La période de la fin mai et du début juin donne toujours lieu à un marathon d’assemblées annuelles des organismes franco-albertains. Pour ces associations, il s’agit d’un moment important. Cela leur permet de dresser un bilan de leur dernière année.

Les plus récentes éditions du Franco l’ont démontré avec la couverture de ces rencontres qu’on ne peut ignorer, n’en déplaise à certains qui font une indigestion de bilan de fin d’année… L’édition de cette semaine ne fait pas exception à la règle avec un retour sur les rencontres de la Fédération des ainés franco-albertains, l’Alliance Jeunesse-Famille de l’Alberta Society, l’ACFA régionale de Lethbridge et cInéMAGINE.


Que doit-on retenir de ces rencontres, de ces bilans? Plus que jamais, les organismes semblent peiner financièrement à boucler la boucle. En effet, les associations ayant des surplus accumulés ont terminé l’année en déficit et ont vu leurs réserves diminuer, alors que celles qui vivent « dans le rouge » ont multiplié les efforts afin de réaliser un excédent pour tenter réduire leur déficit accumulé.

Et cette incertitude ne fera que croitre au cours des prochaines semaines. Oui, la tenue par le ministre du Patrimoine canadien, James Moore, d’une consultation sur la Feuille de route pour la dualité linguistique peut être considérée comme une bonne nouvelle, car elle laisse entrevoir une possibilité de renouvèlement de celle-ci au-delà du 31 mars 2013.

Outre cette Feuille de route, qui amène certains ministères à financer des projets francophones – on peut penser à la contribution de Santé Canada au Réseau santé albertain ou encore Justice Canada pour l’association des juristes –, tout le financement provenant de Patrimoine canadien par l’entremise de ce qui a déjà été appelé les ententes Canada-communauté inquiète.

Certaines associations ont reçu de mauvaises nouvelles dans leurs démarches pour financer leurs initiatives, et ce, pas seulement à Edmonton, mais aussi à Calgary pour un projet dans le cadre du centenaire du Stampede.

D’ailleurs, Patrimoine canadien a récemment refusé de financer l’ACFA pour qu’elle voie à la gestion des processus de l’Entente de collaboration 2012-2013. L’ACFA, à titre d’organisme porte-parole de la communauté franco-albertaine, n’était-elle pas le signataire de cette entente, qui elle aussi arrive à échéance le 31 mars 2013?

Qui assumera donc la gestion de ce processus, assorti d’une enveloppe de 2,9 millions $, qui s’est souvent avéré frustrant pour les bénévoles issus de la communauté qui y ont siégé?

À l’aube de la période estivale, voilà quelques questions qui demeurent, à ce jour, sans réponse. Mais puisque le ministère du Patrimoine canadien, à Ottawa, avait profité de la période estivale l’an dernier pour confirmer le non-financement de certains projets, même si ceux-ci avaient été entérinés ici en Alberta, il ne faudrait pas s’étonner d’obtenir certains éléments de réponse en juillet…

À moins que le gouvernement décide d’attendre le 21 décembre 2012, date de la fin du monde, selon le calendrier maya. Quoi que depuis le mois dernier, cette possibilité ne tient plus la route, puisque des archéologues américains auraient découvert de nouveaux écrits mayas.

 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut