Devrions-nous éliminer les prisons pour les jeunes délinquants? Ou encore, devrions-nous, permettre au gouvernement fédéral de contrôler l’exploitation des ressources naturelles après avoir consulté l’opinion de la population après un référendum? Ce ne sont que quelques une des questions faisant partie des projets de loi que les participants du Parlement jeunesse pancanadien ont débattu au Sénat canadien du 7 au 10 janvier 2016. Plus de 100 jeunes participants d’expression française provenant de toutes les provinces et territoires du Canada, dont 8 de l’Alberta se sont réunis pour débattre en chambre des projets de loi, inventés par leurs collègues au cours de l’année.

01La 3e édition de la Classique hivernale a eu lieu jeudi le 17 décembre 2015 alors que 54 élèves de 4e à 6e années inscrits au programme sport-études des écoles Citadelle, La Mission et Sainte-Jeanne-d’Arc étaient exemptés de leur classe régulière pour se rendre à l’aréna Akinsdale de St-Albert pour jouer au hockey entre écoles.

Tout au long de la journée, 3 parties ont eu lieu impliquant des joueurs de différentes catégories. Dès 10h, ce fut la cérémonie officielle où M. Henri Lemire, directeur-général du Conseil scolaire Centre-Nord, est venu faire un discours pour l’ouverture.  Il était accompagné des enseignants responsables de chacune des écoles. 

RAJE 2015L’hiver approche, mais le soleil brillait lors du 17e Rassemblement Jeunesse (RaJe) organisé par Francophonie Jeunesse de l’Alberta. Ce rassemblement a réuni plus de 500 jeunes de la 9e à la 12e année venant tant des écoles francophones, mais aussi celles d’immersion de la province. Cette année, Le RaJe a eu lieu à l’école Maurice-Lavallée d’Edmonton ce 2 octobre et a attiré 200 jeunes de plus que l’an dernier. Pour le Raje c’est une année vraiment haute en couleur !  

 

Voir la vie en rose ou presque ! Cette année, les participants du RaJe ont reçu un chandail blanc à l’effigie du RaJe, qu’ils ont enfilé l’occasion de la bataille géante de ballons remplis d’eau colorée. C’est Olivier Mercure, animateur de l’émission Oniva sur les ondes d’ICI Radio-Canada, qui s’est porté volontaire pour être la première cible.

Eggen Sherwood ParkLe ministre de l’Éducation de l’Alberta, David Eggen, a rencontré les élèves et le personnel enseignant de l’école Sherwood Park, temporairement installée à la Cité francophone d’Edmonton, le 28 septembre. Cette visite avait pour but d’encourager l’enseignement du français dans la province.

Depuis son emménagement en août à la Cité francophone, l’école de Sherwood Park attend sa nouvelle construction. Le personnel de l’école et certains parents croient que, même si la situation actuelle est temporaire, les locaux de la Cité arrivent à combler les besoins des élèves.

COLINLa rentrée au Campus Saint-Jean avait une saveur particulière en ce début du mois de septembre. Le gouvernement albertain avait fait la promesse, en juin, qu’il gèlerait les frais de scolarité des étudiants des 26 collèges et universités de la province, incluant l’Université de l’Alberta et sa Faculté Saint-Jean, pour une période de deux ans, à compter de cet automne. Chose promise, chose due.

 

« C’est sûr que c’est une bonne nouvelle. Ça permet aux étudiants de mieux planifier leurs dépenses et leur budget de cette année et de l’an prochain. Ça évitera à certains de devoir travailler au cours de l’année, et de se consacrer entièrement à leurs études », explique Colin Champagne, le président de l’Association des universitaires de la Faculté Saint-Jean.

CrayonAprès avoir lancé son premier livre, Le crayon magique, sur le délicat sujet de l’intimidation, l’auteure du livre, Alexandra Roy, présente une fiche pédagogique afin d’aider les élèves à  s’exprimer en classe sur ce sujet  parfois tabou.  Si l’intimidation ne date pas d’hier, certains professionnels du monde de l’éducation se sont penchés sur les mécanismes et les raisons pour lesquelles elle existe.  

 

« Le but c’est de faire réfléchir les enfants sur un sujet », souligne Alexandra Roy, en parlant de la fiche pédagogique de son livre, qui porte sur l’intimidation. Le livre, basé sur une histoire vraie, a pris vie après que l’auteure s’est remémorée ce petit garçon qu’elle connaissait à l’école, qui se faisait régulièrement harceler. « Je me suis imaginée ce qu’il était devenu. Il y a une expression qui dit [n’intimide jamais l’élève le moins populaire de l’école] car un jour, il pourrait être ton patron », dit l’auteure québécoise de 35 ans.

Doyen sept2014C’est dans l’une des nombreuses salles du Campus Saint-Jean que l’atelier intitulé « L’exil, une expérience identitaire » s’est déroulé le 26 août devant un groupe d’une vingtaine de personnes. Cet atelier a été possible grâce à un système de bourse pour les apprentis chercheurs qui fait tout une différence aussi bien pour les professeurs que pour les étudiants.

Il est 13h, salle MCM2-60 au Campus Saint-Jean. Leticia Gomez, étudiante de quatrième année au Baccalauréat en éducation, s’apprête à faire une présentation sur le thème de l’exil.


Dans tous les coins de la province, les écoles francophones arrivent bientôt à la ligne d’arrivée. Elles sont presque toutes prêtes à accueillir les élèves de la pré-maternelle à la douzième année. Certains conseils scolaires se sont tenus particulièrement occupés cet été, avec divers projets de construction et de rénovation d’écoles, mais sont confiants qu’ils seront prêts à recevoir les jeunes à temps pour la rentrée.


« Free Online Homework Help » c’est le nom de ce nouveau système de tutorat en ligne qui arrive tout doucement en Alberta et mis en place par Voilà Learning. Après avoir  fait ses preuves en Ontario et dans d’autres provinces du pays, l’organisme Canadian Parents for French (CPF), basé en Alberta, est officiellement partenaire de ce projet. Cela permettra d’apporter des ressources supplémentaires en français aux jeunes Albertains et ce, à l’extérieur du cadre scolaire.

Le tourisme d’aventure, c’est profiter et apprécier les splendeurs de la nature en la laissant dans le même état qu’à son arrivée. C’est dans cet état d’esprit que l’entreprise Company of adventurers (COA), basée à Calgary, s’est spécialisée dans ce type de tourisme. Une bonne façon de commencer l’été et d’en apprendre un peu plus sur Dame Nature.



L’humilité est certainement l’une des principales qualités pour tout amoureux de l’environnement qui se respecte. Bryce Willigar, 25 ans, directeur des programmes pour Company of Adventurers en Alberta, est fasciné par la nature et a appris à la respecter depuis son plus jeune âge. Sa passion, il en a fait son métier.

Page 7 sur 16
Aller au haut