Imprimer cette page

Le tutorat interactif bientôt en Alberta?


« Free Online Homework Help » c’est le nom de ce nouveau système de tutorat en ligne qui arrive tout doucement en Alberta et mis en place par Voilà Learning. Après avoir  fait ses preuves en Ontario et dans d’autres provinces du pays, l’organisme Canadian Parents for French (CPF), basé en Alberta, est officiellement partenaire de ce projet. Cela permettra d’apporter des ressources supplémentaires en français aux jeunes Albertains et ce, à l’extérieur du cadre scolaire.



« Entre 85 et 95 pourcent de nos parents dont les enfants sont en immersion, ne parlent pas un mot de français », explique Michael Tryon, le directeur général de l’organisme Canadian Parents for French (CPF) de l’Alberta. La difficulté de trouver des services en français ne date pas d’hier. Le soutien scolaire ne fait pas exception à la règle. En effet, il n’est pas à la portée de toutes les bourses de payer un professeur de français 50 dollars l’heure. Michael Tryon de Canadian Parents for French le souligne bien : « Il n’y a pas beaucoup de ressources pour faire les devoirs ou finir les projets ».

Le programme « Free Online Homework French » proposé par Voilà Learning s’est donc concrétisé sur la base de l’accessibilité et d’un besoin réel, celui de pratiquer son français en dehors de l’école.

Hosni Zaouali, directeur des communications à Voilà Learning soutient que « l’idée de départ, c’était de pouvoir offrir un soutien scolaire à toutes les familles, qu’elles soient aisées, mais surtout celles qui sont défavorisées. Le problème c’est que dès que l’on sort de l’école, il n’y a pas moyen de pratiquer son français ». 

L’organisme a donc tenté, dans un premier temps, de répondre au besoin des jeunes anglophones en apprentissage du français et, dans un deuxième temps, à celui des francophones.

La technologie au service de l’apprentissage

Nous sommes bien loin de l’adage qui dit : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». C’est dans la Silicon Valley, à l’Université de Stanford que Voilà Learning a mis en place une plate forme, déjà existante, le campus virtuel en français.

L’aspect technique a été pensé par le Stanford’s Virtual Human Interaction Lab et financé par la fondation Trillium ainsi que différents ministères provinciaux de l’Éducation au Canada. Cette méthode est beaucoup plus interactive et les commentaires sont positifs.

Le concept est simple, 25 professeurs sont disponibles tous les soirs de 17 à 20 heures du lundi au jeudi afin d’aider en ligne les élèves à se diriger sur le campus virtuel en français. À la manière d’un jeu vidéo, l’élève peut lui même choisir un avatar, c’est-à-dire un personnage qui le représente et où il peut choisir ses vêtements.  De là,  l’élève peut poser toutes les questions qu’il désire en français à un professeur en direct. Cet apprentissage des langues beaucoup plus interactif a déjà fait ses preuves dans d’autres provinces canadiennes.

La faisabilité de ce projet

Aujourd’hui, plus de 150 000 étudiants canadiens ont accès à ce programme sur leurs ordinateurs, tablettes ou téléphones cellulaires. Cela fait trois ans qu’un tel système est en place en Ontario. « Au départ, deux conseils scolaires étaient intéressés, puis onze », explique le directeur des communications de Voilà Learning. Ce programme est gratuit et destiné, dans l’ordre, aux parents et aux élèves, aux écoles d’immersion et aux écoles francophones.

Cependant, le service est payant pour les conseils scolaires. D’après Hosni Zaouali, un conseil scolaire de 5000 élèves devrait, par exemple, débourser moins de 1000 dollars annuellement pour accéder à ce système.

Comme l’explique Michael Tryon, directeur de l’organisme CPFF, « c’est la responsabilité des conseils scolaires » s’ils veulent s’abonner au service, qui attendent de voir les résultats avant d’aller de l’avant avec le projet.

Le programme et l’application Avatar de Voilà Learning sera accessible à partir de septembre en Alberta. Un partenariat avec le CPF est d’ailleurs déjà établi pour répondre aux besoins des familles albertaines.

Pour plus d’information : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)