Imprimer cette page

Et le choix est…

C’est une semaine déterminante à plusieurs égards alors que, du côté municipal, les divers candidats partout en province font un sprint final en vue des élections du 21 octobre. Quelques francophones tentent de se faire réélire ou d’obtenir un poste au conseil municipal. On peut penser à Camille Bérubé (Beaumont) et Norm Boucher (Medicine Hat) à titre de maire, sans oublier les André Chabot et Brian Pincott (Calgary), ainsi que Serge Gingras (Red Deer), Marco Bergeron et Yves Gauthier (Lethbridge) pour n’en nommer que quelques-uns.

Deux Amis de la francophonie de l’ACFA, en d’autres mots des alliés de la communauté franco-albertaine, tentent aussi d’être reconduits pour un nouveau terme, soit Bill Given à Grande Prairie et Nolan Crouse à Saint-Albert. Le premier a été nommé Ami de la francophonie l’an dernier tandis que le second recevra pareil honneur le 19 octobre.


À Edmonton, la lutte pour succéder à Stephen Mandel semble se jouer entre deux alors que Karen Leibovici et Don Iveson semblent favori. Non loin derrière, on retrouve Kerry Diotte. Troisième pour le moment certes, M. Diotte peut espérer se faufiler te devenir maire advenant que les Edmontonniens divisent leur vote entre Mme Leibovici et M. Iveson.

Au niveau de la francophonie, Rond Point sera aussi l’occasion pour les membres de l’ACFA de connaitre la composition de leur prochain Conseil d’administration provincial. Bien que presque tous les postes aient été élus par acclamation, deux courses (à Edmonton et à Calgary) verront leur dénouement.

Rond Point sera aussi un retour dans le futur avec Jean Johnson qui redeviendra président de l’ACFA après quatre ans. Ce sera aussi l’occasion de saluer celle qui a présidé l’organisme entre 2009 et 2013, Dolorèse Nolette.

Présente au CA provincial depuis près de 10 ans maintenant, Mme Nolette peut quitter la tête haute, tout comme deux autres membres  du CA qui ont siégé avec elle depuis octobre 2004, soit Adèle Amyotte et Claude Duret. À cela, on pourrait ajouter le départ d’une autre bénévole de longue date, Jeanne Robinson, qui avait fait son entrée au CA provincial de l’ACFA à l’automne 2007. Effectuer d’aussi long mandat au niveau de l’organisme porte-parole de la communauté avec le temps que cela exige, malgré des engagements professionnels et personnels, on ne peut faire autrement que de leur lever notre chapeau.

Du côté scolaire, une fois de plus, les yeux seront rivés sur la capitale albertaine et le Conseil scolaire Centre-Nord, alors que six candidats convoitent les trois postes de conseiller catholique et trois candidats espèrent obtenir l’un des deux postes de conseiller public. Le forum public organisé le 9 octobre dernier (voir reportage en page 5) a permis aux gens présents et à ceux qui ont suivi le débat de découvrir chacun des candidats.

Ce forum aura permis à quelques candidats méconnus de la communauté scolaire de se démarquer. On peut penser notamment à Denis Lefebvre qui a su tirer profit de cette tribune publique.

Karen Doucet, de par son poste actuel de présidente du CSCN, a passé une bonne partie de la soirée à se défendre devant certaines attaques, mais devant le travail qui a été accompli ces dernières années, mériterait un renouvèlement de mandat. Le 3e poste, à mon avis, se jouerait entre la réélection de Nathalie Lachance et l’élection de Marcel Adzeme Essomo. Du côté public, toujours au terme du forum, on verrait l’élection de Paul Dubé et la réélection de Kevin Bell.

Cependant, puisque tout se jouera le 21 octobre lors des élections, il est également possible de voir Alain Bertrand (catholique), Ismail Osman Hachi (public) et Audrey Lavoie (catholique) se faire élire. Cela dépendra de qui ira se prévaloir de son droit de vote. En 2010, la course entre messieurs Bell et Osman Hachi n’avait été l’affaire que d’un vote ou deux. L’histoire risque de se répéter, et ce, pour les cinq postes à pourvoir.
- Étienne Alary

Évaluer cet élément
(0 Votes)