Gagnants 5-6.GEH2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La 8e édition du tournoi de Génies en herbe Nord s’est tenue les 4 et 5 mai derniers à l’école Alexandre-Taché, à Saint-Albert. Cet événement est le fruit d’une étroite collaboration entre le Conseil scolaire Centre-Nord et l’ACFA provinciale qui ont ainsi permis de promouvoir l’appartenance à la langue et la culture francophones, de renforcer les connaissances scolaires des élèves, et de tisser des liens dans la communauté.

Plus de cent jeunes de la 5e à la 9e année et issus de quatorze écoles se sont affrontés en équipes dans une sorte de Trivial Pursuit géant. Soumis à des questions de culture générale diverses et variées, allant des mathématiques à l’actualité en passant par l’histoire, l’orthographe, la géographie et les sciences, les élèves ont pu démontrer toute l’étendue de leurs connaissances.

De l’amusement et des connaissances !

Jean Johnson, président de l’ACFA, a salué l’importance de l’événement : « le tournoi Génies en herbe est devenu un incontournable, et je m’en réjouis, car en plus de promouvoir l’utilisation du français, il permet d’apprendre et de repousser ses limites tout en s’amusant ».

Si la compétition se veut avant tout être un rassemblement amical, les jeunes s’étaient tout de même préparés avec beaucoup de sérieux : « le niveau des élèves était impressionnant ! Les jeunes ont répondu à des questions très difficiles », relate Éric Dion, conseiller pédagogique au Conseil scolaire Centre-Nord (CSCN).

Un regroupement convivial qui crée des liens

Robert Lessard, directeur général du CSCN, est pleinement satisfait de la rencontre : « Quel plaisir de voir nos élèves mesurer leurs connaissances générales avec leurs collègues d’un peu partout en province ! », se réjouit-il. Éric Dion souligne lui aussi le caractère rassembleur de l’événement : « le tournoi est une compétition saine entre les écoles. Les élèves représentent leur école mais c’est tellement beau de les voir tisser des liens et socialiser avec toute la communauté du Conseil scolaire ! », s’exclame-t-il. Selon lui, l’événement constitue un « développement du réseau socio-linguistique des élèves ».

Malgré la convivialité de la rencontre, dans toute compétition il faut des gagnants. Dans la catégorie des 5e et 6e années, c’est l’école La Mission qui s’est imposée. L’école Alexandre-Taché l’a emporté, elle, dans la catégorie 7e année, et l’école Joseph-Moreau a reçu les honneurs dans la catégorie 8e et 9e années.

Enfin, il faut souligner la participation des parents, des directions d’écoles, des professeurs, des employés scolaires communautaires et des bénévoles sans qui le concours ne serait pas un succès chaque année depuis huit ans.

« C’est tellement beau de voir les jeunes tisser des liens et socialiser avec toute la communauté », Éric Dion

Gagnants 8-9.GEH2017

 

DSC 0343 1Près de 110 jeunes sont venus participer du 28 au 30 avril au Parlement Jeunesse francophone de la province. Une occasion de parler en français et d’en apprendre un peu plus sur les rouages du fonctionnement de la société canadienne. Un exercice de style qui aura permis aux jeunes de réaliser des simulations parlementaires dans un décorum plus vrai que nature : la Législature !

 

« Chaque année, il y a toujours de nouvelles affaires et je suis toujours impressionnée par le progrès des jeunes », déclare Caroline Kreiner, coordinatrice du bureau d'animation en leadership et responsable du volet journalisme cette année. L’art oratoire prend une place prépondérante dans ce type d’événements. Le Parlement Jeunesse de l’Alberta (PJA) est l’occasion pour les jeunes de s’exprimer en français et de développer leurs aptitudes à prendre la parole dans la langue de Molière. C’est aussi le moment opportun pour un jeune d’en apprendre un peu plus sur le devoir civique en général. « Comment un projet de loi devient une loi, mais aussi comment le gouvernement fonctionne-t-il ? C’est un excellent complément au cours d’études sociales », explique la coordinatrice. Cette simulation parlementaire est la 26e édition d’une longue série. Denise Lavallée était l’initiatrice de ce projet voilà de ça quelques années.

 

Cette année, les projets de loi ont abordé des sujets graves tels que : la santé albertaine, la peine de mort et la récolte d’organes, la nationalisation pétrolière et l’éducation des parents prospectifs. Tous ces sujets ont été choisis par les jeunes. Selon la coordinatrice, les sujets sont d’abord sélectionnés par le cabinet. « Les jeunes, les ministres comme on les appelle, travaillent avec les membres du cabinet sur des projets de loi préférablement controversés pour stimuler la discussion, c’est vraiment par et pour les jeunes », explique Caroline Kreiner. Les adultes ne participent donc pas à ce processus.  

 

Les jeunes puisent généralement leurs idées dans l’actualité tant provinciale qu’internationale. Selon la coordinatrice, la question environnementale est importante en Alberta, les jeunes s’intéressent donc à ce qui se passe tant dans leur province que dans les autres pays, afin de comparer et d’animer le débat.

 

Le PJA a rassemblé des jeunes venant aussi de Falher, Jasper, Cold Lake et Lethbridge.   

 

Le premier projet de loi à être adopté portait sur la santé albertaine et le second sur la peine de mort et la récolte d’organes. « Le PJA est actuellement le plus grand parlement jeunesse provincial au Canada », souligne Caroline Kreiner.  

campus-saint-jeanLe Campus Saint-Jean (CSJ) a signé une entente avec la Faculté de droit de l’Université de Moncton afin de permettre aux étudiants en droit d’obtenir leur diplôme de Juris Doctor plus rapidement. Cet accord vise ainsi à encourager les jeunes à s’orienter vers les professions judiciaires et permettra peut-être d’améliorer l’accès aux services juridiques en français dans l’Ouest.

La 4e édition de la journée « Jeunes mentors » a eu lieu le jeudi 13 avril à la Cité Francophone. Organisé sous le thème « être mentor, c’est mon genre », l’événement a pour but de lutter contre l’intimidation et le harcèlement. Ce projet a été rendu possible grâce à la collaboration de l’Association des juristes d’expression française de l’Alberta (AJEFA), l’ACFA, la Fédération des sports francophones de l’Alberta (FSFA), Francophonie Jeunesse de l’Alberta (FJA) et le projet ESPOIR du Conseil scolaire Centre-Nord (CSCN).

IMG 8834ok

Du 6 au 8 avril dernier, Raphaëlle Houdot, directrice du service de la Réalité Virtuelle de l’organisme Voilà Learning, était présente à Edmonton lors de la conférence Langues sans frontières au Centre de Conférence Shaw. L’objet de sa venue : faire la promotion des outils technologiques d’enseignement, à l’instar du campus virtuel offert par l’entreprise.

Voila Learning - Stand VIC

Une soixantaine d’invités et les 222 élèves de l’école se sont réunis vendredi dernier pour célébrer officiellement l’ouverture de ce nouvel établissement francophone.

Ceremonie ruban- ecole Michaelle Jean

Les jeunes préfèrent nettement YouTube à la télévision, mais ne produisent pas de contenu. Voilà le constat qu’ont fait Alex Normand et Marie-Josée Lalande lors de leur tournée Fliptubeurs qui les a menés dans 14 écoles de 6 provinces canadiennes.

Joly Former la releve YouTube  DSC1100

Dans un café-bistro à Kemptville, petite ville proprette aux pierres grises et briques roses à une cinquantaine de kilomètres au sud d’Ottawa. On nous propose quelques journaux : « Clouds forming over PM » titre le Ottawa Sun tandis que le North Grenville Times parle des « Superschools » que convoite le Upper Canada District School Board (UCDSB). Hé oui ! On est dans le Haut-Canada. Pas une page en français pour raconter la vie de notre monde.

still-life-851328 640

RC1 copy

C’est du 10 au 12 mars 2017 que les jeunes d’expression française de partout en Alberta se sont réunis au Camp HE HO HA pour la 45e Assemblée générale Annuelle de Francophonie jeunesse de l'Alberta – le GoAGA. Ce rassemblement se veut l’occasion privilégiée pour les membres de FJA, les jeunes de 14 à 25 ans de l’Alberta, de prendre des décisions qui affecteront la feuille de route de l’organisme, dont l’élection d’un nouveau conseil d’administration, maintenant dirigé par Martin Kreiner.

Chaque année depuis 12 ans, l'organisme "Le français pour l'avenir" propose un concours national de rédaction en français ouvert aux élèves de la 10e à la 12e. Après trois longs mois d'attente, les résultats ont été annoncés le 7 mars 2017. L'école française La Vérendrye de Lethbridge ne compte pas un, mais trois gagnants !

Concours national de redaction

Page 1 sur 12

Édition de la semaine

Abonnez-vous à la version électronique ici.

Abonnez-vous à la version papier ici.

L'annuaire francophone 2017

Aller au haut