet à Saint-Paul.


De plus, le gouvernement provincial a confirmé l’octroi de550 millions $ pour la construction de 22 écoles en Alberta en vue d’accueillir 98 000 nouveaux élèves d’ici 2014. Pour la FCSFA, cette annonce se concrétisera avec la construction de quatre nouvelles écoles francophones à Airdrie, Jasper, Cochrane et Red Deer.

La présidente de la FCSFA, Chantal Monfette, qui a été réélue par acclamation pour un deuxième mandat, a profité de l’occasion pour remercier ses collègues au conseil d’administration de la Fédération : « Votre dévouement à la croissance et à l’obtention de services et d’installations scolaires équivalentes pour l’éducation francophone en Alberta sont exemplaires », exprime-t-elle.

Une année mouvementée en éducation   
En dépit d’une année financière resserrée, le directeur général de la FCSFA, Gérard Lavigne, se montre plutôt rassurant face aux défis budgétaires que les conseils scolaires ont éprouvés.

Rappelons que l’ancien ministre de l’Éducation Dave Hancock avait annoncé qu’il y avait un manque à gagner de plus de 100 millions $, dû en partie à une augmentation salariale de 4,5 % pour les enseignants.  

« C’est un temps de resserrement, mais de stabilité chez nos conseils scolaires », avoue M. Lavigne, qui n’anticipe pas de coupures drastiques ni d’insuffisance au niveau du personnel. « Nous comptons prioriser nos élèves, maintenir nos services de qualité et continuer de développer des liens avec le gouvernement », ajoute-t-il.

La Fédération a fait preuve d’une bonne gestion financière, avec un surplus budgétaire de près de 12 000 $, soit le double de l’exercice précédent.  

Avec l’élection de la première ministre Alison Redford et le remaniement ministériel, même si Mme Redford a déjà annoncé qu’elle réinjectait les fonds en éducation, la communauté et les écoles francophones auront à tisser des liens avec les nouveaux ministres au cabinet.

À la fin octobre, la FCSFA a soumis une correspondance au nouveau ministre de l’Éducation, Thomas Lukaszuk, afin de dresser un portrait des amendements que revendiquent la Fédération par rapport au projet de loi « Bill 18 » qui porte sur l’éducation.   

Pour sonder le point de vue des Albertains, le ministre de l’Éducation a annoncé qu’il tiendra sept consultations à travers la province pour consulter les élèves, les parents et les intervenants scolaires par rapport au projet de loi et d’en tirer des recommandations.

Reconnaissance bien méritée
Pour clôturer la soirée, la FSCFA a décerné le prix Joseph Forget O.M.I. à Nicole Buret, ancienne présidente de la Fédération, et le prix Ami de l’éducation à Hector Goudreau, afin de reconnaitre leur travail tenace et leur dévouement à l’éducation de langue française en Alberta.

« J’envisage un avenir prometteur en éducation dans notre langue maternelle sous le leadership de Mme Redford… Il faut assurer la pérennité de nos acquis linguistiques et continuer de les développer davantage », a affirmé M. Goudreau.

Ce dernier était jusqu’à tout récemment ministre responsable du Secrétariat francophone. À ce poste, il a accéléré la construction de nouvelles écoles francophones et a toujours grandement appuyé la jeunesse.

« Ne cessons jamais d’être des amis de l’éducation. C’est ensemble que nous allons continuer de faire une différence », termine-t-il.
 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut