Le sommet du G7 s’est tenu au château d’Elmau, en Allemagne, le 7 et 8 juin dernier. Parmi les nombreux points évoqués par les 7 chefs d’État, le changement climatique et la sécurité énergétique. Ce volet est comme à son habitude sans cesse abordé, avec cette fois une nouvelle qui n’aura pas manqué de retenir l’attention : l’arrêt des exploitations fossiles en 2100 !


Serait-ce donc avec « stupeur et tremblements », titre du célèbre roman d’Amélie Nothomb, que nous devrions accueillir cette nouvelle ? D’un côté la stupeur, car le quotidien et le fonctionnement de la planète reposent principalement sur l’exploitation des énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz naturel), et cela, malheureusement au détriment de notre environnement. Nous sommes devenus si dépendants des hydrocarbures que nous n’avons pas pu ou voulu chercher d’autres alternatives. L’arrêt de cette exploitation marquerait-elle le début d’un geste responsable et citoyen envers notre héritage millénaire, la planète Terre ?

Aller au haut