C’est avec 356 élèves, soit 23 de plus que l’an dernier, que la rentrée scolaire s’est effectuée dans les trois écoles francophones du Conseil scolaire du Nord-Ouest (CSNO).

« C’est une très belle surprise qui vient récompenser le travail que nous avons accompli au cours de la dernière année. La petite équipe du conseil a été présente partout afin de maximiser la promotion. Nous avons mis le paquet et cela a rapporté », a avoué le directeur général du CSNO, Marcel Lizotte.

Depuis le 1er septembre dernier, le Centre collégial de l’Alberta compte une directrice et doyenne adjointe dans ses rangs, en la personne de Line Croussette.

Titulaire d’un baccalauréat en éducation et d’un MBA, Mme Croussette dispose d’une solide expérience dans la gestion d’activités et de programmes collégiaux ayant œuvré au sein du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick depuis plus de 20 ans dans diverses fonctions, comme enseignante, chef de département, directrice des Services éducatifs et vice-présidente intérimaire.

C’est avec 700 élèves, ce qui représente une diminution de 1,7 % dans ses effectifs scolaires, que le Conseil scolaire Centre-Est (CSCE) a amorcé l’année 2011-2012, à la fin du mois d’aout.

« C’est une petite surprise qu’on n’attendait pas. Cette baisse est pour l’ensemble de nos écoles, mais elle est principalement liée à l’école Beauséjour (Plamondon) », s’est exclamé le directeur général du CSCE, Marc Dumont.

Une centaine de jeunes de 18 à 30 ans, provenant de 34 pays francophones membres de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), ont pris part à la 4e École d’été de la Francophonie, du 19 au 24 juillet dernier. Quatre Canadiennes, dont la Franco-Albertaine Carole Ishimwe, étaient parmi ces jeunes rassemblés au Palais des congrès de Nouakchott, en Mauritanie.

Les jeunes, sélectionnés par l’OIF sur la base de leur domaine d’expertise respectif, ont pu discuter et débattre du thème Jeunesse, migrations internationales et développement dans l’espace francophone.

Il y avait quatre ateliers d’apprentissages et de discussions proposés : Coopération au développement des technologies de l’information et de la communication (TIC); création et gestion de micro-entreprises; droits fondamentaux des travailleurs migrants; et impact des migrations sur l’environnement.

« Ce que j’aime de mon école, c’est qu’elle est très petite, donc ça nous permet d’avoir une certaine proximité et de connaître tout le monde, mais nous n’avons pas suffisamment de ressources à notre portée. »

Ce sont les paroles prononcées par Zoé Banville, élève en 8e année à l’école La Prairie de Red Deer, le 23 juin dernier, à la Maison du Lieutenant-gouverneur à Edmonton.  

Elle s’y est rendue à l’occasion d’un tour de table organisé par le ministre de l’Éducation, Dave Hancock, et le ministre des Infrastructures, Ray Danyluk. Une vingtaine d’autres élèves sont venus des quatre coins de l’Alberta pour donner leurs points de vue sur ce qu’il faudrait changer dans leur école.

Mélanie Vidal, enseignante de 5e et de 6e année à l’école Notre-Dame des Vallées de Cochrane, a reçu le Prix d’excellence en enseignement 2011 le 28 mai dernier à Edmonton.

Lors d’une cérémonie organisée à l’hôtel Delta sud de la capitale albertaine, Mme Vidal a reçu cette récompense, en présence du ministre de l’Éducation Dave Hancock.

Le 30 mai dernier s’est tenue, à l’école francophone La Mosaïque de Calgary, l’inauguration officielle du Club des petits déjeuners. Cette initiative, mise en place depuis trois semaines, permet aux enfants de l’école de bénéficier gratuitement, avant le début des classes, d’un petit-déjeuner complet et équilibré qui leur permet de commencer au mieux une journée d’éveil et d’apprentissage.

Comme l’a précisé le conseiller municipal Jim Stephenson, qui représentait le maire Naheed Nenshi lors de la cérémonie, « au Canada, un enfant sur 10 vit dans la pauvreté et risque de commencer sa journée l’estomac vide. »

Le gouvernement de l’Alberta a annoncé, le 24 mai dernier, que 35 écoles albertaines vont bénéficier d’une enveloppe de 550 millions $ pour être reconstruites ou modernisées. Quatre écoles francophones vont bénéficier de cette initiative. Il s’agit des établissements de Jasper et de Red Deer, ainsi que de Cochrane et d’Airdrie dans la région sud de la province.

Pour marquer de façon particulière la Journée du droit, le 16 avril dernier, le Palais de justice d’Edmonton a été l’hôte d’un procès criminel simulé en français, La Reine c. Ali Singh, présidé par le juge à la Cour du Banc de la Reine de l’Alberta, Vital Ouellette, devant une quarantaine de parents et amis.

Huit élèves de l’école publique Gabrielle-Roy se sont prêtés au jeu. Les avocates de la couronne, Victoria Kirezi et Floxelle Ininahazwe, ont tenté de faire condamner Ali Singh (interprété par Sebastian Larochelle), un jeune de 16 ans, de vol, de voies de faits et d'avoir proféré des menaces dans une station de métro envers Morgan King (jouée par Ines Laaouad).

Outre la victime, la couronne a aussi appelé à la barre comme témoin Dakota Lim (Sibel Yesilkaya), une policière.

Page 16 sur 16
Aller au haut