Le Centre d’accueil pour les nouveaux arrivants francophones (CANAF) de Calgary tenait son assemblée générale annuelle (AGA), le 20 octobre dernier, à la Cité des Rocheuses. Au cours de la dernière année, l’organisme aura été très demandé.

« Pour l’année 2010-2011 (1er avril au 31 mars), le CANAF présente un bilan global très positif. Au total, 707 clients admissibles (résidents permanents) et non admissibles (Canadiens-nés, Canadiens naturalisés, touristes, demandeurs d’asile, etc. – au Programme d’établissement et adaptation des immigrants (PÉAI) – ont été reçus par le CANAF, contre 593 pour la même période en 2009-2010, ce qui représente une hausse de 19,22 % », a soutenu, devant la trentaine de personnes présentes, le directeur du centre d’accueil, Mamady Camara.


Le bilan partiel, depuis le 1er avril au 30 septembre 2011, est encore plus encourageant. « Au cours de cette période, le CANAF a reçu un total de 482 clients, ce qui correspond à une croissance de 53,50 % par rapport à l’an dernier », ajoute M. Camara.

Outre cet accroissement de la clientèle, l’organisme, qui en était à sa deuxième AGA, semble bien ancré à Calgary. « Dans son rapport annuel de la dernière AGA, le président sortant, Robert Stebbins annonçait les projets futurs du CANAF, à savoir l’augmentation de notre base financière, l’amélioration de nos services aux clients, le rehaussement de notre visibilité et la création d’un poste de travailleur en établissement », a présenté le président du conseil d’administration, Ahmed Amrouche.

Après une année de son mandat de trois ans, M. Amrouche estime que le CANAF « a rempli sa mission avec succès, lance-t-il. En effet, à l’intérieur d’une année, nous avons été capables d’augmenter notre base financière. »

Cet accroissement est venu de Citoyenneté et Immigration Canada (CIC), hausse de 23 %, et du Secrétariat francophone, augmentation de 100 %, ce qui a permis à l’organisme de dégager un surplus de près de 6000 $. « Le financement que nous avons reçu et le nombre de clients que nous avons servis démontrent clairement que notre demande est justifiée, que les besoins pour les nouveaux arrivants sont encore énormes et que notre personnel est très bien qualifié et dévoué pour répondre aux besoins criants de nos nouveaux arrivants », estime Ahmed Amrouche.

Le seul élément qui n’a pas vu le jour dans la dernière année aura été la création d’un poste de travailleur en établissement. « Aujourd’hui, il me fait plaisir d’annoncer que nous venons de conclure une entente avec CIC pour nous permettre d’avoir un travailleur en établissement pour aider les familles ainsi que leurs enfants à bien s’intégrer dans nos écoles francophones et dans la société albertaine », annonce le président du conseil d’administration.

Une personne devrait entrer en poste au début du mois de décembre 2011.

Avec cette expansion qu’a connu le CANAF au cours des derniers mois, Ahmed Amrouche croit que le CANAF est devenu, en peu de temps, « une institution incontournable pour répondre aux besoins de notre communauté ».

Défis à relever
Au cours des prochains mois, l’organisme n’entend pas s’assoir sur ses lauriers. « Le premier défi à relever sera celui de la disponibilité des ressources pour faire face à la croissance de la clientèle et des activités, ainsi que la poursuite de nombreuses initiatives entamées au cours de la dernière année (campd’été, organisation d’ateliers et d’évènements, etc.) », avance Mamady Camara.

Pour le directeur du CANAF, le second défi sera d’obtenir un appui du gouvernement de l’Alberta. « L’appui du Secrétariat francophone est venu certes réduire les effets liés au manque de contribution directe de la province de l’Alberta. Cependant, il nous semble indispensable de déployer des efforts afin d’obtenir cette contribution », indique M. Camara.

Élections
Des neuf postes au sein du conseil d’administration (CA), trois postes étaient vacants (deux selon les statuts et règlements de l’organisme, en plus du poste laissé vacant à la suite de la démission de l’abbé Noel Farman).

Deux personnes ont été réélues par acclamation, soit Lorraine Robinson (pour un an) et Victor Djungu-Sundu (pour trois ans). Ces derniers viennent compléter l’équipe formée de Ahmed Amrouche, Stéphane Kammogne, Pierre Messier-Peet, Jean-Claude Ndumbi et Georges Pigoué. De leur côté, Michel Berdnikoff est nommé par l’Association canadiennefrançaise de l’Alberta (ACFA) régionale de Calgary alors que Oumar Lamana et Amal Madibbo agissent comme observateurs.

Un poste de trois ans est toujours vacant et le CA a le mandat de trouver une personne pour le remplir.

Rappelons que le CANAF était au milieu des années 2000 une composante du ROCC, un organisme à but lucratif qui a fermé ses portes en avril 2008. À la suite de cette annonce, l’ACFA et l’ACFA régionale de Calgary ont tout mis en œuvre pour assurer le maintien de ce service essentiel. En octobre 2010, le CANAF tenait donc sa première assemblée générale annuelle qui visait à adopter les statuts et règlements de l’organisme et d’élire un nouveau conseil d’administration.

 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Plus dans cette catégorie :

Aller au haut