Imprimer cette page

Une jeunesse en quête de modèles

IMG 1582Le 26 février 2016, le Centre d’Accueil et d’Établissement a organisé pour la seconde fois à l’école Gabrielle Roy une activité intitulée : « À la rencontre de nos modèles ». Une cinquantaine de jeunes issus des écoles de Maurice-Lavallée, Joseph Moreau, Gabrielle Roy et  Alexandre-Taché y ont participé. Le but : montrer aux jeunes immigrants inscrits dans les écoles secondaires francophones d’Edmonton que l’on peut réussir dans cette société.

« Nous voulons que nos parents soient fiers de nous », c’est ce que Jérôme travailleur social a déclaré aux 53 jeunes qui sont venus écouter le témoignage de quatre intervenants issus également de l’immigration. Si beaucoup de ces jeunes sont ici, c’est parce que leurs parents ont justement rêvé d’un avenir meilleur et de perspectives d’avenir qu’il aurait été difficile d’avoir dans leur pays d’origine.

« La plupart des jeunes sont arrivés cette année ou l’année dernière » souligne Yao Datté, agent de carrière au Centre d'Accueil et d'Établissement du Nord de l'Alberta. La fin du Mois de l’Histoire des Noirs marque donc un moment opportun pour interpeler les jeunes sur une question centrale : de quoi est fait demain ?

 

Le Centre d’Accueil et d’Établissement souhaite donc mettre l’accent sur le besoin que chaque génération a, d’avoir des références, de repères, mais surtout des modèles. Des personnes qui ont réussi et qui peuvent venir en parler de manière concrète.

Parmi les intervenants présents, certains sont passés par le système scolaire francophone et travaillent aujourd’hui dans le secteur public ou bien encore privé.

IMG 1576On a donc pu compter sur M. Achille Karuletwa, d’origine rwandaise. Il est à présent policier pour la ville d’Edmonton. « … c’est important de les inspirer … de leur faire comprendre qu’est-ce que l’histoire des noirs, les sacrifices qui ont été faits par leurs grands-parents … c’est important de leur apporter un contexte » explique-t-il. Le policier de la ville d’Edmonton tient à souligner que partager son expérience permet à ces jeunes de s’identifier aussi bien au travers des difficultés rencontrées que du chemin qu’il aura lui-même parcouru.

Le parcours de Innocent Bizimana originaire du Congo et ancien élève de l’école Maurice Lavallée, devenu depuis infirmier, aura aussi attiré l’attention du jeune public. M. Bizimana explique qu’il n’était pas bon à l’école «  quand j’étais jeune, l’école, ça ne marchait pas … mais j’ai vu que sans l’école je ne pourrais pas faire grand-chose ». En dépit de ses difficultés d’apprentissage, Innocent Bizimana s’est accroché et a fini par obtenir son diplôme d’infirmier. « Commencer jeune à l’école ça aide après » souligne-t-il.

 

Pour Giscar Kodiane, c’est vers la profession de plombier que ce jeune ivoirien s’est finalement orienté après ses études à NAIT. « La jeunesse c’est l’avenir de ce pays … venir partager notre expérience et leur dire que c’est possible, s’ils étudient et s’ils croient … le Canada c’est un pays d’opportunités ». Mettre les jeunes en confiance c’est surtout ça le plus important. C’est pourquoi chaque intervenant a souligné à sa façon l’importance de travailler à l’école. Et comme l’a souligné Jérôme travailleur social auprès des jeunes et originaire de la Jamaïque : « le succès c’est du travail » !

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)