Imprimer cette page

Formule équitable recherchée!

Au cours des dernières semaines, il a beaucoup été question des défis des associations franco-albertaines en terme de finances. Ces derniers jours, le réseau des journaux francophones en situation minoritaire a été mis sous les feux de la rampe, car lui aussi n’échappe pas à l’incertitude.

L’inquiétude provient du Fonds du Canada pour les périodiques (FCP), dont l’enveloppe annuelle de 75 millions $ apporte, selon Patrimoine canadien, « un appui financier à des magazines imprimés, des journaux non quotidiens et des périodiques numériques canadiens pour surmonter les désavantages du marché ».


En effet, avec ce nouveau programme, annoncé il y a trois ans déjà, mais dont la formule n’a été dévoilée qu’en septembre 2011, après une année de transition, les fonctionnaires fédéraux ont décidé d’appliquer la même formule à l’ensemble des journaux, que ce soit un hebdomadaire anglophone régional ou un hebdomadaire francophone provincial. Plus de 1000 publications obtiennent un appui par l’entremise du FCP.

Étalées sur trois ans, ces coupures affectent lourdement quelques journaux de l’Association de la presse francophone, dont Le Voyageur de Sudbury (96 000 $), La Liberté au Manitoba (60 000 $), Le Franco  (12 000 $) et le Courrier de la Nouvelle-Écosse (11 000 $). Toute proportion gardée, ces réductions affectent ces publications de façon similaire.

Pas étonnant de voir un groupe franco-manitobain remettre à la Chambre des communes la semaine dernière une pétition de plus de 3000 noms réclamant des changements au programme. De plus, une lettre de la députée conservatrice de Saint-Boniface, Shelly Glover, au ministre du Patrimoine canadien James Moore a été rendue publique récemment. Dans sa missive, elle se dit inquiète : « Je peux vous assurer que la mort, infligée par un gouvernement conservateur, d’un journal francophone qui va célébrer son 100e anniversaire en 2013 serait une tache indélébile pour notre gouvernement, et ce, pour des années à venir»,  a-t-elle dit en parlant du journal La Liberté. Ici, Le Franco a pu compter sur l’appui de la sénatrice Claudette Tardif, qui a soulevé cette question à quelques reprises au Sénat.

Pourtant, dans la formule mise de l’avant, les gestionnaires du FCP n’ont pas hésité à tenir compte des différentes réalités des magazines et des journaux en offrant davantage de financement aux magazines. Lorsqu’on regarde de plus près, quelle est la différence entre la revue Maclean’s qui veut envoyer un exemplaire à un Calgaréen, L’actualité qui a un abonné à Chibougamau ou encore Le Franco qui doit distribuer son journal à M. Lavoie de Saint-Isidore, à Mme Rochon de Lethbridge ou à M. Chauvet de Legal? Il n’y en a aucune! Postes Canada demeure la seule alternative pour assurer que la publication arrive à destination.

Malgré tout ce tapage entourant cette formule qui ne tient pas en compte la réalité de la presse francophone en milieu minoritaire, James Moore persiste et signe : « Les investissements se basent sur une formule conçue et mise au point par le Ministère il y a trois ans. À l’avenir, on va sans doute considérer des changements à la formule, si ces changements permettent de mieux faire les choses »,
a-t-il affirmé, le 13 juin dernier, lors d’un débat aux Communes.

Le réaliser est une chose. Mettre en place les ajustements qui s’imposent en est une autre. Tout indique que les changements ne seront envisagés qu’à la fin du cycle de trois ans du programme, donc une fois la pleine perte absorbée par les journaux concernés. Il sera alors facile de redonner quelque peu afin de mieux faire les choses, comme le souhaite le ministre.

La question qui se pose; pourquoi, M. le ministre Moore ne pas appliquer dès aujourd’hui une formule équitable pour le journal Le Franco qui permettra au gouvernement du Canada de respecter son engagement, en vertu de l’article 41 de la Loi sur les langues officielles, qui vise à favoriser l’épanouissement des minorités francophones et anglophones du Canada et à appuyer leur développement?
- Étienne Alary

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)