Contre vents et marées La Survivance a survécu et est devenue au fil du temps, Le Franco-Albertain, puis Le Franco. Ce 90e anniversaire marque la pérennité, mais aussi l’évolution d’une identité, ainsi que celle d’une communauté.

Francopresse 1024 Reactions Denise Illustration de Marc Keelan Bishop sur les propos controverses de Denise Bombardier

Je ne sais pas ce qu’en penserait Mme Denise Bombardier, mais en Alberta nous fêtons le 90e anniversaire du seul journal de langue française en milieu minoritaire : notre cher journal Le Franco. Et oui, 90 ans de survie et de vie, c’est un accomplissement ! La Survivance est née d’un besoin que les francophones de l’époque (1928) avaient, pour communiquer sur la vie de la communauté, et n’a eu de cesse d’évoluer.

Pour reprendre l’expression que l'écrivain Yves Beauchemin avait employée en 1990 pour désigner les minorités francophones, et à tous les FrancoshorsQuébecseptiques, je tiens à vous rassurer. Non, nous ne sommes toujours pas, ni même en voie, de devenir des « cadavres encore chauds ». Et là je ponctuerai bien par un Lol ou MDR, car après tout on est en 2018.

Un peu d’histoire

En 1928, la population francophone de la province est répartie sur un vaste territoire. La même année, Jean-Alfred Mireault l’arrière-grand-père de Mme Lyne Lemieux et un groupe de francophones d’Edmonton ont l’idée de fonder le journal : La Survivance. L’Association canadienne-française de l’Alberta fait en même temps son apparition. Si à l’époque il n’y avait ni radio, ni télévision, chacun est sur la même longueur d’onde, afin de trouver un moyen de communiquer avec leurs membres, les Canadiens français. Car, peu satisfaits du journal de l’époque l’Union, en passe de se transformer en un journal d’annonces. « On ne voulait pas nécessairement faire payer les gens qui voulait diffuser de l’information », relate l’arrière-petite-fille de M. Mireault.

Les Oblats reprendront les rênes du journal durant plusieurs années. Comme Mme Lemieux l’explique, « tout reposait sur du bénévolat et sur l’appui des communautés religieuses, pour défendre la langue et la foi ». L’histoire avec un grand H s’entremêle au quotidien des Franco-Albertains. Les grondements de la Seconde Guerre mondiale résonnent jusqu’en Alberta et marqueront l’histoire de ces derniers dans leur chair et dans leur âme à tout jamais. Un chapitre que le journal se fera le témoin de retranscrire alors dans ses pages. Le journal possèdera durant des années d’ailleurs sa propre imprimerie, l’imprimerie de la Survivance.

Chrono

Des défis qui évoluent

Si la province de l’Alberta est née en 1905, en 1928 la politique albertaine n’en est qu’à ses balbutiements. Au fil du temps, les besoins communautaires cheminent vers des revendications plus politiques. De l’esprit communautaire, au déchirement de la Seconde Guerre mondiale, à l’avènement des écoles francophones, en passant par la loi Mahé, la cause Caron, l’immigration et enfin l’annonce récente d’une politique de services en français les années passent et ne se ressemblent pas.

L’évolution d’une identité

Le changement de nom du journal reflète aussi l’évolution de la composante initiale d’un groupe de Canadiens français de 1928. D’un mode survie, on est passé au stade de développement. La « Survivance » de la francophonie réside dans l’émergence et le mélange d’une diaspora de francophones et de francophiles d’ici et d’ailleurs. Aujourd’hui, le défi majeur consiste à demeurer pertinent et en phase avec les réalités de son temps en engageant la population, à savoir les quelque 250 000 francophones et francophiles de la province.

Le fait que le journal Le Franco vient de célébrer ses 90 ans, est-ce étonnant ? Lyne Lemieux n’est pas surprise et déclare : « Je suis agréablement encouragée par la force et la diversité francophone de l’Alberta ». Car après tout, rappelons-nous aussi qui nous sommes : d’irréductibles Franco-Albertains d’ici et aussi d’ailleurs. Vive la francophonie ! Vive le Franco !  

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Plus dans cette catégorie :

Aller au haut