Imprimer cette page

Ouverture officielle du Centre collégial de l’Alberta

La doyenne adjointe et directrice du centre, Line Croussette, et le doyen du Campus Saint-Jean, Marc Arnal, procèdent à la traditionnelle coupe du ruban.C’est devant plus d’une centaine de personnes, dont une soixantaine de délégués du Réseau des cégeps et des collèges francophones du Canada (RCCFC), qui tenait leur congrès annuel à Edmonton, que le Centre collégial de l’Alberta a été inauguré, le 4 novembre dernier.

« Le ruban que nous allons couper ce soir a été tissé par des héros de la communauté qui ont cru à ce projet, et ce, il y a quelques années déjà », a lancé le doyen du Campus Saint-Jean, Marc Arnal.


En effet, le collégial francophone en Alberta est un dossier qui a vu le jour il y a près de 30 ans.
« On peut penser à Jean Johnson et Jean Watters qui ont certainement été les deux premiers gens à travailler sur la réalisation de ce dossier », soutient M. Arnal.

« Il y a aussi Frank McMahon qui a convaincu la province de faire une étude de faisabilité sur ce projet, sans oublier Gérard Bissonnette, car c’est lui qui a fait la recommandation d’aller de l’avant avec la création d’un collégial francophone en Alberta », rappelle le doyen Arnal.

Malgré tout, il aura fallu attendre près d’une quinzaine d’années avant de voir ce dossier revenir en tête des priorités de la communauté franco-albertaine, comme a tenu à le souligner la présidente de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA), Dolorèse Nolette. « Depuis plusieurs années, le Conseil d’administration provincial de l’ACFA était conscient du trou immense qui existait dans le système de l’éducation francophone en l’Alberta en l’absence d’une structure collégiale et cherchait une solution à long terme », affirme Mme Nolette.

« C’est ainsi qu’en février 2005, l’ACFA, à titre d’organisme porte-parole de la francophonie albertaine, mandatait officiellement le Campus Saint-Jean comme porteur du dossier et responsable de l’offre de formation au niveau collégial en Alberta. Depuis ce temps, l’ACFA a toujours offert un appui inconditionnel dans ce dossier », ajoute-t-elle.

Selon Mme Nolette, que le Campus Saint-Jean soit derrière cette initiative est une valeur ajoutée. « Le Campus Saint-Jean est reconnu internationalement comme l’un des piliers de l’excellence au niveau de l’éducation universitaire en français dans l’Ouest canadien. Nous croyons, sans réserve, que cette réputation d’excellence saura se transposer au Centre collégial de l’Alberta », mentionne Dolorèse Nolette.

Un avis partagé par la directrice adjointe du Secrétariat francophone du gouvernement de l’Alberta, Cindie LeBlanc. « Le Centre collégial est un ajout important au Campus Saint-Jean, à l’Université de l’Alberta et à tout le système postsecondaire de la province et de l’Ouest canadien. Il s’agit du seul centre collégial en français en Alberta et il n’est pas étonnant que ses racines soient plantées au sein du Campus Saint-Jean, la seule institution universitaire francophone en Alberta », a soutenu Mme LeBlanc, qui prenait la parole au nom du ministre responsable du Secrétariat francophone, Cal Dallas.

« Et bien que les racines soient à Edmonton, la francophonie albertaine tout entière y voit des branches qui s’étendront d’un bout à l’autre de la province », a-t-elle ajouté.

Cours en septembre
Même si l’ouverture officielle des locaux s’est déroulée le 4 novembre dernier, il faudra toutefois attendre à septembre 2012 avant de voir les premiers étudiants de niveau collégial fouler les locaux, situés dans La Cité francophone.

« Nous avons très hâte de voir des étudiants et des enseignants circuler dans nos locaux. Il y en a déjà quelques-uns grâce à l’école des langues, mais nous continuons nos démarches, notre travail pour l’approbation de programmes collégiaux », a déclaré la doyenne adjointe et directrice du Centre collégial de l’Alberta, Line Croussette.

Cette dernière a dit espérer que cela aurait lieu pour le mois de septembre 2012, avant de se rétracter. « Il faut se lancer, alors nous allons offrir des programmes dès le mois de septembre, notamment au niveau de l’éducation à la petite enfanceet de préposés aux soins bénéficiaires », avance-t-elle.

Il y a aussi le programme Techniques d’administration des affaires bilingues offert par le passé par le Northern Alberta Institute of Technology (NAIT).

« C’est le dossier qui est le plus avancé de tous, alors que nous attendons le sceau de la province avant de pouvoir l’offrir », indique Mme Croussette.

D’autres programmes sont également en développement, soit en soins infirmiers auxiliaires, en tourisme et en écotourisme, sans oublier la préparation aux études postsecondaires.

« Nous avons des appuis avec des collèges anglophones et les conseils scolaires francophones. De plus, le congrès du RCCFC a permis d’explorer d’autres pistes de partenariats. Cela nous permet de voir grand », lance Line Croussette.

 

 

BDV : La doyenne adjointe et directrice du centre, Line Croussette, et le doyen du Campus Saint-Jean, Marc Arnal, procèdent à la traditionnelle coupe du ruban.

Évaluer cet élément
(0 Votes)