En 2018, on pourrait penser qu’être homosexuel ne représente plus une menace pour sa liberté ou son intégrité physique. Or, quand on regarde d’un peu plus près les dernières actualités internationales, on se demande si on ne vit pas encore au Moyen Âge.

Rainbow

Ce ne sont pas les exemples qui manquent. En Tanzanie, l’homosexualité est toujours considérée comme un crime passible de prison, voire d’incarcération à perpétuité. Une vaste campagne homophobe est actuellement à l’œuvre. La délation y est vivement encouragée par le gouverneur de cette région. « Donnez-moi leur nom », a-t-il déclaré en octobre lors d’une conférence de presse. Bref, quand certains prônent la chasse aux sorcières, d’autres se lancent carrément dans une croisade morale.

Le nouveau président du Brésil, Jair Bolsonaro, candidat d’extrême droite, a accusé récemment la bande dessinée Titeuf de promouvoir l'homosexualité dans son pays. Il a dernièrement reproché que Le Guide du zizi sexuel « pervertissait » la jeunesse, je cite. Cette bande dessinée s’adresse notamment aux 9-13 ans, afin d’aborder puberté et sexualité sur un ton léger et caustique. Le nouveau président a qualifié la BD de « Kit gay » diffusé dans les écoles.

Côté européen, en Italie, au mois de juillet 2017 dernier, un couple gay s'est vu refuser sa réservation dans un gîte. Le propriétaire a envoyé aux deux jeunes hommes un message stipulant : "Nous n'acceptons ni les gays ni les animaux". Avec le nouveau ministre de la Famille au pouvoir depuis juin de cette année, Lorenzo Fontana, l’homophobie n’a pas faibli, bien au contraire. Il a déclaré dans un grand quotidien italien, Corriere della Sera : "Les familles arc-en-ciel n'existent pas dans la loi italienne." L’année 2018 ou l’ère du fascisme et de l’intolérance, on n’aurait pourtant pas pensé !

De façon générale, on peut constater une montée de l’extrême droite en Europe, en Amérique du Sud et aux États-Unis. Le retour du fascisme est de mise et rime avec… le trumpisme.

Une montée de l’intolérance qui n’est pas sans rappeler un certain chapitre de l’histoire. Certains articles comparent la situation actuelle à celle de 1930, où les partis d’extrême droite en Europe montaient en puissance, avant la venue démocratique en 1939 d’Adolphe Hitler au pouvoir. Cependant, le phénomène se globalise. L’intolérance exercée auprès des homosexuels n’est que le symptôme d’un phénomène plus global et plus grave. En outre, l’écart entre riches et pauvres ne cesse d’augmenter.

En 2018 et plus, il serait temps de pouvoir avoir le droit d’être soi, tout simplement. Et comme le dit la chanson Over the rainbow d’Israel Kamakawiwoole, « quelque part, par-dessus l’arc-en-ciel… les rêves un jour deviennent réalité ». Et justement, comme l’a dit un jour Martin Luther King, le rêve est toujours possible…

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut