Imprimer cette page

CSNO : 7 % plus d’élèves cette année!

C’est avec 356 élèves, soit 23 de plus que l’an dernier, que la rentrée scolaire s’est effectuée dans les trois écoles francophones du Conseil scolaire du Nord-Ouest (CSNO).

« C’est une très belle surprise qui vient récompenser le travail que nous avons accompli au cours de la dernière année. La petite équipe du conseil a été présente partout afin de maximiser la promotion. Nous avons mis le paquet et cela a rapporté », a avoué le directeur général du CSNO, Marcel Lizotte.


Parmi les nouveautés pour 2011-2012, notons l’ajout d’une 12e année à Grande Prairie. « Après plusieurs années de travail, on offre un programme complet à l’école Nouvelle Frontière », admet M. Lizotte. « Nous avons sept élèves en 12e année dans cette école. Cela peut paraitre un peu bas, mais il faut commencer quelque part », soutient-il.

 

 

Tout comme dans la région du Centre-Est, les écoles Nouvelle Frontière, Quatre-Vents et Héritage accueillent également les petits de la prématernelle cette année. « C’est quelque chose d’important de pouvoir accueillir les jeunes de 3 ans et demi à 5 ans, et la demande des parents était là. Le conseil a donc décidé d’encadrer la prématernelle francophone. Rien n’est garanti après cette année, mais compte tenu du besoin, il est fort probable que cela soit là pour rester », affirme Marcel Lizotte.

C’est une cinquantaine de petits qui fréquenteront l’une des trois prématernelles gérées par le CSNO.

Défis à venir
Malgré ces bonnes nouvelles en terme de statistiques et le financement additionnel qui y sera rattaché au 30 septembre prochain, le CSNO fait tout de même face à certains défis en cette rentrée scolaire.

« Le conseil s’est engagé, au début de l’été, à ne faire aucune coupure dans le personnel, malgré les compressions imposées le printemps dernier par le gouvernement. Les conseillers ont plutôt opté de puiser dans les réserves », avance M. Lizotte. Ce dernier estime à environ 300 000 $ le manque à gagner pour le CSNO pour l’année en cours.

Ce n’est pas uniquement parce qu’il peut compter sur de bonnes réserves que le CSNO a agi de la sorte. « Notre slogan cette année est qu’au CSNO, les jeunes nous les avons à cœur. Si on avait opté pour couper dans le personnel, qui en aurait fait les frais? Ce sont les élèves. Alors, nous mettons tout en œuvre pour nous assurer qu’ils reçoivent une éducation francophone de qualité », lance le directeur général.

Pour ce faire, le conseil intègre une nouvelle stratégie cette année : la trousse à outils pour une amélioration continue du rendement scolaire. « Au cours des trois prochaines années, les écoles seront évaluées. Tout ce qui se fait sera regardé afin de déterminer ce qui peut être fait de nouveau pour assurer la réussite scolaire des élèves », fait remarquer Marcel Lizotte.

Au cours des trois prochaines années, une équipe externe viendra appuyer la direction générale du conseil et la direction d’école dans cette démarche. « Cette année, c’est l’école Héritage qui utilisera cette trousse à outils, l’an prochain l’école Quatre-Vents, puis en 2013-2014, ce sera autour de Nouvelle Frontière », indique M. Lizotte.

Nouvelles écoles
S’il n’en tient qu’à Marcel Lizotte, l’offre d’éducation francophone connaitra une croissance dans le Nord-Ouest de la province ces prochaines années. « Nous avons un très grand territoire à couvrir et il y a de la place pour plus que trois écoles. Mais, puisqu’on ne peut pas tout faire d’un coup, ce dossier n’a pas avancé comme je l’aurait souhaité l’an dernier », présente-t-il.

La collectivité de Slave Lake, avant l’incendie qui a ravagé la moitié de la communauté au début de l’été, avait été ciblée. Selon Marcel Lizotte, il faudra leur donner du temps pour reconstruire, avant d’envisager une offre  d’éducation francophone.

« L’an dernier High Prairie aussi a été regardé de près. Nous avons même tenu une rencontre d’information, puisque nous avons un autobus scolaire qui se rend à Falher tous les jours. L’objectif de cette rencontre était de voir l’intérêt à offrir un programme de prématernelle et de maternelle », explique M. Lizotte.

Seulement quelques parents se sont présentés à cette rencontre pour différents niveaux scolaires. Le CSNO entend relancer les gens de cette communauté dans un avenir rapproché.
 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)