Les parents et les élèves de l’école Alexandre-Taché ont une fois de plus démontré toute l’importance qu’ils accordaient à leur école, le 26 aout dernier, en se présentant en grand nombre à l’hôtel de ville pour discuter, lors de la rencontre du conseil municipal, d’un enjeu qui n’en était pas un.
 
En effet, des résidents du quartier Erin Ridge, endroit où sera bâtie l’école, ont pensé qu’en s’adressant au conseil municipal, ils pouvaient faire annuler la décision d’allouer le terrain au Conseil scolaire Centre-Nord (CSCN) pour la construction de la future école Alexandre-Taché.
 

Cette décision avait été prise par le St. Albert Joint Use Agreement Site Allocation Committee. Ce comité a été formé en 2004 suivant les échanges houleux et on peut présumer pas toujours courtois entre francophones et anglophones concernant la construction de l’école La Mission, alors que la construction de l’école était devenue un enjeu très politique.
 
Neuf ans plus tard, ce comité, qui permet justement d’éviter que la politique prenne le dessus sur le gros bon sens, a décidé, en juin dernier, et de façon unanime les sites pour chacun des conseils scolaires. Voilà une décision qui n’a pas plu aux résidents d’Erin Ridge… Eux qui avaient réussi, au début des années 2000, à ce que l’école La Mission ne soit pas construite chez eux (merci au conseil scolaire public – protestant à l’époque –  qui s’y était opposé).
 
Pendant toute la soirée, les protestataires ont affirmé qu’ils n’étaientpas contre l’école francophone, mais que le quartier n’était pas vrai-ment idéal : problèmes de circulation, problèmes de stationnement, terrain trop petit. Un résident a même dit préférer une école primaire de 650 élèves à une école secondaire de 450 élèves… à la grande surprise du maire Nolan Crouse, faut-il souligner.
 
Il y a également eu cette résidente, que je préfère taire le nom, qui, avec sa petitesse d’esprit, a même dit souhaiter que les écoles francophones soient situées en périphérie de la ville. Est-ce dire que les élèves francophones qui vivent à Saint-Albert ne sont pas des citoyens de la ville à part entière? S’il avait été question des minorités ethnoculturelles, on crierait déjà au racisme…
 
Donc, c’est ce comité indépendant, sur lequel la ville a un siège, qui décide, pas le conseil municipal. Malgré tout, et il est vrai qu’il y aura des élections municipales cet automne, le conseiller Malcolm Parker a voulu aller plus loin. Capital politique facile oblige, il a proposé que ce comité, qui était unanime en juin dernier, réétudie la question. Si tel avait été le cas, des délais supplémentaires auraient pu engendrer un retard dans les travaux et même, dans le pire des scénarios, voir le projet avorter.
 
Heureusement, les autres élus municipaux, à l’exception de Cam MacKay qui pourra lui aussi  aussi se vanter d’avoir tout essayé auprès des électeurs, mais en vain, ne sont pas tombés dans le panneau et ont rejeté la proposition.
 
La ville de Saint-Albert, en agissant de la sorte, a évité d’engloutir des sommes inutilement en frais juridiques, car si les élus avaient opté pour retarder le processus, on peut présumer que le CSCN aurait immédiatement regardé la légalité de la décision.
 
D’ailleurs, l’expérience de La Mission tend à leur donner raison : voyant l’obstination de la ville, le CSCN s’était tourné vers la province qui avait forcé la main des élus. La décision prise le 26 aout dernier évite donc aux francophones de prendre cette approche qui ne fait que créer un fossé inutile entre la minorité francophone et la majorité anglophone.
 
Dans sa présentation, la petite Katie Anderson, élève de l’école La Mission et future élève de l’école Alexandre-Taché, avait dit espérer que les élus « prennent la bonne décision ». La petite Katie s’est couchée heureuse sachant qu’elle aurait son école…
 
Il restera à inviter messieurs Parker et Mackay lorsque se tiendra la cérémonie officielle de la pelletée de terre pour lancer les travaux de construction…

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut