Après plusieurs mois d’analyse et de travail, le Conseil scolaire Centre-Nord (CSCN) va de l’avant avec son projet de se porter acquéreur et de rénover l’école Joseph-Moreau, si le gouvernement de l’Alberta accepte, évidemment, de verser les quelque 11 millions $ nécessaires pour redonner un renouveau à l’édifice.

Le CSCN, qui opte donc pour la rénovation plutôt que de demander la construction d’une nouvelle école, ne pouvait faire autrement. En effet, il aurait pu faire parvenir au gouvernement l’intention de demander une construction toute neuve, mais le conseil a déjà établi, et avec raisons d’ailleurs, que la priorité en matière de nouvelle construction était l’école secondaire francophone Alexandre-Taché de Saint-Albert.


Fournir deux projets sur la table en même temps alors que le gouvernement annoncera, début 2013, la construction de 50 nouvelles écoles aurait été un jeu dangereux. D’une part, aucune garantie n’a été faite par le ministre de l’Éducation Jeff Johnson qu’un projet francophone serait du lot. D’autre part, on peut imaginer le tollé des parents de Saint-Albert, advenant que le gouvernement décide de construire une nouvelle école Joseph-Moreau tout en ignorant Alexandre-Taché. Mieux vaut courir un seul lièvre à la fois et cette fois-ci, il se trouve à Saint-Albert…

Pour Joseph-Moreau, le CSCN espère qu’elle figurera dans la liste des 70 écoles qui seront rénovées. De ce côté, l’espoir est de mise, mais il ne faudrait pas non plus retenir son souffle trop longtemps. L’agrandissement et la modernisation de cette école secondaire francophone de premier cycle ont été estimés à 11 millions $ par les architectes. Étant donné que le gouvernement a investi en 2011, 550 millions $ pour 35 écoles, ce qui représente 15,714 millions $ en moyenne par école, acceptera-t-il de verser 70 % de cette somme pour la rénovation de l’une d’entre elles?

C’est ce que souhaite un comité de parents formé à la mi-novembre afin de faire pression sur le gouvernement… si jamais cela ne fonctionne pas cette fois-ci, ce ne sera que partie remise et si Saint-Albert obtient son école, Joseph-Moreau deviendra LA priorité du Centre-Nord.

Les 6es années à Joseph-Moreau?
Toujours au niveau de l’infrastructure francophone, lors de sa plus récente rencontre, les conseillers scolaires du CSCN ont ratifié une recommandation pour demander à la province l’ajout d’une classe modulaire à Notre-Dame, quatre à Sainte-Jeanne-d’Arc et deux pour Père-Lacombe. L’objectif pour Notre-Dame est de désengorger l’école et anticiper une croissance dans l’ouest de la ville, alors que pour les deux autres, il s’agit de désengorger et remplacer quatre vieilles classes modulaires existantes.

Si la réponse obtenue s’avérait négative, le CSCN n’aurait d’autre choix que de plancher sur un plan B. Dans cette optique, pourquoi ne pas considérer une refonte du système d’éducation catholique francophone dans la capitale albertaine. On pourrait alors faire de Notre-Dame, Sainte-Jeanne-d’Arc et Père-Lacombe des écoles offrant la prématernelle à la 5e année et regrouper les élèves de la 6e année à Joseph-Moreau. Cela entrainerait un effet domino amenant les élèves de 9e année à étudier à Maurice-Lavallée pour en faire une école secondaire francophone de la 9e à la 12e année.

Puisque l’école Maurice-Lavallée, qui compte quelque 215 élèves cette année, a déjà vu près de 600 élèves la fréquenter au cours d’une même année, la question de l’espace n’entrerait pas en ligne de compte.

Tous conviendront que ce scénario s’éloigne des normes standards auxquelles les parents sont habitués, soit des écoles primaires (mat-6e année), Junior High (7e-9e année) et secondaire (10e-12e année), mais la francophonie albertaine doit souvent s’éloigner des cadres réguliers pour assurer le plein rayonnement de sa clientèle.

D’ailleurs, l’idée, qui n’est pas nouvelle soit dit en passant, si elle était réalisable en terme logistique, mérite peut-être une analyse plus poussée, si la province décide de ne pas rénover l’école à court terme, car il serait impossible de regrouper à Maurice-Lavallée des élèves de la 6e à la 12e année…

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut