Les JFA 2018 dans la lignée de Pierre de Coubertin

« Les évènements à l’échelle provinciale sont le début d'un grand rêve », ces quelques mots de la triple championne olympique de hockey Kim Saint-Pierre resteront longtemps gravés en mémoire à l'occasion des JFA de 2018. Cette triple championne a su trouver les mots justes pour exprimer l'importance et la pertinence d'un évènement comme celui des Jeux francophones de l'Alberta, tant sur le plan individuel, que sur le plan collectif. Ces jeux sont donc un bon moyen de pouvoir envisager un jour, toucher du bout des doigts le rêve de tout grand sportif : les cinq anneaux olympiques.

Kin ball 2

«C'est un bagage incroyable de vivre en équipe des choses comme ça, le niveau de stress augmente quand tu représentes une région ou une ville ... pour moi ça a été le moyen de s'approcher des Jeux », se remémore Kim Saint-Pierre. Autrement dit, les ruisseaux font les grandes rivières et c'est ainsi que l'on peut voir se révéler lors d'évènements provinciaux des graines de champion; ou bien tout simplement la possibilité pour un jeune de gagner en confiance et en expérience. Car oui, le sport est une révélation, voire presque une révolution d'ordre personnel. C'est ce cheminement intérieur que chaque individu expérimente.  Pour German De La Garza, sacré cette année champion de badminton des Jeux francophones de l'Alberta 2018 en catégorie simple garçon, « ces Jeux sont de loin les plus difficiles auxquels j'ai participé ». Comment s'est-il imposé ? « Je voulais gagner plus que n'importe qui », a-t-il déclaré.

Mais au-delà de l'aspect compétitif, le sport a toujours été présenté comme une école de la vie, véhiculant au passage des valeurs importantes comme : la solidarité, l'esprit d'équipe, le goût de l'effort, le respect des règles, de son adversaire et surtout le dépassement de soi.    

Kin ballSi le sport demeure avant tout un mode d'expression, un moyen de se dépenser, de s'amuser, il permet également de tester sa volonté et d'en apprendre un peu plus sur soi chaque jour. Quand on débute un nouveau sport, on voit les autres faire preuve d'aisance, de force et d'habileté. Puis à force de pratique et d'entraînement le corps mémorise, apprend, s'adapte, se muscle et s'assouplit. Très vite, on réalise qu'on n'est plus alors la débutante ou le débutant du groupe. En somme, on apprend et surtout, on s'affirme.   

Si au départ la pratique d'une activité physique peut s'avérer relever d'une expérience personnelle, elle pourra devenir au fil du temps plus collective, voire universelle comme la représentation d'une équipe, d'une région ou encore d'une nation tout entière.

«Le sport va chercher la peur pour la dominer, la fatigue pour en triompher, la difficulté pour la vaincre », Pierre de Coubertin, Historien, pédagogue, scientifique (1863-1937). L'éducation et la pédagogie auront toujours été les domaines de prédilection d'un homme controversé, mais qui aura su moderniser de son vivant les Jeux Olympiques. Ceux-là mêmes que nous connaissons et que nous chérissons aujourd'hui. De cet héritage, Pierre de Coubertin aura su inculquer des valeurs humanistes à l'esprit olympique.  Aujourd'hui, le sport est un vecteur important de développement personnel, d'apprentissage et d'opportunité auprès des jeunes. Ça sera à cette jeunesse de savoir à son tour la préserver et la perpétuer.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Plus dans cette catégorie :

Aller au haut