Imprimer cette page

Le programme d'apprentis chercheurs: De nouvelles perspectives

Doyen sept2014C’est dans l’une des nombreuses salles du Campus Saint-Jean que l’atelier intitulé « L’exil, une expérience identitaire » s’est déroulé le 26 août devant un groupe d’une vingtaine de personnes. Cet atelier a été possible grâce à un système de bourse pour les apprentis chercheurs qui fait tout une différence aussi bien pour les professeurs que pour les étudiants.

Il est 13h, salle MCM2-60 au Campus Saint-Jean. Leticia Gomez, étudiante de quatrième année au Baccalauréat en éducation, s’apprête à faire une présentation sur le thème de l’exil.

C’est à la demande de Pierre-Yves Mocquais, le doyen du Campus Saint-Jean, que Leticia Gomez a décidé de travailler sur ce sujet. En effet, en plus de ses fonctions de doyen de l’université, monsieur Mocquais a décidé de reprendre ses activités de chercheur. À l’heure actuelle, il travaille sur deux ouvrages importants portant sur ce thème. Pour lui venir en aide, le vice-doyen à la recherche du Campus Saint-Jean, Hassan Safouhi, a solicité l’aide de Leticia Gomez dans le cadre du programme des apprentis chercheurs. C’est une approche pluridisciplinaire tant du point de vue des sciences sociales, des humanités numeriques et de l’épigénétique que le sujet a été abordé. 


« Le programme d’apprentis chercheurs, oui absolument il faut le développer », s’exclame Pierre-Yves Mocquais. Ce programme a vu le jour en 2011. « Il faut pouvoir trouver les fonds nécessaires, en faire bénéficier les étudiants autant que possible. La plupart des cours sont conçus comme des courroies de transmission du savoir plutôt que d’aller creuser le savoir », poursuit-il. Quand Pierre-Yves Mocquais est arrivé en juillet 2014, le programme avait déjà commencé.

Cette année, une dizaine d’étudiants ont bénéficié de ce programme, à savoir la bourse Robert Smith et la bourse des apprentis chercheurs. Deux programmes actuellement contenus ensemble. D’un côté, ce système permet aux jeunes de se former à l’exercice exigeant de la recherche fondamentale. De l’autre, cela permet d’apporter une aide et des perspectives différentes sur un sujet de recherche auquel les chercheurs eux-mêmes n’auraient pas pensé. C’est pourquoi, monsieur Mocquais a augmenté cette année la bourse à partir de fonds de recherche qu’il possède. La raison en est simple : « parce qu’il y a peu d’étudiants de second cycle en études supérieures à la faculté Saint-Jean, l’un des premiers objectifs a été d’initier les étudiants de premier cycle très tôt à la recherche ».

À la suite de sa présentation, Leticia Gomez écrira un article sur le résultat de ses recherches. Un article qui pourra trouver sa place dans l’un des ouvrages de monsieur Mocquais, si ce dernier est retenu. Le programme des apprentis chercheurs a de beaux jours devant lui.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)