Imprimer cette page

Centre collégial de l’Alberta : une directrice pleine d’ambition

Depuis le 1er septembre dernier, le Centre collégial de l’Alberta compte une directrice et doyenne adjointe dans ses rangs, en la personne de Line Croussette.

Titulaire d’un baccalauréat en éducation et d’un MBA, Mme Croussette dispose d’une solide expérience dans la gestion d’activités et de programmes collégiaux ayant œuvré au sein du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick depuis plus de 20 ans dans diverses fonctions, comme enseignante, chef de département, directrice des Services éducatifs et vice-présidente intérimaire.


« J’adorais mon emploi dans mon Acadie natale, mais contribuer au développement du Centre collégial de l’Alberta, une composante du Campus Saint-Jean, était quelque chose d’attrayant », a souligné Line Croussette. « Développer de la formation collégiale francophone en milieu minoritaire, c’est un projet de société qui est important », ajoute-t-elle.

Mme Croussette succède en quelque sorte à Dolorèse Nolette, qui cumulait les fonctions sur une base intérimaire depuis 18 mois, en plus de ses fonctions de directrice des Affaires académiques et gouvernance. « Que puis-je demander de mieux comme cadeau d’accueil. Beaucoup d’éléments sont déjà en place grâce au travail qui a été accompli ces derniers mois. Trouver des locaux et superviser les rénovations, cela aurait pu faire partie de ma tâche, mais j’arrive en poste et je peux me concentrer sur le développement d’ententes pour présenter des programmes », explique Line Croussette.

De ce côté là aussi le travail a bien été entamé. « Mme Nolette avait déjà commencé des pourparlers avec NAIT pour le programme de Techniques d’administration des affaires bilingues. Le dossier est présentement au ministère de l’Enseignement postsecondaire et de la Technologie. Dès que nous aurons les autorisations nécessaires, nous pourrons commencer », affirme la directrice du Centre collégial de l’Alberta.

Cette dernière espère que les cours débuteront tôt en janvier 2012. « NAIT a développé le programme anglophone et nous nous sommes appropriés le programme bilingue. Cependant, on travaille en partenariat, puisque certains cours seront présentés en anglais. Cela permettra, d’une part, un partage de ressources et d’expertise et, d’autre part, d’offrir plus d’options à nos étudiants, même s’ils ne sont que des petits groupes dans les quatre champs de spécialisation (comptabilité, finances, entreprenariat et management) », souligne celle qui espère avoir une vingtaine d’inscriptions pour amorcer le programme.

Parmi les autres dossiers sur lesquels la nouvelle directrice du Centre collégial travaille, notons ceux d’éducation à la petite enfance, tourisme et écotourisme, soins infirmiers auxiliaires, préposé aux soins bénéficiaires et préparation aux études postsecondaires.

Line Croussette espère que ces dossiers se transformeront en offre de programmes. « Le plus tôt qu'on pourrait les présenter serait le mieux. Les gens sont habitués à ce que des programmes commencent en septembre ou en janvier, mais si les étoiles sont alignées, qu'est-ce qui nous empêche de les commencer à un autre moment », fait-elle remarquer.

Le Centre collégial de l’Alberta, dont les bureaux sont situés à La Cité francophone, compte pour le moment deux employés. « Il faut cependant ajouter les quatre membres du personnel de l'École des langues, puisque cette composante est intégrée au centre », affirme Mme Croussette.

Il y a aussi l'appui administratif du Campus Saint-Jean. « Chaque personne donne du temps au dossier collégial. Administrativement parlant, on est bien organisé », soutient celle qui s'est vu confier un mandat de cinq ans.

Tout ces éléments permettront à la nouvelle directrice de se concentrer sur le développement de partenariats. «  Le Centre collégial de l'Alberta, ce n'est pas seulement à Edmonton. Les régions doivent se sentir interpelées. S'il y a un besoin de formation, nous devrons trouver une façon de l'offrir. Il est aussi important de connaitre les besoins de la communauté en terme de perfectionnement et de formation continue », explique Line Croussette.

Pour ce qui est des locaux, la nouvelle directrice entend poursuivre ce que le doyen du Campus Saint-Jean, Marc Arnal, a implanté depuis quelques années au Campus, alors que les locaux du Pavillon Lacerte et autres sont accessibles à la communauté.

« Il n'y a pas de cadenas sur la porte. S'il ne se passe rien dans une salle à un moment donné et que des membres de la communauté veulent y avoir accès, cela est possible. Le Cenre collégial de l'Alberta fait partie de la communauté », évoque Mme Croussette.
 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)