Imprimer cette page

Un départ... une arrivée

Je suis tombée sur le dernier éditorial d’Étienne Alary, mon prédécesseur, en montant le journal cette semaine. Il doit être assez difficile, après 9 ans à la tête d’un hebdomadaire communautaire, de se rappeler comment on se sentait au début et quelle était notre vision pure et naïve du journal (par naïve je veux dire optimiste, pas encore entachée par les obstacles auxquels on ne s’attendait pas).


Étienne a écrit, dans son éditorial, que sa vision de l’hebdomadaire était de refléter la vitalité de la communauté franco-albertaine.
Sans vouloir amenuiser les déclarations de l’ancien directeur du Franco, mon intuition serait de dire : « Facile à dire, mais pas facile à faire ». Ce que j’ai observé de la communauté franco-albertaine, c’est qu’elle n’est pas uniforme bien qu’elle soit unifiée (dans certains cas).  Elle a plusieurs visages et se cache, parfois non pas par sentiment d’infériorité, mais plutôt qu’elle ne ressent pas le besoin d’affirmer son identité culturelle sur la place publique. Elle est élégante et pourtant gauche à l’occasion, lorsqu’il s’agit de découvrir son nouveau corps en évolution qui lui parait étranger, comme à l’adolescence. Elle se manifeste chez les uns et les autres par des modes d’expressions différents et parfois incompatibles à première vue…


Et tout ceci est mon humble observation. Comme quoi, refléter la vitalité de votre communauté – qui devient de plus en plus la mienne – n’est pas une mince affaire. Après deux semaines, je me questionne déjà sur ma propre vision du journal – ce dont je m’étais promis de vous parler. Pas un questionnement existentiel. Constructif plutôt.

Pour moi, Le Franco vous appartient. Votre journal communautaire ne devrait pas simplement être le reflet de la vitalité de la communauté, mais son produit. Plus que de vitalité, je pense qu’il est temps de parler de créativité.

Je souhaite que les deux journaux papier du Franco, ainsi que son site web, soient des espaces de créativité.

Les liens entre et au sein des communautés franco-albertaines, ainsi que ceux qui dépassent les frontières provinciales et nationales existent déjà grâce à la langue commune, qu’elle soit politisée ou non. À vous maintenant de les faire florir en utilisant cet espace que je mets à votre disposition. Idées, opinion, information, félicitations et illustrations. L’équipe de rédaction est là pour vous aider à partager ce qui vous trotte dans la tête, ce que vous voulez communiquer ou les sujets sur lesquels vous voulez enquêter.

Le tout, bien sûr, en respectant la diversité et les particularités de notre province, et les principes journalistiques qui sont, de toute façon, déjà bien ancrés dans le fonctionnement du journal et les valeurs de la rédaction.

Comme toute personne qui consomme assidument les médias en tout genre, j’ai ma petite idée sur ce à quoi Le Franco idéal ressemblerait. Néanmoins, le journal que je vous offre depuis deux semaines a été construit au fil de mes conversations avec les gens qui se ont pointé le bout de leur nez à nos bureaux, des suggestions de ceux qui se sont manifestés sur les réseaux sociaux et des idées qui ont été inspirées par notre environnement, tout simplement.

Plutôt qu’une vision déjà préétablie pour un journal qui est le vôtre, je vous offre une porte ouverte.

Évaluer cet élément
(0 Votes)